Magazine France

ais-je raté quelque chose de ce week-end de Pâques ?

Publié le 21 avril 2014 par Gédécé @lesechogaucho

indexRetour à la réalité après deux jours d’une belle absence… Excellent week-end merci, je n’en dirai pas plus, c’est mon intimité. Que du bonheur. Mais que s’est-il passé entre temps ? Un coup d’œil sur mon lecteur de flux, et je tombe en premier lieu sur une bonne nouvelle : ce beau geste d’une vieille dame qui a fait don de 800 000 euros à une petite commune bretonne (Saint-Congard, Morbihan). Voilà qui lui permettra de mieux résister au programme d’austérité en autorisant (peut-être) ses habitants à payer un peu moins d’impôts. On passera sur le coup de pub d’un journaliste en mal de notoriété qui colporte l’anecdote selon laquelle Sarko se serait payé un plan drague assez lourd avec l’ancienne compagne de notre actuel président (en plus, c’était en d’autres temps, d’autres règnes : 2007 !) pour se consacrer plus sérieusement aux conclusions des travaux de ces députés  socialistes si vertueux qui ont consacré ce week-end à construire un plan d’austérité alternatif à celui imposé unilatéralement par Valls. Seul hic : ils ne remettent aucunement en cause la nécessité de coupes sombres alors qu’elles sont pourtant liées à une idée injuste qui consiste à distribuer la manne publique à des entreprises pourtant peu citoyennes dans leur ensemble, et cela sans contrepartie. Tout au plus suggèrent-ils – quelle audace – le report pour les grands groupes de l’application des baisses de charges prévues dans le cadre du pacte de responsabilité. Mais puisqu’on a le choix entre la peste et le choléra, le fait qu’ils proposent d’épargner les prestations familiales pour les faibles et moyens revenus, ainsi que le rejet du gel du salaire des fonctionnaires apparaît forcément comme une mesure sociale. Loin de toute préoccupation de cet ordre, l’UDI veut faire "mieux" que Valls en annonçant un "contre-pacte" de… 80 milliards. Allons donc encore plus loin dans la logique du pire…. Ils n’excluent cependant pas de voter le plan de Valls. Voilà qui en dit long sur le caractère si socialiste de celui-ci. Valls, de gauche, vraiment ? Arrêtez de me faire rire, j’ai mal aux côtes !  Autre anecdote amusante, histoire d’apporter un peu de légèreté dans la grisaille des actus, cette nouvelle selon laquelle l’ancien ministre du logement Benoit Apparu a été victime d’un drôle de canular dont j’aimerai beaucoup (comme bien d ‘autres je suppose), connaitre l’origine :

"Le maire UMP de Châlons-en-Champagne, Benoist Apparu, a porté plainte après avoir reçu des centaines d’appels sur son portable, dont le numéro a été divulgué par de fausses pancartes immobilières posées sur des habitations à Reims. Près de 200 panneaux de plastique rouge et blanc portant la mention «A vendre», le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations qui n’étaient pas à céder. «J’ai reçu le premier appel samedi vers 4 heures …"

Autre bonne nouvelle (pour moi seulement ?), l’arrestation et l’incarcération de 10 militants contre l’éco-taxe qui avaient détruit des portiques en Bretagne. La joie est d’autant plus grande que l’un d’entre eux est membre de l’Adsav, un parti indépendantiste d’extrême droite. Bien fait.

Et donc, ami(e)s blogueurs (gueuses) politiques, serais-je passé à côté d’autre chose ?  Merci pour les infos. 200 panneaux de plastique rouges et blancs portant la mention "A vendre", le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations du centre ville de Reims. Seul hic, ils n’étaient pas à céder.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-numero-de-portable-de-benoist-apparu-placarde-sur-des-panneaux-immobiliers_1510399.html#74Ub3QGz8BYVqySv.99200 panneaux de plastique rouges et blancs portant la mention "A vendre", le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations du centre ville de Reims. Seul hic, ils n’étaient pas à céder.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-numero-de-portable-de-benoist-apparu-placarde-sur-des-panneaux-immobiliers_1510399.html#74Ub3QGz8BYVqySv.99200 panneaux de plastique rouges et blancs portant la mention "A vendre", le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations du centre ville de Reims. Seul hic, ils n’étaient pas à céder.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-numero-de-portable-de-benoist-apparu-placarde-sur-des-panneaux-immobiliers_1510399.html#74Ub3QGz8BYVqySv.99200 panneaux de plastique rouges et blancs portant la mention "A vendre", le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations du centre ville de Reims. Seul hic, ils n’étaient pas à céder.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-numero-de-portable-de-benoist-apparu-placarde-sur-des-panneaux-immobiliers_1510399.html#74Ub3QGz8BYVqySv.99200 panneaux de plastique rouges et blancs portant la mention "A vendre", le nom d’une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons ont été soigneusement fixés dans la nuit de vendredi à samedi à des fenêtres ou des balcons d’habitations du centre ville de Reims. Seul hic, ils n’étaient pas à céder.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-numero-de-portable-de-benoist-apparu-placarde-sur-des-panneaux-immobiliers_1510399.html#74Ub3QGz8BYVqySv.99

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte