Magazine Société

475° On n'efface rien et on recommence, -bis -

Publié le 04 avril 2014 par Jacques De Brethmas

Si j'avais su ce qui allait se passer cette semaine, j'aurais gardé mon titre du précédent billet:  « On n'efface rien et on recommence » pour le remaniement auquel nous venons d'assister.
Lorsque les édiles socialistes, François Hollande en tête, viennent nous dire :
« Message reçu, nous vous avons entendu, on va rectifier le tir »,
on se demande bien quels Français ils ont pu aller écouter....
475° On n'efface rien et on recommence, -bis -
Monsieur le Président, Nous avons élu un président de gauche pour qu'il fasse une politique de gauche. Nous espérions une politique vraiment de gauche, par exemple la promesse tenue de séparer les banques d'investissement et les banques de dépôt, une vraie grande simplification du mille-feuille administratif de l'administration, une lutte contre la réaction financière et morale avec des moyens coercitifs et appropriés, un vrai développement des enseignements civique et humaniste dans les écoles et collèges, un grand élan de fraternité qui aurait arraché la France à la fange des petites haines communautaristes dans laquelle votre prédécesseur l'avait volontairement enlisée.
Alors, comme rien de tout cela n'apparaissait à l'horizon, on vous a pourri les élections municipales pour vous faire comprendre que nous étions toujours là, qu'on vous voyait avec désespoir prendre une direction opposée au bulletin de vote par lequel nous vous avons élu, et qu'il ne faudrait pas attendre six mois avant votre réélection pour vous souvenir de notre existence.
Sans doute inspiré de l'aura du fondateur du « je-vous-ai-comprisme », vous avalez une grosse boisson énergétique avant une intervention télévisée qui nous a fait croire un instant que vous aviez compris.
Et finalement, quelle est cette réponse ?  « Vous vouliez que j'aille plus à gauche ? Eh bien j'irai encore moins... »  Vous nous sortez un premier ministre sur lequel l'étiquette « de gauche » frise la limite de la publicité mensongère. Le moins à gauche de ce que vous avez dans le magasin...
En vous disant peut-être : « Je suis le président de tous les Français » ? Votre prédécesseur, qui l'avait pourtant dit aussi, s'est-il soucié du peuple de gauche pendant qu'il lacérait le tissu social, détricotait le code du travail, dressait les Français les uns contre les autres et suscitait des révoltes qu'il brandissait ensuite comme des enjeux sécuritaires ? 
475° On n'efface rien et on recommence, -bis - Rien que pour effacer les ravages et dévastations qu'il a provoqués, pour ramener l'équilibre « au milieu » il faudra plusieurs années de barre « à gauche toute », faire pencher la balance à gauche aussi longtemps et aussi fort que votre prédécesseur l'a entraînée à droite. Ce n'est qu'après avoir ainsi reconstruit les valeurs de la république que vous pourrez vous soucier d'une politique apaisée.
Votre prédécesseur a voulu déplacer les frontières naturelles de l'échiquier politique : effacer, supprimer les bornes gauche/droite, ouvrir un libre accès entre droite républicaine et et extrême-droite. Cela ne lui a pas réussi.
Ne tombez pas dans les mêmes travers. La gauche vous a élu. En refusant de l'entendre, vous allez, comme ce pauvre Sarkozy, déplacer des frontières naturelles.
Certes il y a des nuances : Sarkozy s'est volontairement rapproché de l'extrême droite. Dans votre cas, c'est en vous éloignant déraisonnablement de la vraie gauche que vous obligez une partie de votre électorat à se cramponner à elle pour ne pas glisser avec vous vers la droite. Sans parler de ceux qui lâchent prise et tombent dans le ravin du front national.
Mais attention : mêmes causes, mêmes effets... Comme la droite, la gauche va se diviser. Vos sociaux démocrates vont s’assimiler au centre, qui, comme chacun sait, est une droite qui ne dit pas son nom, et la gauche de gauche va se rapprocher de l’extrême gauche.
Le résultat est le même : comme la droite l'a été, la gauche est maintenant morcelée et désunie. Les seuls socialistes n'ont qu'une voix de majorité à l'assemblée nationale. S'ils vous suivent trop loin de la gauche, beaucoup de députés socialistes vont craindre de ne pas retrouver leurs électeurs dans trois ans s'ils dérapent à droite avec monsieur Valls. Vous n'aurez qu'une menace de dissolution pour les faire avancer de force, mais c'est une arme de destruction massive qui fait beaucoup de dégâts collatéraux. Demandez à Monsieur Chirac...
Le vote de confiance au gouvernement que vous allez leur demander dans quelques jours risque d'être sportif, et surtout aléatoire: Un seul député tousse de travers, et Monsieur Valls valse... A moins qu'il ne soit conforté dans sa position par des votes de droite venus au secours du travesti politique que vous présentez à leurs suffrages ? Vous y perdriez ce qui reste de votre crédibilité. 
475° On n'efface rien et on recommence, -bis -
Et chaque fois qu’il faudra voter une loi, le moindre texte, vous devrez le vider de son esprit réformateur pour qu'il passe sans encombre sous la fourche caudine de cette infime majorité. Et si cette loi passe avec les voix de droite, encore une fois vous perdrez le soutien et l'estime de ceux qui vous ont élu.
Le rêve d'une harmonieuse coalition démocratique reste une utopie. D'abord parce qu'il se heurte au carriérisme des élus dans une société française où, à tous les postes sauf le vôtre, on peut se représenter et se faire réélire toute sa vie inlassablement. Ensuite parce que éplucher des lois pour les faire passer par le trou de serrure d'une majorité pleine de contradictions, cela oblige à les vider de leur sens et de leur innovation. Cela tue les réformes. On ne gouverne plus, on survit.
Monsieur Sarkozy n'a pas pris de gants pour appliquer sa politique ultra-libérale et socialement destructrice. Rien que pour ramener le curseur au centre, il faut agir avec la même vigueur dans l'autre sens. Et après, seulement après, on pourra faire une politique de gauche, celle pour laquelle les Français vous ont élu. A bon entendeur...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jacques De Brethmas 448 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine