Magazine Voyages

Qui est cet aventurier russe devenu roi d’Andorre pendant une semaine ?

Publié le 13 mai 2014 par Caraporters @Caraporters

Andorre - Qui est cet aventurier russe devenu Roi

Un règne express. En 1934, un étrange globe-trotter russe est devenu roi d’Andorre pendant quelques jours, avant d’être arrêté. Aujourd’hui encore, l’itinéraire de Boris Skossyreff reste mystérieux. Gros plan sur un fantôme insaisissable.

Aventurier, espion… et Roi ! Mais qui est vraiment Boris Skossyreff, alias Boris 1er ? Son histoire est un texte à trous jalonné de mystères. Né à la toute fin du XIXe siècle à Vilnius (actuellement en Lituanie, mais à l’époque dans l’Empire russe), Boris Skossyreff a fui la Révolution russe de 1917 pour trouver exil au Royaume-Uni. Selon différentes sources, souvent étrangères, il a ensuite servi l’armée britannique à divers points du globe dans des missions plus ou moins secrètes. Il a aussi été arrêté à plusieurs reprises dans différents pays. Mais c’est surtout en Andorre que l’on retrouve la trace de l’aventurier Skossyreff. Le 6 juillet 1934, suite à une période de troubles, l’homme devient roi d’Andorre sous le nom de Boris 1er. Visionnaire, il promet de moderniser le pays et d’en faire un paradis fiscal… Mais son règne ne dure que quelques jours puisqu’il est éjecté du pouvoir le 14 juillet 1934, sur ordre des coprinces. Arrêté manu militari par la Guardia civil, il sera transféré à Barcelone, puis à Madrid pour être finalement expulsé vers le Portugal en novembre 1934.

Un itinéraire mystérieux

La légende du globe-trotter devenu roi se poursuit ensuite sur différents continents sans que l’on connaisse avec exactitude son parcours. Arrêté une nouvelle fois dans le sud de la France à la fin des années 1930, il aurait ensuite été transféré au camp militaire du Vernet d’Ariège au début de la Seconde Guerre mondiale. Selon certaines sources, c’est l’occupant allemand qui l’en aurait libéré en 1942 pour s’en servir comme traducteur sur le front russe.

Emprisonné dans un camp en Sibérie !

Ensuite, deux versions s’affrontent. Selon un premier récit, désormais fortement mis à mal, Skossyreff serait mort dans un camp de prisonniers près de Perpignan en 1944. Mais pour d’autres, qui ont tenté de retracer le fil de son existence, il semble plutôt que Boris Skossyreff  a en fait été libéré par les soldats américains après la victoire des alliés, avant d’être une nouvelle fois arrêté en décembre 1946 par les autorités françaises à Berlin.

Après la guerre, on retrouve la trace de l’insaisissable Skossyreff à Boppard, en Allemagne. Là, il aurait encore été pincé, mais cette fois par les autorités d’occupation russes. Condamné aux travaux forcés, il est envoyé dans un camp en Sibérie avant d’être relâché en 1956. Selon un site internet portugais, qui a mené des investigations poussées (photo de la tombe à l’appui), le fantôme Skossyreff serait ensuite retourné à Boppard après sa détention. Il serait mort dans cette petite ville allemande en 1989. Très loin des Pyrénées. A plus de 1200 km d’Andorre. Un destin hors du commun.

Andorre la Vieille


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Caraporters 4390 partages Voir son blog

Magazine