Magazine High tech

Ou comment mettre à mort des licences... en se tirant une balle dans le pied ! (2/2)

Publié le 09 mai 2014 par Naxxx

Suite de notre petite analyse de lundi toujours via un article du DGI du mois de Mai (oui mais moi au moins j'assume !) ou l'on nous parle d'Epic, de sa naissance à aujourd'hui. Forcement on ne peut pas évoquer le studio sans parler de (feu) Gears of War, licence phare et égérie des créateurs de l'Unreal Engine. L'article d'origine à été rédigé par Matt Bertz, et même si le monsieur est journaliste dans l'univers du jeux-vidéo depuis 2001, je me dois d'y apporter quelques corrections.

"Au cours des huit années précédentes, la société avait créé l'une des séries phares de la Xbox 360, Gears of War (plus de 22 millions de jeux vendus en quatre épisodes) [...]"

TROIS FUCKIN' EPISODES ! (Et une bouse) c'est pourtant pas compliqué ! Il suffit de regarder la population encore présente sur les serveurs de Gears of War 3 et le désert qui règne sur ceux de Judgement pour comprendre qu'il s'agissait du jeu de trop. Ce n'est pas non plus pour rien si la galette était bradée à moitié prix un mois après sa sortie. Le dernier jeu de la licence Gears of War est sortie le 20 septembre 2011, et tout ce qui est arrivé après ça n'était qu'une manière de racketter les joueurs en tirant sur la corde du fan-service.

(Au sujet de Fortnite) "Le coeur des jeux n'est plus l'histoire qu'ils vous racontent ; ce qui compte désormais, c'est l'histoire que vous créez via vos experiences avec le gameplay."

Si l'ont passe cette phrase au filtre anti-bullshit (copyright NoFrag) ça veut dire :"On ne s'est pas casser la tête a embaucher un scénariste." Great job guys !

"[...] Epic se lance dans un partenariat avec Microsoft pour créer Gears of War, l'une des séries phares d'une Xbox 360 qui n'en est alors qu'à ses débuts. A la fin de cette génération, le studio a à son actif quatre jeux de la série Gears, tous couronnés de succès."

Matt qu'est ce que je t'ai dit quelques lignes au-dessus ? Est ce que tu as déjà joué à Gears of War ? Est ce que tu sais lire des statistiques ? Ou bien est ce que les traducteurs de l'article t-ont fait dire n'importe quoi ? Il suffit d'aller sur Metacritic (qui est certe une source contestable); le premier Gears obtient une note de 94 sur 100, Gears 2 se voit récompensé de 93 sur 100 et Gears 3 d'un, plus qu'honorable, 91 sur 100. Et Judgement ? 79...
Les chiffres de vente alors ?
Le premier jeu se vend à 4 millions d'exemplaires le premier mois. Gears 2 atteint les 3 millions sur la même durée. Gears of War 3 est lui aussi écoulé à 3 millions d'exemplaires... Mais en seulement 5 jours ! C'est encore à l'heure actuelle le plus gros succès d'Epic Games.
Gears of War Judgement atteint quand à lui péniblement les 750 000 exemplaires lors de sa première semaine soit 4 fois moins que son prédécesseur.

"Au cours de l'année suivante, Epic à été le théâtre d'une véritable fuite des cerveaux, touchant un grand nombre de figures de proue de la société. Ainsi en août, le directeur de production Rod Fergusson [...] est parti aider Irrationnal Games à terminer Bioshock Infinite."
[...]
"Adrian Chmielarz de People Can Fly ainsi que deux autres membres fondateurs de ce studio polonais partenaire d'Epic[...] sont eux aussi partis pour monter un studio indépendant appelé The Astronauts.
En octobre, c'est Cliff Bleszinski qui annonçait sont départ après 20 ans dans la maison."
[...]
"Quelques mois plus tard, c'était au tour du président Mike Capps d'annoncer sa démission."
[...]
"Quand tant de collaborateurs quittent le navire en aussi peu de temps, on est en droit de se demander si tout va bien."

Coïncidence ? Je ne crois pas. Mais bon selon Tim Sweeney c'était seulement un besoin de "réfléchir à ce qu'ils voulaient faire". Tout va bien.
D'ailleurs dans la foulée on embauche Paul Meegan comme vice-président chargé du développement vous vous souvenez de Paul ? Mais si ! C'était le président de LucasArt avant que Disney ne ramène un gros chèque et des gros sabots... La boucle serait-elle bouclée ?

C'est désormais Microsoft qui est propriétaire de la licence Gears, officiellement parce qu'Epic ne souhaitait pas développer de nouveaux Gears dans un avenir proche (forcément après un échec tel que Judgement) mais que Microsoft tenait à avoir de nouveaux épisodes pour "soutenir" la Xbox.
Et violer sciemment une histoire riche et cohérente à la base !
D'ailleurs Rod Fergusson qui est revenu auprès de Microsoft à la tête de Black Tusk Studio pour bosser sur ce prochain Gears of War le dit lui même; et là je cite jeuxvideo.com :

Néanmoins, à la question de savoir si le nouveau Gears of War sera conforme au canon créé par l'intermédiaire de comics ou de livres sa réponse est assez intéressante et nuancée : "Oui, autant que possible. Mais je crois que le fun est plus important que le canon. Je ne dis pas que je vais détruire le canon, mais si je me trouve dans une situation qui invaliderait un comics ou un roman, je choisirai le fun."

Voilà tout est dit Gears of War est bien mort et enterré, sacrifié sur l'autel du saint-pognon.

Adieu.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Naxxx 190 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte