Magazine

Du crime contre les Travailleurs

Publié le 04 avril 2014 par Despasperdus

Ces derniers temps, Pascal Lamy qui nous veut du bien est en tournée médiatique à l'occasion de la sortie de son dernier bouquin, que je ne lirai jamais, même sous la torture. Son camarade socialiste à l'Elysée qui mise son quinquennat sur la politique de l'offre et la baisse du "coût" du travail doit jubiler...

Le discours de cet oligarque encarté au parti socialiste - qui a mangé a tous râteliers de l'oligarchie, ancien énarque, haut fonctionnaire, commissaire européen et directeur général de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) - est des plus convenus.

Lamy.jpg

C'est le catéchisme de la mondialisation heureuse, de la croissance forcément verte, le bréviaire de la sainte concurrente libre et non faussée, la bible de la modernité autoproclamée, l'inégalitarisme décomplexé, la bien-pensance néolibérale que lui et ses congénères récitent depuis des décennies et imposent aux peuples via des gouvernements faibles ou corrompus.

En toute impunité.

Force est de constater que l'idéologie néolibérale fait autant de dégâts environnementaux que l'URSS et ses satellites, voire plus, et bien pire au niveau social. Sans oublier les dégâts démocratiques.

En toute impunité.

Ainsi, Pascal Lamy qui nous veut du bien prône la non application du SMIC pour les travailleurs qui sont au chômage, et ce pour leur bien car il est sooooocialiste ! Et puis, si ça marche, ce que Pascal Lamy qui nous veut du bien ne dit pas, modestie oblige, c'est que la non application du SMIC pourrait être étendue à tous les travailleurs ! Et là, ce serait encore plus dingue, la France pourrait concurrencer tous les pays émergents ! Vive l'esclavage !

Les médias dominants, chiens de garde du système capitaliste, ont littéralement mis les petits plats dans les grands pour servir la soupe à Pascal Lamy qui nous veut du bien comme le narre le blogueur Politeeks. A aucun moment, ils n'ont contesté les délires de Pascal Lamy qui nous veut du bien, ni rappelé les turpitudes du néolibéralisme...

lamyhollande.jpg

Et, c'est ainsi que la machine à décerveler et à fabriquer du consentement fonctionne à plein régime...

Il serait temps que la gauche, pas celle des faussaires et des fossoyeurs qui est au pouvoir, renverse la vapeur en frappant les esprits, en sidérant, en faisant prendre conscience que la classe oligarchique ne respecte pas le contrat social puisqu'elle inflige au peuple des décisions qu'elle n'aimerait pas elle-même subir.

L'impunité de cette classe oligarchique qui exploite les travailleurs, puis les jette dans la misère doit cesser.

Alors, pourquoi ne pas militer pour la reconnaissance d'un nouveau crime : le Crime contre les Travailleurs (avec un T majuscule pour inclure les travailleuses...) ? Un crime que la gauche inscrirait dans la loi dès son arrivée au pouvoir et qu'elle défendrait dans les instances internationales pour qu'il soit reconnu internationalement, à l'instar du crime contre l'Humanité.

Le crime contre les Travailleurs désignerait « une violation délibérée des droits élémentaires des Travailleurs à être rémunérés dignement afin d'avoir accès à la santé, à la culture, à un logement, à l'éducation, à un cadre de vie agréable, aux loisirs et à une retraite décente dès 60 ans inspirée par des motifs politiques, philosophiques, religieux ou sociaux. »

En d'autres termes, tout individu qui par quelque fait a fragilisé matériellement et moralement les Travailleurs, mis en danger la santé des Travailleurs et de leurs proches, accru l'exploitation des Travailleurs, ou fait régresser les droits des Travailleurs, devrait être poursuivi et condamné s'il est reconnu coupable de Crime contre les Travailleurs. Je vous laisse imaginer les peines...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Despasperdus 4879 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte