Magazine Voyages

Booking.com invente le moteur de réservation gratuit* pour les hébergeurs !

Publié le 06 avril 2014 par Jlboulin @etourismeinfo

Booking.com, le site qui référence aujourd’hui en France environ 30 000 [1] « partenaires » (hôtels, chambres d’hôtes, résidences de tourisme…), qui a un trafic mensuel moyen de 4,5 millions de visiteurs uniques en France [2] (33 millions en Europe [3]) et qui est utilisé par les internautes comme un comparateur, un site d’avis et bien sûr un site de réservation… est aussi un fournisseur de solutions de réservation en ligne pour les hébergeurs ! Eh oui…

Il y a quelques jours, Booking.com a annoncé que le service de « marque blanche de réservation » appelé « Booking Button », qu’il proposait déjà depuis quelques années aux hébergeurs à 3 % de commission, serait désormais gratuit. Vous vous méfiez des super services gratuits ? Vous faites bien, car rien n’est jamais vraiment gratuit !

Qu’est-ce que le Booking Button ?

Le « Booking Button » est ce que l’on appelle une  « marque blanche de réservation », c’est-à-dire, une duplication de l’interface de réservation de Booking.com à l’échelle d’un prestataire, accessible sur une url spécifique et/ou en iframe, avec une traçabilité sur les ventes.

En d’autres termes, Booking.com propose aux hébergeurs d’intégrer sur leur site web, un bouton de réservation qui permet de vendre leur offre et uniquement leur offre, via le système de Booking.com, même ergonomie, mêmes photos, mêmes dispos, mêmes tarifs, mêmes descriptifs, même système de paiement etc., mais sans commission sur les ventes réalisées via cette marque blanche et sans frais fixe.

Exemple Booking Button Hôtel Le Régina
 

Et concrètement, la mise en œuvre du Booking Button est très simple, il suffit d’être commercialisé par Booking.com et de copier/coller un bout de code html pour intégrer le bouton de réservation sur son site. Le détail de la démarche est expliqué ici en quelques lignes. A noter également, que ce service se décline en application Facebook pour les Pages.

Ce principe de Marque Blanche « Booking » existe aussi pour les destinations (exemple avec l’OT de New York), mais là, les ventes réalisées via cette marque blanche « territoriale » sont commissionnées comme d’habitude (15 ou 17%), en revanche Booking  partage la commission avec le site de destination. J’avais fait un article sur ce sujet sur le blog de Voyage en Multimédia.

 

« Booking Button » : une bonne ou une mauvaise affaire ?

A première vue, l’offre est alléchante, un moteur de réservation facilement intégrable sur son site web, qui reprend l’ergonomie « pro » de Booking.com, le tout sans débourser un centime… On se dit que les solutions de réservation en ligne « métier » telles que Réservit, AvailPro, Fast Booking et autres, ont du souci à se faire ! C’est possible, mais on ne peut pas considérer le Booking Button comme une réelle alternative à ces outils de commercialisation en ligne « métier », et ce, pour une raison très simple :

*Le Booking Button permet de vendre sur le site de l’hébergeur, uniquement l’offre disponible sur Booking.com au prix de Booking… les conséquences de ce point sont très importantes et justifient sans doute la gratuité du service…

Avec le Booking Button comme outil de réservation en ligne, il devient par exemple impossible pour un hébergeur :

  • De ne pas mettre tout son stock sur Booking à certaines périodes de l’année où le remplissage est facile. Qui vendra le plus lorsqu’il y aura de la demande ? Booking.com ou le site de l’hébergeur ?
  • D’être moins cher sur son site web que sur Booking.com, tout en respectant les conditions d’utilisation de Booking. Il y a plein de possibilités ! (voir cet excellent article de Thomas Yung).
  • De développer des stratégies de commercialisation mutualisées à l’échelle d’une destination comme le fait l’excellent club hôtelier de Sarlat.
  • D’orienter du trafic qualifié sur son moteur de réservation depuis les comparateurs de prix tels que Google Hotel Finder ou Tripadvisor (via Tripconnect).

Bref, utiliser ce service pour un hébergeur revient à se priver de toute liberté en matière de commercialisation en ligne !

Je n’ai absolument rien contre Booking.com, mais je pense qu’il est nécessaire d’expliquer les conséquences de l’utilisation du Booking Button pour un hébergeur et les raisons de sa gratuité.

Ce service est le meilleur moyen d’avoir la totalité du stock d’un hébergeur et donc plus de réservations pour Booking.com, l’équation est assez simple.

Pour autant, le choix de ce service peut tout à fait se justifier dans certains cas, mais il doit être fait en connaissance de cause.

En effet, certains hébergeurs vous diront qu’ils n’ont pas de temps pour gérer leur commercialisation en ligne, pas de temps non plus de faire du webmarketing et que Booking.com remplit leurs établissements, et cela leur va bien comme ça. Pour eux, il est certain que le Booking Button est un bon moyen de prendre quelques réservations en direct à 0%. Ça se tient.

Le Booking Button peut aussi, de mon point de vue, constituer une première étape (simple et mieux que pas cher) pour les hébergeurs qui n’ont pas d’outil de vente en ligne et pour qui le Yield Management est un gros mot… ces hébergeurs que les ANT, les conseillers tourisme des CCI et autres consultants e-tourisme ne parviennent pas à convaincre d’investir dans des outils professionnels au nom barbare (Booking Engine + Channel Manager), qui, il faut aussi le reconnaître, coûtent assez cher parfois.

Mais il me semble vraiment dangereux pour un hébergeur de rester dans ce schéma de commercialisation. Il existe de nombreux outils de vente en ligne, souvent spécifiques à chaque filière, qui sont  « professionnels » et « indépendants » des distributeurs. En voici un petit panorama non-exhaustif issu de mes supports de formation :

schéma outils de résa

Certains sont très évolués et assez chers, d’autres un peu moins et plus abordables, mais tous offrent bien plus de liberté en matière de commercialisation en ligne.

La dépendance commerciale est dangereuse dans n’importe quel secteur d’activité et pour un hébergeur, l’investissement dans un outil de commercialisation en ligne pro et indépendant des distributeurs, est un élément indispensable pour pouvoir prétendre à l'indépendance en matière de commercialisation.

La liberté a aussi un prix !

 

[1] Source : Booking - 2013

[2] Source : FEVAD - 2013

[3] Source : Comscore - 2014


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlboulin 58436 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine