Magazine Santé

MALADIE de PARKINSON: L'efficacité à large spectre d'une activité physique adaptée – APA

Publié le 13 mai 2014 par Santelog @santelog

MALADIE de PARKINSON: L'efficacité à large spectre d'une activité physique adaptée – APALa pratique quotidienne d’une activité physique régulière est recommandée pour limiter les répercussions biopsychosociales liées à la maladie de Parkinson. Pour que les bénéfices soient optimisés, l’activité physique doit être adaptée (APA) aux besoins et aux capacités de la personne. Concernant le type d’activité, aucune recommandation n’a été émise pour le moment. Cependant, inclure plusieurs activités physiques stimulant différentes fonctions dans un programme APA démontre de meilleurs effets que la pratique d’une activité unique.

MALADIE de PARKINSON: L'efficacité à large spectre d'une activité physique adaptée – APA
La maladie de parkinson est une affection neurodégénérative qui touche particulièrement les neurones dopaminergiques, indispensables dans le contrôle du mouvement. Cette affection du système nerveux central évolue de façon lente et insidieuse avant que les premiers symptômes apparaissent, en général vers l’âge de 60 ans. Ces symptômes sont de 2 types, moteurs (ralentissement de la motricité, difficultés à initier le mouvement, rigidité, tremblements) et non moteurs (troubles du système nerveux végétatif, troubles cognitifs, troubles de l’humeur et troubles du sommeil). Avec 150.000 personnes touchées en France en 2013, la maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative, après la maladie d’Alzheimer.

 

D’après l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), l’interaction entre la génétique (prédispositions familiales ou mutations des gènes) et l’environnement (exposition aux toxiques) est une hypothèse qui expliquerait le déclenchement de la maladie. De nombreux symptômes moteurs et non moteurs en sont la conséquence. Il existe deux approches pour pallier aux symptômes, les moyens médicamenteux et l’accompagnement non médicamenteux dont fait partie l’Activité Physique Adaptée (APA).

Les Activités physiques adaptées ciblent l’ensemble des personnes en situation de handicap physique, psychique et/ou social, les personnes atteintes de maladie chronique et ou vieillissantes dans un but de rééducation, réhabilitation, de réinsertion et/ou éducation. Elles sont dispensées par un professionnel issu d’une formation universitaire spécifique (filières APA et Santé des UFR STAPS, niveau licence et master).

Des effets moteurs : Sur l’activité physique en général, selon l’Inserm, les personnes handicapées ou souffrant d’une maladie dégénérative comme la maladie de Parkinson -mais également la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques- peuvent bénéficier de l’activité physique en termes d’autonomie, d’image de soi ou de bienêtre, sous condition d’un accompagnement adapté.

  • Les activités de type aérobie contribuent à améliorer les capacités cardiovasculaires, ainsi que la lenteur et la rigidité dans le mouvement, qui sont deux des principaux symptômes de la maladie de Parkinson. La marche, la danse, la course à pied, le cyclisme ou la natation sont des exemples de pratique d’endurance. 
  • Les activités de renforcement musculaire améliorent la force, la vitesse de marche et la posture, qui sont altérés chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.
  • Les activités de souplesse et d’étirements permettent quant à elles, une amélioration de la mobilité, de l’amplitude des mouvements et réduisent la rigidité.

Par le biais de ces activités, il est essentiel de se centrer sur les fonctions d’équilibre, de capacités d’attention divisée (double tache), les fonctions motrices, afin de minimiser le risque de chute, particulièrement élevé chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 

Des effets «  non moteurs  » aussi: Ces différents types d’activités vont aussi permettre de réduire les symptômes non moteurs comme les troubles du sommeil, la dépression, et l’anxiété.

La pratique d’une Activité Physique Adaptée régulière contribue alors à limiter l’entrée de la personne dans un cercle vicieux de déconditionnement et à l’amélioration de la qualité de vie.

Auteurs: Aline Dubois, Emma Santiago et Sabine Vican (Etudiantes en Master 2 "Activités Physiques pour la Santé" Université Montpellier 1, UFR STAPS) 

MALADIE de PARKINSON: L'efficacité à large spectre d'une activité physique adaptée – APA
Pour en savoir plussur la Maladie de Parkinson

Biblio:

Bartels et al. (2003). Relationship between freezing of gait (FOG) and other feature of Parkinson’s: FOG is not correlated with bradykinesia. Journal of Clinical Neuroscience, 10, 584-588.

Cugusi et al. (2013). Body weight-supported high-intensity locomotor training and Adapted Physical Activity program in patients with Parkinson’s disease : a complementary approach ?. Archives of physical medicine and rehabilitation medicine, 94, 2032-5.

Defebvre (2007). La maladie de Parkinson et les syndromes parkinsoniens apparentés. Médecine nucléaire, 304-313.

Dontje et al. (2013). Quantifying daily physical activity and determinants in sedentary patients with Parkinson’s disease. Parkinsonism ans related disorders, 19, 878-882

Paillusson et al. (2012). Système nerveux entérique et maladie de Parkinson. La revue de médecine interne, 33, 225-318.

Park et al. (2014). Effects of a formal exercise program on Parkinson’s disease : a pilot study using a delayed start design. Parkinsonism and related disorders, 20, 106-111.

Pelissier et al. (2005). Evaluation de la maladie de Parkinson dans le contexte de la médecine physique et de réadaptation. Annales de réadaptation et de médecine physique, 45, 341-345.

Sejdic, E. et al. (2012). The effects of rythmic sensory cues on the temporal dynamics of human gait. PLOS ONE, 7, 1-7

Speelman et al. (2013). Evaluation of implementation of the ParkFit program : a multifaceted intervention aimed to promote physical activity in patients with Parkinson’s disease. Physiotherapy, 1-8.

Strubel et al. (2001). Démence et chutes. Ann Réadaptation Méd Phys, 44, 4-12.

Thomas, T. (2013). Ostéoporose et maladie de Parkinson. Revue du rhumatisme monographies, 80, 126-130

et InsermExpertise collective Inserm Activité physique Contextes et effets sur la santé

(Visuel Go4life NIH et Schéma NIEHS/NIH Environmental Health Perspectives)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine