Magazine Poésie

[anthologie permanente] Alejandra Pizarnik

Par Florence Trocmé

Ypsilon éditeur continue son magnifique travail d’édition de l’œuvre d’Alejandra Pizarnik. Après l’Enfer Musical, Le Cahier Jaune, Extraction de la pierre de folie, La Comtesse sanglante, Les Travaux et les nuits, voici Arbre de Diane, préface d'Octavio Paz et traduit par Jacques Ancet comme tous les livres précédents parus en 2012 et 2013.  
 
 
31 
C’est fermer les yeux et jurer de ne pas les ouvrir. Tandis qu’au-dehors ils se nourriront d’horloges et de fleurs nées de la ruse. Mais, les yeux fermés et une souffrance trop grande en vérité nous jouons des miroirs jusqu’à ce que les paroles oubliées résonnent magiquement.  
 
 
32 
Zone de fléaux où la dormeuse mange 
   lentement 
son cœur de minuit. 
 
 
33 
Un jour 
   un jour peut-être 
je m’en irai sans reste 
   je m’en irai comme qui s’en va 
 
 
À Ester Singer 
 
 
34 
La petite voyageuse 
mourait en expliquant sa mort 
 
de sages animaux nostalgiques 
visitaient la chaleur de son corps 
 
 
35 
vie, oh ma vie, laisse-toi tomber, laisse-toi souffrir, ma vie, laisse-toi envelopper de feu, de silence ingénu, de pierres vertes dans la maison 
de la nuit, laisse-toi tomber et souffrir, oh ma vie.  
 
 
36 
dans la cage du temps 
la dormeuse regarde ses yeux seuls 
 
le vent lui apporte 
ténue la réponse des feuilles 
 
 
37 
par-delà toute zone interdite 
il y a un miroir pour notre triste transparence 
 
 
Alejandra Pizarnik, Arbre de Diane, traduction Jacques Ancet, Ypsilon.éditeur, 2014, pp. 43-49.  
 
Alejandra Pizarnik dans Poezibao :  
Bio-bibliographie, extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4, Journaux 1959-1971), ext. 5, « Jeu tabou », ext. 6, ext. 7


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Alejandra Pizarnik | Presencia de sombra

    Alejandra Pizarnik Presencia sombra

    « Poésie d’un jour PRESENCIA DE SOMBRA Alguien habla. Alguien me dice. Extraordinario silencio el de esta noche. Alguien proyecta su sombra en la pared de mi... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    NOUVELLES, TALENTS
  • [Poezibao a reçu] du samedi 27 juin 2015

    Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao. NB : ne sont pris en compte ici que les livres publiés à... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • [Poezibao a reçu] du samedi 20 juin 2015

    Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao. NB : ne sont pris en compte ici que les livres publiés à... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Alejandra Pizarnik – Temps (Tiempo, 1958)

    Alejandra Pizarnik Temps (Tiempo, 1958)

    Je ne sais de l’enfance qu’une peur lumineuse et une main qui m’entraîne vers mon autre rive. Mon enfance et son parfum d’oiseau caressé. Lire la suite

    Par  Stéphane Chabrières
    CULTURE, POÉSIE, TALENTS
  • [Poezibao a reçu] du samedi 13 juin 2015

    Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao. NB : ne sont pris en compte ici que les livres publiés à... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • la Poésie

    Entre ce que je vois et dis, entre ce que je dis et tais, entre ce que je tais et rêve entre ce que je rêve et oublie, la Poésie. Lire la suite

    Par  Vertuchou
    POÉSIE
  • Alejandra Pizarnik – Je pleure…

    Alejandra Pizarnik pleure…

    je pleure, je regarde la mer et je pleure. je chante un peu, très peu. il y a une mer. il y a la lumière. il y a des ombres. il y a un visage. un visage aux... Lire la suite

    Par  Stéphane Chabrières
    CULTURE, POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine