Magazine

La peau de Sarko, revue de presse N°26

Publié le 22 avril 2014 par Dubruel

Chapitre 5

À l’Élysée, Sakorzy s’appuie sur la garde rapprochée suivante :

-Claude Guéant, l’ancien bras droit de Pasqua.

-François Pérol, associé-gérant de la banque Rothschild.

-Jean-David Lévitte, fils de l’ancien directeur de l’Agence Juive et ancien ambassadeur à Washington.

-Alain Bauer, l’homme de l’ombre, ancien Grand-Maître du Grand Orient de France et ancien n°2 de la états-unienne National Security Agency en Europe. Son nom n’apparait pas dans les annuaires. À l’Élysée, il est chargé des services de renseignement.

Le conseiller en communication de Sarkozy est Jacques Séguéla qui lui préconisera, quand sa cote de popularité sera en chute libre, de détourner l’attention du public avec des nouvelles « people stories ».

Il lui présentera Carla Bruni. Le battage médiatique tentera de couvrir encore les critiques politiques.

Thierry Meyssan, président-fondateur du Réseau Voltaire pose la question : « Quand les français auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont affaire ? »

Le 14 mai 2007, Sarkozy annonce sa démission de la présidence de L’UMP, par souci d’impartialité.

Juillet 2007 : on apprend que sa femme, Cecilia, dispose d’une carte bleue de l’Elysée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte