Magazine Société

Flamby ne perd pas le nord face au bourdin

Publié le 12 mai 2014 par Fabianus
Ce mardi 6 mai a les deux bougies de l'élection de François Hollande à l'Élysée. Pour l'occasion, le président de la République a enfin accepté l’invitation de la  matinale de BFMTV et de RMC. De 8 h 30 à 9 heures, il a répondu  aux questions de Jean-Jacques Bourdin puis, de 9 heures à 9 h 30, à celles des auditeurs de RMC et des téléspectateurs de BFMTV.
Jean Jacques attendait ce moment depuis des mois ! Il rageait de ne pas se croquer ce bon Flamby et de le soumette à ses questions agressives !
Car Jean Jacques aime collectionner les hautes cibles à son tableau de chasse. Le prédateur médiatique aux dents acérées s’est pourtant retrouvé face à une proie placide, à peine perturbée par les coups de butoir de l’interviewer remonté comme jamais ! On a rien appris de neuf : Hollande encaisse toujours les coups et les gouttes glissent sur lui avec une indolence ineffable. On est bien en crise avec un retournement hypothétique et l’horizon de 50 milliards d’économie à trouver sous le sabot d’un cheval étique, au régime sans selle et qu’avale l’ère de la désindustrialisation.

FLAMBY NE PERD PAS LE NORD FACE AU BOURDIN

Cliquer pour agrandir



Jean Jacques Bourdin en salivait Il voulait l’homme d’Elysée Deux ans à se rogner le frein Le changement venait  demain !
Deux ans à rêver de questions A poser sans inhibition Au cet orateur du Bourget Qui depuis faisait déchanter.
Maintenant qu’est tombé le Graal Jean Jacques se prend d’un cœur banal A se redire : tout ça pour ça ! La vacuité mène le pas !
Il avait beau la jouer dur Le titiller sans fioriture Le Président mit son talent A ne rien dire précisément.
Tout juste aura-t-il avoué Que son programme avait pêché Pour n’être point étincelant C’est un vrai scoop, évidemment !
Rien à gratter sur le privé Trierweiler, Julie Gayet Il n’est pas dans le cœur du poulpe Face au média de battre coulpe.
Aucun aveu d’amateurisme Droit dans les bottes d’un socialisme Qui Valls à droite en pas austères En cela peut sourd le mystère !
Sans rien à perdre sur trois ans Et porteur d’un retournement L’homme de Tulle fait des regrets Des miettes à la méthode Coué !
Tout juste admettra-t-il avoir Perdu du temps pour faire savoir Que la crise allait s’aggraver Aux belles heures du mariage gay !
La courbe du chômage en mire Mais plus d’argent dans la tirelire Et 50 milliards à trouver Sur des carcasses déplumées.
Une croissance en marmelade Des flots d’impôts en régalade Des élections tripatouillées Pour les régions dans le secret.
Allons, aimez-vous les Français ?
Lança Jean Jacques l’œil aiguisé
Evidemment j’aime les gens Répondit l’homme Président.
Et maintenant qu’il a parlé Jean Jacques se dit le cœur serré Qu’il eût pu être plus méchant Et ça le rend très mécontent.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine