Magazine

Suisse et Union européenne : l'avenir des accords bilatéraux

Publié le 19 avril 2008 par David Talerman
Comme vous le savez, l'année 2009 sera cruciale pour la suite des relations entre la Suisse et l'Union européenne : c'est à cette date que le sort des accords bilatéraux sera officiellement "scellé". Certes, les ressortissants des 15 pays "historiques" de l'Union européenne (ainsi que Malte, Chypre et les pays de l'AELE) ont aujourd'hui un avant-goût de la libre-circulation, mais tout pourrait être remis en cause en 2009 dans le cadre d'un referendum dont nous sommes quasiment certains aujourd'hui qu'il sera demandé (probablement par des sympathisants des partis nationalistes en Suisse).
Mais je pense qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter, même si rien n'est acquis. Il suffit pour s'en convaincre de poser le problème sur le plan économique, d'être attentif aux différentes conférences de presse de la Confédération depuis plusieurs années, et également de lire un de ces documents édités par la Confédération (le Bureau de l'intégration DFAE/DFE) : le bulletin SuisseEurope.
Quelques morceaux choisis :
"Force est de constater que la libre circulation, comme du reste les autres accords bilatéraux à caractère économique, joue un rôle moteur dans la croissance en Suisse. Nos entreprises sont fortement dépendantes de la main-d’oeuvre étrangère."
"...un travailleur sur quatre, ici, n’a pas la nationalité suisse. Cette proportion est même nettement supérieure parmi les cadres, puisqu’elle atteint 40 %."
"Quatre entreprises sur dix se plaignent de difficultés à repourvoir les postes vacants, qu’il s’agisse de personnel qualifié ou moins qualifié. L’ALCP (l'accord sur la libre circulation des personnes) permet de recruter facilement cette main-d’oeuvre qui fait défaut."
"...l’accès à un personnel suffisant et adéquat réduit le risque de délocalisation à l’étranger des entreprises suisses. Grâce à une bonne conjoncture, plus de 150 000 emplois ont été créés, ces deux dernières années, et le chômage n’a cessé de reculer".
Je pense objectivement que tout le monde a intérêt à ce que ces accords soient acceptés. Mais il ne faut pas baisser la garde. Je reviendrai dans quelques jours avec des conseils "pragmatiques" sur ce que VOUS, en tant qu'étranger travaillant en Suisse ou sur le point d'y travailler, pouvez faire pour faire pencher la balance du bon côté en 2009.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


David Talerman 6882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte