Magazine Design et Architecture

ARCHITECTURE MOGHOLE (XVIIe au XIXe siècles)

Publié le 22 avril 2014 par Aelezig

Le règne de Jahangir (1605-1627)

Jahangir montre de l'intérêt pour l'architecture, et permet plusieurs innovations importantes.

z13mausolée d'akbar

Mausolée d'Akbar

Le premier monument qu'on peut lui attribuer est le mausolée d'Akbar, à Sikandra, fini en 1613, mais déjà commencé sans doute sous son propriétaire. Néanmoins, les formes, très différentes de celles du règne d'Akbar, montrent bien que la majeure partie de la construction a été réalisée sous Jahangir, qui, selon les textes n'aurait en fait conservé que le puissant soubassement, et fait détruire le début de la construction. Élevé sur une grande plate forme, au milieu d'un jardin en chahar bagh, ce tombeau haut de 30 mètres est tout à fait unique, et sans doute en partie inachevé. Les quatre minarets qui cantonnent le monument sont une innovation pour le monde moghol, même si on connaît, dans le Deccan, une porte qui présente la même organisation. La façade présente un pishtak, surmonté d'un chatri, et l'intérieur s'organise sur quatre niveaux autour d'espaces hypostyles. Le dernier niveau est constitué d'une cour ouverte par des fenêtres en claire-voie et cantonnée de chatris. Certains chercheurs pensent qu'une coupole était prévue, mais ce n'est pas sûr.

Le mécénat de Jahangir est aussi présent dans le fort de Lahore. Jahangir y a fait refaire les remparts, dont le décor de céramique, démodé dans le sud, est une caractéristique de cette région (actuel Pakistan).

z14

Mausolée d'Akbar

La réalisation la plus connue du règne de Jahangir n'est pourtant pas due à son mécénat propre : c'est Nur Jahan qui a commandité le mausolée de son père I'timâd al-Dawla, érigé à Agra entre 1621 et 1626. Le mausolée est construit entièrement en marbre blanc et décoré d'incrustations en grès rouge, un changement de rapport entre ces deux matériaux très innovant. Cantonné de quatre tours d'angle octogonales servant de minaret, le tombeau est en fait un carré surmonté d'un petit pavillon à coupole surbaissée, trait spécifique à l'architecture moghole. Son plan est organisé en hasht bihisht, avec comme espace central, la chambre funéraire. Mais c'est sans doute le décor qui constitue le trait le plus remarquable de ce monument. Il est réalisé dans la technique de la pietra dura, technique venue d'occident à travers les cadeaux diplomatiques et le commerce. Toutes les surfaces sont ainsi couvertes d'incrustations de pierres de couleur d'un raffinement extrême : motif floraux et végétaux se déploient avec délicatesse. Mais une autre technique décorative est également mise en œuvre : c'est le creusement de niches, qui découleraient d'une influence de l'Inde hindoue et servaient peut-être à exposer des objets précieux de porcelaine chinoise, de métal ou de pierre dure. Enfin, il faut signaler un dernier décor : les stucs en éventail, qui constituent une innovation datable du règne de Jahangir.

Autre mausolée important du règne de Jahangir, celui du souverain lui-même, qui se trouve à Lahore. Il s'agit d'un petit pavillon placé sur une gigantesque plate forme et cantonné de quatre minarets.

L'architecture sous Jahangir connaît donc de nombreuses innovations, comme le passage au marbre blanc comme matériau, l'utilisation de tourelles d'angles, le travail de pietra dura et le goût pour les bouquets et les motifs floraux, autant d'éléments qui préfigurent le règne de Shah Jahan et son explosion architecturale.

z15fortdelahore

Fort de Lahore

L'architecture moghole classique : le règne de Shah Jahan (1628-1657)

Shah Jahan établit un programme architectural très ambitieux, le plus vaste de toute l'histoire de l'art islamique, dont les principales manifestations ont lieu à Agra, à Delhi, à Ajmer, au Kashmîr… Ce classicisme se manifeste à travers plusieurs traits, tels que l'importance de la symétrie, et l'utilisation d'un répertoire de formes et de motifs plus standardisé et limité qu'auparavant, tel que l'arc lobé (arc comprenant une ou plusieurs découpes rondes sur son pourtour) qui se répand dans tout l'empire. Le matériau préféré est désormais le marbre blanc sans rehauts de grès rouge, mais décoré de stucs et d'incrustations.

Le fort rouge d'Agra : Au fort d'Agra, Shah Jahan ordonne de nombreuses démolitions afin de mieux reconstruire. Dans la partie publique, il organise l'espace selon trois cours entourant, à l'est une plate forme soutenant l'édifice principal, le diwan-i 'Am contenant une nouvelle salle d'audience publique. On note la présence d'un type de colonne caractéristique de Shah Jahan et définissable par sa base épannelée (grosse pierre rendue bien plane, bien lisse) et son fût à pans coupés (légèrement en biais), le type de chapiteau variant. Autre ensemble important du fort rouge dû au mécénat de Shah Jahan, le diwan-i Khass, ou Khass Mahal, pavillon donnant sur le fleuve entouré par deux autres pavillons du même style surnommés bangla car empruntant certains traits à l'architecture bengalie, en particulier la toiture incurvée. Ces deux petits édifices servaient de fenêtre d'apparition pour le sultan et sa fille Jahanara. Chacun est situé à côté d'une tour qui servait de lieu de vie privée. Le fort d'Agra est terminé en 1637, mais un petit édifice tout en marbre et très élégant, la mosquée de la perle, vient s'y ajouter en 1654

z17fortrougeagra

Fort rouge d'Agra

Le Taj Mahal : La Taj Mahal, situé aussi à Agra, est sans aucun doute l'édifice le plus connu et le plus réussi du règne de Shah Jahan. Tombeau édifié pour Mumtaz Mahal, l'épouse préférée du sultan, entre 1631 et 1647, il appartient à un immense complexe situé à côté de la Yamuna, et pose encore beaucoup de questions.

Le complexe du Taj Mahal se divise en trois parties, trois enclos situés sur un même axe : un chahâr sû menant, via un portail monumental à un jardin en chahar bagh au fond duquel se trouve un second portail monumental par lequel on accède, au tombeau lui-même, édifié sur une plate forme. Ce type d'organisation, qui place l'architecture près du fleuve, au fond du jardin et non pas à l'intersection des axes est assez novateur.

Le portail d'accès vers la troisième cour est réalisé en grès incrusté de marbre. On note une forte symétrie axiale, et la présence de deux tourelles d'angle. Le Taj Mahal s'inscrit dans le profil du portail. Il représente l'aboutissement d'une tradition, tant dans son plan que dans son élévation et son décor, puisqu'il reprend la disposition du tombeau d'Humayun à Delhi, mais en mieux proportionné, avec des coupoles plus bulbeuses. Les quatre minarets ne sont plus comme auparavant collés au bâtiment, mais autonomes.

z16mausolee jahangir

Mausolée de Jahangir

Tout l'édifice est en marbre, même la plate-forme à décor de niches, faisant contraste avec les deux éléments, mosquée et logement pour les pèlerins, qui l'entourent en contrebas et sont en grès avec une porte de marbre. Selon la symbolique hindouiste, le blanc est d'habitude réservé aux brahmans et le rouge aux souverains. Suprême raffinement, les joints ont été faits de manière à ce que le monument paraisse parfaitement lisse.

Du point de vue du décor, il est de plusieurs types. On peut citer tout d'abord les citations coraniques sur des thèmes eschatologiques incrustées en noir. Mais c'est surtout le décor floral sculpté et incrusté qui retient l'attention par son naturalisme, encore accentué à l'intérieur. Les cénotaphes, qui comportent sans doute le plus beau décor incrusté de tout le monument (48 variétés de pierres différentes s'y trouvent) sont entourés d'un octogone qui délimite l'espace central.

z17

Fort rouge de Lahore

Shahjahanabad : Comme Akbar, Shah Jahan fait édifier une ville quasiment ex nihilo, à Delhi. Sortie des limbes entre 1639 et 1648, Shahjahânabâd consiste en un demi-cercle irrégulier sur la rive ouest de la Yamuna, couvrant la plus grande partie de la ville de Firuzbad, crée au XIVe siècle. L'architecte en chef en est Ahmad Lahawri, qui supervisa déjà les travaux du Taj Mahal. La cité comprenait de larges avenues avec des canaux, les mosquées, des jardins, des bazars, des palais pour la noblesse, organisés autour de jardins sur des lots distribués par l'empereur, et une citadelle, le fort rouge, ainsi nommée en raison de ses remparts de grès rouge.

Le fort rouge (Lal Qal'a) est un bâtiment immense (656 m × 328 m) constitué d'une succession de cours et de jardins alimentés en eau par le détournement de la Yamuna. Ouvert de deux portes, la porte de Delhi, qui mène à la grande mosquée, et celle de Lahore, avec des allées de bazars, il contient plusieurs cours, dont celle des audiences publiques au fond de laquelle se trouve le diwan-i 'Am. Il qui mène à la partie plus privée du fort via un jardin en chahar bagh. Dans celle-ci, on trouve notamment le diwan-i Khass, un hammam et une tour d'apparition.

Le diwan-i 'Am est très proche de celui d'Agra, avec ses arcs à neuf lobes et ses colonnes à pans coupés. Ce pavillon à colonnes est réalisé en grès rouge recouvert d'un stuc imitant le marbre. Il contient une tribune de marbre destinée au trône aux paons. Couverte d'une toiture supportée par des colonnes à base bulbeuses, elle est décorée d'éléments floraux sculptés et d'incrustations de pierre représentant, outre des fleurs et des oiseaux, des félins, le symbole du roi Salomon et une représentation d'Orphée, ce qui montre bien l'import de cette technique d'Europe, et notamment des cabinets et des dessus de table florentins.

z18taj mahal

Taj Mahal

Le diwan-i Khass est un pavillon à piliers et arcades polylobées surmonté de quatre chatris et décoré de sculptures et d'incrustations. Le décor est assez chargé et donne une grande importance aux fleurs. Au hammam, le décor est également réalisé en pierre dure incrustée dans le marbre.

La grande mosquée de Shahjahanabad, dite aussi grande mosquée de Delhi, est la plus grande de l'Inde. Créée entre 1650 et 1656, elle est revêtue de grès rouge. Utilisant le plan moghol elle se compose d'une grande cour pavée et surhaussée sur laquelle donnent trois hautes portes, une sur chaque côté.

Autres villes : D'autres bâtiments, directement dus au mécénat de Shah Jahan ou à celui de ses ministres et aristocrates, sont édifiés dans des villes importantes. Ainsi, Vazir Khan fait construire en 1634-1635 une mosquée à son nom dans la ville de Lahore. Élevée sur un plan moghol, elle comporte quatre minarets octogonaux aux angles de la grande cour pavée à portique. La salle de prière est ouverte par un portique monumental et couverte de cinq coupoles. On note l'utilisation de matériaux spécifiques à la région : brique, céramique glaçurée, stuc.

Outre les mosquées, Shah Jahan a commandité de nombreux bazars, caravansérails, pavillons… Il est également un amateur de jardins, et en fait réaliser à Srinagar, Lahore et Delhi qui portent tous trois le nom de Shalimar Bagh.

z19grandemosqueedelhi

Grande mosquée de Delhi

Le règne d'Awrangzeb (1658-1707)

La forte religiosité d'Awrangzeb le pousse à construire de nombreuses mosquées, comme celle de la perle (la Moti Masjid) à Delhi. Petite, elle est réalisée toute en marbre, ce qui lui a donné son nom, et comporte un décor floral beaucoup plus foisonnant et exubérant que sous Shah Jahan.

À Lahore, Awrangzeb commande des édifices civils, comme la porte du fort, mais aussi la mosquée Badshahi, réalisée par son frère adoptif, Fida'i Khan Koka en 1673 - 1674. Surélevée par rapport à la cité, elle contient quatre minarets aux angles de la cour et quatre petits qui cantonnent le haram, terminés par des chatris.

On doit aussi à Awrangzeb le mausolée de sa femme à Awrangabad. Celui-ci est bâti sur le même principe que le Taj Mahal : un édifice à coupole sur une plate forme entouré de quatre minarets détachés. Mais les proportions du bâtiment, maladroites, le rendent étriqué et marquent le début du déclin de l'architecture moghole.

XVIIIe et XIXe siècles

Au XVIIIe siècle, le patronage architectural devient indépendant de la cour : ce sont des dirigeants locaux, méfiants face au pouvoir centralisé des moghols, qui commandent des bâtiments pour leur propre compte, tout en copiant le grand style moghol. L'exemple le plus important et représentatif pour cette période est sans doute le mausolée de Safdarjang, édifié à Delhi en 1753 - 1754. Dernier grand mausolée à plan en hasht bihisht, il se modèle sur l'exemple du mausolée d'Humayun, mais modifie en profondeur ses proportions, vers plus de verticalité.

Pour le XIXe siècle, c'est à Lucknow que se concentre une grande activité architecturale. Sa grande mosquée est décorée d'une mosaïque de petits miroirs, technique inventée sous Shah Jahân et très utilisée dans l'architecture tardive et Rajpute, qui prend le nom de Shîsh Mahal.

D'après Wikipédia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte