Magazine Humanitaire

Philippines, six mois après le typhon Haiyan la reconstruction commence

Publié le 09 mai 2014 par Cmasson

Qu’est-ce qui fait que cette crise est différente des autres urgences ?

Le niveau de désastre surtout. Bien que les Philippins soient habitués aux typhons, la population n’était pas préparée pour un typhon d’une telle puissance. Ce typhon a fait plus de 6 000 morts et 14 millions de personnes ont été affectées. Nombre d’entre elles n’ont pas repris leurs activités habituelles. Par exemple, dans le cas des autres typhons, cinq mois après la catastrophe, il n'y avait plus de familles vivant dans des logements préfabriqués d'urgence. Dans le cas du typhon Haiyan, les familles commencent à peine à quitter leurs tentes pour accéder aux logements préfabriqués.

Six mois après, quelles sont les priorités ?

Les besoins basiques ont déjà été couverts de manière efficace grâce à la réponse humanitaire et aux efforts du gouvernement philippin. Les besoins de logement restent notre priorité car plus d’un million de maisons doivent être reconstruites. Par ailleurs, les familles situées dans les zones affectées n’ont pas récupéré les moyens nécessaires à l’exercice d’une activité économique, notamment dans l’agriculture ou la pêche. Ce processus va progresser très lentement, et la reconstruction d’un tissu productif et économique est également de première importance. Enfin, il faut souligner le besoin d’assistance psychologique aux victimes du typhon car l’expérience a été très traumatisante et beaucoup de personnes ont perdu des parents et des amis.

Quels sont les projets soutenus par Action contre la Faim ?

Après la première phase consacrée au soutien aux moyens d’existence de manière directe (de l’eau potable, la distribution de nourriture, la construction de latrines d’urgence et l’assistance nutritionnelle et psychologique), Action contre la Faim a commencé la deuxième phase du projet visant à pérenniser les interventions. Une partie importante de ce processus est réalisé en collaboration avec les autorités municipales et provinciales, ainsi qu’avec les marchés locaux. Notre objectif est de traiter la malnutrition chronique, de former des personnes à apporter une assistance psychologique aux centres de santé, et d’agir sur la gestion des ressources hydriques et des infrastructures d’assainissement communautaires.

D’ici combien de temps les communautés retrouveront-elles une « vie normale » ?

C’est difficile à dire. L’objectif pour la municipalité de Tacloban, ville la plus touchée par la catastrophe, est la reconstruction d’ici  2020 des infrastructures détruites. Le retour à la normalité est progressif. Les écoles sont déjà en fonctionnement. La majorité des centres de santé sont reconstruits. Cependant, certaines familles n’ont pas récupéré les moyens nécessaires à l’exercice d’une activité économique. Action contre la Faim a prévu de travailler dans les zones affectées par le typhon jusqu’à mi-décembre 2015. La stratégie est de transférer progressivement les activités d’appui aux autorités compétentes.

Est-il possible d’éviter des catastrophes comme celle-ci ?

Non. Cependant, nous pouvons minimiser les dommages. Les Philippines sont le troisième pays au monde le plus exposé aux risques de catastrophes naturelles. Dans nos interventions nous avons un fort intérêt à promouvoir la prévention de désastres.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cmasson 71342 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte