Magazine Santé

OBÉSITÉ: Vivre plus haut, vivre moins gros? – PLoS ONE

Publié le 29 avril 2014 par Santelog @santelog

OBÉSITÉ: Vivre plus haut, vivre moins gros? – PLoS ONEL’altitude, un facteur anti-obésité ? Non, ce serait le manque d’oxygène en altitude qui réduirait l’appétit, explique cette étude américaine qui constate, sur près de 100.000 militaires, que ceux affectés aux zones de haute altitude ont une tendance moindre au surpoids, que les troupes affectées à des zones de basses altitudes. Les conclusions, présentées dans la revue PLoS ONE, sont plus amusantes qu’utiles car, à part déménager vers les sommets…Cependant, elles posent la question des effets possibles de l’oxygène sur la variation de l’appétit.

OBÉSITÉ: Vivre plus haut, vivre moins gros? – PLoS ONE
Une précédente étude, publiée dans l’International Journal of Obesity avait déjà abouti à cette conclusion montrant que prévalence de l’obésité diminue avec chaque pallier supplémentaire de 200 m d’altitude.

L’étude menée par des chercheurs de plusieurs universités américaines avec la collaboration de l’US Air Force a rapproché les données d’IMC de 98.009 militaires, des données d’altitude de leur lieu d’affectation, pour les militaires diagnostiqués en consultation en surpoids, de janvier 2006 à décembre 2012. Les chercheurs ont également étudié l’évolution de l’IMC en fonction de la succession des affectations sur une durée moyenne de suivi de 3,2 ans.

Les facteurs de confusion, tels que l’âge, l’ethnie, le sexe, … ont été pris en compte.

L’analyse constate que,

·   les participants présentent un risque relatif plus faible d’être diagnostiquée comme obèses lorsque stationnés à haute altitude (>1.960 m) vs à basse altitude (<980 m).

·   HR est < de 41 % dans le groupe de haute altitude vs basse altitude.

·   Une fois tous les facteurs de confusion pris en compte, ce risque d’obésité en haute altitude reste inférieur de 17% au risque en basse altitude.

Les chercheurs concluent que vivre en haute altitude est associé à des taux inférieurs de nouveaux diagnostics d’obésité, cependant le mécanisme et la relation méritent d’être mieux compris. Car si

le manque d’oxygène en altitude peut constituer une explication plausible, avec une réduction de l’appétit liée à l’augmentation des niveaux de leptine sous l’effet de l’hypoxie, cette recherche n’en fait pas la démonstration. Enfin, les apports nutritionnels et la quantité d’exercice physique n’ont pas été pris en compte.

Cependant, ces résultats posent la question des effets sur l’IMC ou la masse graisseuse d’un environnement pauvre en oxygène.

Source:PLOS One April 16 2014DOI: 10.1371/journal.pone.0093493Lower Obesity Rate during Residence at High Altitude among a Military Population with Frequent Migration: A Quasi Experimental Model for Investigating Spatial Causation (Visuel© Dudarev Mikhail – Fotolia.com)

OBÉSITÉ: Vivre plus haut, vivre moins gros? – PLoS ONE
Lire aussi:OBÉSITÉ: A basse altitude, la prévalence est plus élevée! -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine