Magazine Cinéma

Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?

Publié le 13 mai 2014 par Dukefleed
Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?... pour voir un film pareil
Un couple de bourgeois cathos bien installé en province ; elle, femme au foyer et lui notaire ; voie leurs trois filles aînées épousées respectivement un juif, un arabe et un chinois. L’acceptation de la différence leur est difficile ; de fait, l’unité familiale va voler en éclat. Plus tard une certaine forme de paix familiale est retrouvée ; mais la 4ème fille débarque avec son projet d’épouser un noir africain. Là où le film montre déjà son hypocrisie, c’est que l’honneur est sauf tout de même, il est catholique. Grandiose, çà commence bien.Vous comprendrez vite que ce film repose uniquement sur l’exploitation jusqu’à épuisement du filon et du spectateur des stéréotypes les plus élémentaires. L’arabe est fainéant, le juif est dans les affaires et le chinois toujours courtois. Le film se contente d’enfiler comme des perles les blagues et les situations souvent éculées et déjà hyper exploitées. Les dialogues offrent à quelques trop maigres reprises un effet comique. Le pire est surtout que toutes les répliques tombent comme un cheveu sur la soupe ; les échanges semblent écrits par un publicitaire avec des phrases chocs comme s’il en pleuvait. Objectif : obtenir un rire toutes les minutes dans la salle. Cà en est fatiguant et je ne suis pas du genre à me sentir obligé de rire sur commande à des blagues pas très fines.Passons ensuite au scénario, creux comme une coquille de noix. Tous les couples mixtes des filles sont aussi pathétiques. Au terme du film on se demande donc quel était l’objectif du film ? Faire rire, alors c’est raté. Alerter sur le racisme en donnant à entendre les propos les plus basiques sur l’étranger en les ridiculisant ; si c’est çà, je crains que çà ne fasse pas mouche.La réalisation est digne d’un téléfilm de TF1 ; ces derniers sont les principaux producteurs et çà explique bien des choses sur la médiocrité du film.Et dire que l’argument me poussant à aller voir ce film est de m’être vu taxé de ne donner de la valeur qu’aux productions cinématographiques réflexives. La provocation a bien marché sur le coup ; mais çà me conforte dans mes choix. Populaire n’est pas obligé de rimer avec médiocre. L’an dernier, « La cage dorée », petite comédie populaire sans prétention, était bien mieux réussi. « Les ch’tis » font office de chef d’œuvre  comparé à ce film.
Sorti en 2014

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Adieux à la reine, Les

    Adieux reine,

    Benoît Jacquot, 2011 (France) Au tréfonds du château de Versailles, derrière le paraître et l’étiquette, derrière le roi, fourmille tout un monde... Lire la suite

    Par  Kinopitheque12
    CINÉMA, CULTURE
  • Le medecin de famille - 7/10

    medecin famille 7/10

    Un film de Lucia Puenzo (2013 - Argentine, France, Espagne, Norvège) avec Alex Brendemühle, Florencia Bado, Diego Peretti, Natalia Oreiro, Elena Roger, Guillerm... Lire la suite

    Par  Aelezig
    CINÉMA, CULTURE
  • Iranien

    Iranien

    Mehran Tamadon, 2014 (France, Suisse) Iranien de Mehran Tamadon est le résultat d’une tentative de dialogue entre un Iranien laïque occidentalisé et des... Lire la suite

    Par  Kinopitheque12
    CINÉMA, CULTURE
  • Les Gorgones

    Gorgones

    Méduse C’est le 11 novembre. En France comme en Allemagne, dans toute l’Europe et dans nos anciennes colonies on honore nos morts. Il me fallait pour ce jour... Lire la suite

    Par  Plumesolidaire
    CINÉMA, CULTURE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Les 10 règles d’écriture de Friedrich Nietzsche

    règles d’écriture Friedrich Nietzsche

    Scénario-Buzz fait sa rentrée avec quelques judicieux conseils d’écriture à l’attention des auteurs de tous bords et tous niveaux. Lire la suite

    Par  Nathalielenoir
    CINÉMA, CULTURE, FOCUS EMPLOI
  • L'apollonide : souvenirs de la maison close - 8/10

    L'apollonide souvenirs maison close 8/10

    Un film de Bertrand Bonello (2011 - France) avec Noémie Lvovsky, Céline Sallette, Adèle Haenel, Hafsia Herzi, Jasmine Trinca, Alice Barnole, Iliana Zabeth Un... Lire la suite

    Par  Aelezig
    CINÉMA, CULTURE
  • Festival du Film Vietnamien de Saint-Malo [2/07/2014 — Journal de bord 2] :...

    Festival Film Vietnamien Saint-Malo [2/07/2014 Journal bord Pierre Schoendoerffer, Nguyễn Thanh Régis Wargnier

    © FredMJGDes coups de soleil, du sang, de la sueur et des larmes. J’ai dormi comme un loir. Nous sommes mercredi, jour des enfants, et je me tâte déjà :... Lire la suite

    Par  Fredmjg
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Dukefleed 11 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine