Magazine Santé

IST et VIH: L'alcool, ennemi juré de la prévention

Publié le 21 avril 2014 par Santelog @santelog

IST et VIH: L'alcool, ennemi juré de la prévention  – Health Psychology & MedicineQui a dit que «  l’alcool est la source, et la solution à tous les problèmes de la vie  » ? Cette citation, d’Omer Simpson, n’est reprise avec le sourire par ces auteurs de l’Université de Pennsylvanie, que pour être contredite avec leur étude sur les freins à la prévention anti-VIH. Car la fréquence de la consommation d’alcool bien plus que le nombre de partenaires sexuels est ici épinglée comme le facteur principal de la non-exposition et non-observation des mesures de base de prévention contre le VIH. Les conclusions, présentées dans la revue Health Psychology & Medicine, font la démonstration de l’inefficacité des interventions de prévention classique sur la cible des grands buveurs.

IST et VIH: L'alcool, ennemi juré de la prévention  – Health Psychology & Medicine
«  L’ironie réside dans le fait que les comportements-mêmes qui exposent au risque d’infection à VIH et aux IST sont ceux qui empêchent de chercher et respecter des conseils et des mesures de prévention « , commentent Kristina Wilson et Dolores Albarracín, de l’Université de Pennsylvanie, co-auteurs de l’étude. Chercher à comprendre les réticences à accepter des conseils de prévention du VIH parmi les populations vulnérables est de la première importance sinon, les cibles à risque élevé ne seront pas atteintes. Cette étude de terrain réalisée dans un établissement de soins de santé auprès de 350 à risque élevé montrent que les participants au comportement le moins risqué, c’est-à-dire ne consommant pas d’alcool et à partenaires sexuels réguliers sont bien plus enclins à recevoir et entendre des conseils de prévention.

·  

L’abus d’alcool est associé à une nette diminution de l’exposition à ces conseils de prévention, quel que soit le nombre de partenaires sexuels déclarés,

·   cependant l’association entre consommation excessive d’alcool et prise de risque sexuelle, déjà connue est confirmée.

En conclusion, il s’agit, écrivent les auteurs de développer des interventions qui ciblent conjointement la prévention des IST et la consommation excessive d’alcool. Cependant, ces programmes seront peu susceptibles d’atteindre leur impact si les publics cibles ne s’inscrivent pas. Donc il s’agit avant tout de trouver les moyens de convaincre ces groupes, à risque élevé, de s’intéresser à la prévention.

Source: Psychology Health & Medicine 1 Apr 2014 DOI:10.1080/13548506.2014.902484Higher alcohol use and more sex partners predict decreased exposure to HIV-prevention counseling

ments sexuels à risque -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine