Magazine Santé

Maladie COELIAQUE: L'élafine, une molécule-clé contre l'intolérance au gluten – The American Journal of Gastroenterology

Publié le 06 avril 2014 par Santelog @santelog

Maladie COELIAQUE: L'élafine, une molécule-clé contre l'intolérance au gluten – The American Journal of GastroenterologyUne molécule-clé qui pourrait conduire à de nouvelles thérapies pour les personnes atteintes de la maladie coeliaque, une maladie auto-immune basée sur une intolérance au gluten, vient d’être découverte (ou re-découverte*) par des chercheurs canadiens. Leurs conclusions, présentées dans l’American Journal of Gastroenterology, ouvrent un espoir aux 2% de la population allergiques au gluten.

La maladie cœliaque est une sensibilité au gluten alimentaire contenu dans les céréales. Chez les personnes génétiquement prédisposées, le gluten par voie alimentaire va déclencher une réponse immunitaire qui entraîne la destruction de la muqueuse intestinale, des douleurs abdominales, un bouleversement des habitudes intestinales, voire une dénutrition et d’autres symptômes tels que l’anémie ou des troubles neurologiques. La maladie qui touche touche une femme sur 60 et un homme sur 80 –avec 4 personnes sur 5 restant non diagnostiquées- est souvent douloureuse et actuellement incurable. Elle impose aux personnes atteintes d’éviter de consommer de très nombreux aliments courants, contenant du blé, du seigle ou de l’orge, soit les principales sources d’apport en protéines dans un régime occidental.

Les chercheurs de la McMaster University viennent de découvrir, qu’une molécule, l’élafine, déjà envisagée * dans le traitement de la maladie de Crohn ou de la rectocolite hémorragique (ou colite ulcéreuse), présente dans l’intestin des personnes en bonne santé, est significativement diminuée chez les patients atteints de maladie cœliaque.

Lorsque les personnes atteintes consomment des aliments contenant du gluten, les enzymes digestives sont incapables de les digérer ce qui entraîne une inflammation, encore amplifiée par une autre enzyme, la transglutaminase 2, un marqueur déjà bien connu de la maladie coeliaque.

L’élafine, en interagissant avec l’enzyme transglutaminase 2 freine la réaction enzymatique qui accroît la toxicité des peptides dérivés du gluten. Ainsi, rétablir des niveaux élevés d’élafine permettrait d’inhiber cette réaction inflammatoire de la muqueuse intestinale.

C’est ce que montrent ici les chercheurs sur des souris, modèles de maladie coeliaque.

Alors que le besoin d’un traitement qui permettrait de protéger les patients atteints de la maladie cœliaque et d’  »intoxications  » involontaires fréquentes, des aliments comportant, en adjuvant de l’élafine pourraient apporter de la flexibilité à un régime restrictif à vie accroître la qualité de vie des patients. Au-delà, on a vu que cette nouvelle voie thérapeutique pourrait également être envisagée dans d’autres MICI.

 

Source:The American Journal of Gastroenterology via Eurekalert (AAAS) Research finding could lead to new therapies for patients with gluten intolerance

Maladie COELIAQUE: L'élafine, une molécule-clé contre l'intolérance au gluten – The American Journal of Gastroenterology
Pour en savoir plussur la Maladie coeliaque


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine