Magazine Poésie

Gaston Miron – Tout un chacun (ou Les vies étanches) (1970)

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Gaston MironChacun ses pieds
Dans ses pas

chacun ses larmes
Au large des yeux

Chacun sa main
Dans l’aumône

Dans les trois-mâts
Chacun ses rêves

Son mal de poudrerie
Dans ses désirs

Son mal de nébuleuse
Dans ses pensées

Au repas
Chacun sa dent

Chacun son cou
Dans l’amour

Chacun, chacun

Chacun ses os
au cimetière

***

Gaston Miron (Sainte-Agathe-des-Monts, Québec 1928 – Montréal 1996)L’homme rapaillé (1970)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine