Magazine Beauté

Au travail...

Publié le 01 mai 2014 par Nyemb79

Au travail...

Bonjour,

En ce jour où le monde célèbre la fête du travail, il me tient à coeur de revenir sur la condition des Nappy en milieu professionnel au Cameroun.

Quel est le quotidien des femmes et des hommes qui osent porter leur cheveux au naturel dans une société où nous avons appris à dénigrer tout ce qui est inérant à la race noire.

Le climat social est un facteur capital à l'épanouissement du travailleur étant donné que nous passons la majeure partie de notre temps au travail et ne retrouvons nos familles que le soir.

Dans mon pays, les employeurs sont prêts à refuser d'embaucher les personnes qui portent les cheveux crépus mais paradoxalement cette discrimination n'existe pas au niveau des clients"il faut vendre à tout le monde!".

Je connais des filles qui sont contraintes de faire des coiffures protectrices à longueur de vie parce que le boss trouve que le cheveu crépu n'est pas professionnel.

Je me demande toujours comment on peut arriver à trouver qu'une texture de cheveu peut être irrespectueuse vis à vis d'un client par exemple.

Sur le plan des rapports avec les collègues, les naturelles sont victimes d'une stigmatisation notoire.Au pays,nous pensons que pour travailler "chez le blanc" il faut se rapprocher de lui:

  • Avoir les cheveux lisses de rigueur ,une vendeuse de mêches brésiliennes m'a avoué que 90% de son chiffre d'affaire est réalisé dans les grandes sociétés privées de la place!La plupart des femmes achètent par souci d'intégration au "groupe".
  • Il faut oublier son accent local et "whiteser" comme ont dis chez nous.
  • Il faut accessoirement se blanchir la peau et avoir "le teint commercial".

Mais ce qu'il faut relever c'est que bizarrement tout ceci est basé sur des préjugés dans lesquels nous nous enfermons nous-même.Tenez par exemple, la première personne à m'avoir fait un compliment sur mes cheveux c'était mon boss blanc loool.

Comment être efficace dans un environnement où on est victime au quotidien des remarques désobligeantes des collègues? "tu es villageoise!" "tu fais négligée".

Comment arriver à travailler en équipe quand on est considéré comme subversif,lesbiennes,dépressives par ses propres collègues à cause de ses cheveux.

Je ne compte plus le nombre de filles qui ont cédé à la pression et ont redéfrisé parce qu'au pays trouver du travail est un parcours du combattant on n'ose pas démissionner.

Les licenciements(surtout dans les entreprises des Camerounais) pour "insubordination" sont légions.

En définitive, je pense que nous sommes les premiers à nous mettre des barrières qui n'existent que dans nos têtes.Une texture de cheveux qui plus est fait partie de notre nature ne saurait pâtir aux performances d'un travailleur.Ce qui est important en entreprise c'est la performance indépendamment d'éléments subjectifs comme la texture de cheveu...

Trouver vous que le cheveu crépu n'est pas professionel?

Comment vivez vous le statut de Nappy en Entreprise?

Je vous souhaite un heureux 1er Mai!!!

Au travail...

Hello,

The world is  celebrating  labor day today and I found it accurate to go through the status of women and men wearing their natural hair at work in Cameroon.

What's the big deal about natural hair in a country where we are convinced that all what turns to black as a race is automatically bad?

The social climate in the workplace is highly important to employees since we spend most of our time at work.

In my country,employers sometimes refuse to recruit qualified people with natural hair whereas  there is no discrimation when it comes to customers "they claimed to adress  everybody even those with Natural hair"looool

I have Naturals who are bound to wear protective styles such as weaves or straightend their hair for work just because the boss think natural hair is unprofessional.

It's sad how some people will label a hair texture as unprofessional because of their own prejudice.How can a personal assistant for example forget to send a report to its boss because she has natural hair.LOOOOL

As far as relationships with colleagues are concerned, naturals are victim of many pressures leading to anxiety.

Africans think to work with the "white man" you have to look like him:

  • You need to wear long and straight hair( a seller of brazilian extensions told me 90% of her customers are women working in private companies.Most of them buy because they want to be accepted in "the group".
  • You have to speak french or English without any trace of your mother tongue accent.
  • You need to have the "commercial" skin tone.

It's sad how some of us are so blinded by prejudices and ignorance.The very first person to complements my hair was my boss, a white man of course!

How to succeed in a hostile environment where your colleagues always gossip at you because of your hair "why do you neglect yourself "you don't look like workers of our company".

I know of women who finally succombed to the pressure and relaxed their hair. Since it's a difficult task to get a job in Cameroon they cannot afford to resign.

Many are fired specially in companies owned by Cameroonians.

I finally think that the most unaccepting of our hair in its natural state is ourself.The idea of natural hair beeing unprofessional has nothing to do with rational.Unfortunately there are those of us who choose irrational militant attitude over common sense.What is IMPORTANT in the workplace is performances no matter your hair texture.

What do you think?Feel free to share your experience below.

Happy labor day!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nyemb79 1199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte