Magazine Société

Les elections municipales : moroses pour les roses

Publié le 02 avril 2014 par Fabianus
LES ELECTIONS MUNICIPALES : MOROSES POUR LES ROSES
Si à 50 ans tu ne mets pas ta Rolex à l’heure d’été tu risques de manquer ton rendez-vous chez le juge. Nicolas s’est exécuté, pas de gaieté de cœur. Comme chaque Français il perd une heure de sommeil et ça le met de mauvaise humeur. Heureusement les érections municipales lui ont redonnée le sourire ! Une vrai claque, un vrai cloaque pour l’actuelle majorité ! La rose flétrit à vue d’œil ! Elle a perdu  155 villes de plus de 9000 habitants et pas moyen de les retrouver avec 6 ans, si tout va bien. Oui, Hollande a dû voir que le changement c’est mainte non ! Non pas Maintenon du temps de Louis XIV  mais une ribambelle de « pour FN » ou « pour UMP » qui sont autant de « NON » à la politique menée par Flamby ! Oui, l’UMP sort grand vainqueur de ce second tour et face aux vagues bleus Ayrault érodé, héros des joutes perdus a dû rendre son tablier ! De grandes villes si souvent à gauche sont tombées à droite ! Limoges a limogé son édile de gauche, un certain Rodet qui ne l’était plus. L’UMP Lombertie  a pris sa place avec comme apport seule haine du passé rose. En attendant mieux.  Au Nord, Tourcoing la socialiste depuis 1989 a été pris de haute volée par un jeune UMP  Darmanin (un peu d'armes a nain ?) qui a fait trébucher Delannoy (de coq haut) ! Darmanin va donc prendre les commandes et mesure à son tour qu’est noise ! Quimper a viré son maire PS trop ami avec Hollande. Le vainqueur Jolivet, adresse un joli V de victoire. Ses doigts sont détendus ; en revanche pour le vaincu c’est Poignant ! Pau revient à notre cher Bayrou plus au centre que jamais.  L’homme du Modem, tout en se recoiffant les épis narre : Pau paye ! Oui Bayrou revient mais d’ores et déjà un groupuscule du PS « Jaurès à Pau » prépare un vilain coup ! Le FN a raflé quelques villes mais a dû rendre l’éponge à Perpignan. Aliot, le compagnon de Marine ne sera pas maire de la ville fleurie. Battu par un UMP du nom de Pujol il se retrouve gros Jean comme deux vents ! Alliot marri s’en veut ne n’avoir pas su  davantage aller à la pêche aux voix. Aliot tique ! Malheur pour les uns, bonheur pour les autres, les municipales peuvent rendre démunies, si pâles certaines personnalités politiques comme réjouir certaines huiles de palmes républicaines. Ces élections locales pourraient se limiter à…du local, du bocal, du bocage ! Elles pourraient s’ancrer dans l’épiphénomène.  Mais non ! Elles sanctionnent le vieux maire PS qui a plombé le budget de sa commune avec 6 projets pharaoniques : maire « 6 beaux coûts ». Ce maire est l’archétype de vieux barons de la rose flétrie qui se sont dévoyés ! Votes sanctions en rivières assourdissantes qui se jettent dans la grande rivière de la République. Valls, Duflot, valse du flot, remous. Le bateau tangue. La nef parisienne résiste cependant : fluctuat nec mergitur. Elle reste à gauche. Madame Hidalgo succède à De La Noë qui s’y connaît dans les déluges même s’il n’en mène pas  l’arche ! Oui Anne Hidalgo qui clamait durant les deux tours « I need all, go ! » devient la première femme maire de Paris (et non père de Marie).  Cette originaire d’Espagne, anti Tibérique mais Ibérique fait rentrer Lutèce en Ibère nation ! Ça remet du beau moqueur à Hollande, malgré tout. Oui, malgré tout car la défaite est cinglante ! Les élections, pourtant locales, ont montré un mécontentement. Flamby va devoir changer d’équipe gouvernementale.
Ce sera l’objet du prochain billet.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine