Magazine Poésie

[anthologie permanente] Pier Paolo Pasolini

Par Florence Trocmé

Note du traducteur Philippe di Meo à propos de La Nouvelle jeunesse, paru en 2003 aux éditions Gallimard :  
« Ce recueil offre une particularité unique : il se compose en fait de deux recueils qui se superposent pour se confirmer et se démentir. La Nouvelle jeunesse reprend La meilleure jeunesse de 1953 auquel elle fait suivre La Nouvelle jeunesse qui donne son titre au nouveau recueil. Celui-ci reprend presque chaque poème de la première version pour lui donner un sens diamétralement opposé. La pulsion initiale s'en trouve confirmée mais sa transposition poétique est dénoncée implicitement comme mensonge : le second livre venant caviarder le premier pour le sacraliser et l'outrager. Un troisième titre potentiel est postulé d'étrange façon : comme espace interstitiel entre des deux versions d'un même texte offertes au public.
Ces poèmes sont écrits en frioulan. Pasolini en avait donné en bas de page une version italienne. C'est pourquoi, avec ma version française, nous obtenons un recueil trilingue. » 
Philippe di Méo propose ici les deux versions des poèmes, chacun dans les trois langues, traduction française, original en frioulan, auto-traduction de Pasolini en italien. 
  
 
L’enfant mort 
 
Soirée aveuglante, dans le fossé  
l’eau monte, une femme enceinte 
marche à travers champs. 
 
Je me souviens de toi, Narcisse, tu avais la couleur 
du soir lorsque les cloches 
sonnent le glas. 
 
 
Il nini muart 
 
Sera imbarlumidia, tal fossàl 
a cres l’aga, na fèmina plena 
a ciamina pal ciamp. 
 
Jo te ricuardi, Narcìs, ti vèvis il colòur 
de la sera, quand li ciampanis 
a súnin di muàrt. 
 
(frioulan) 
 
 
Il fanciullo morto 
 
Sera luminosa, nel fosso  
cresce l’acqua, una donna incinta  
cammina per il campo. 
 
Io ti ricordo, Narciso, avevi il colore 
della sera, quando le campane 
suonano a morte. 
 
(italien, autotraduction de Pasolini) 
 
○ 
 
Il pleut sur les confins 
 
Petit garçon, le Ciel pleut 
sur les foyers de ton pays, 
sur ton visage de rose et de miel 
le mois naît pluvieux. 
 
Le soleil noir de fumée, 
sous les branches des mûriers 
te brûle, et, aux confins, 
toi seul chantes les morts. 
 
Petit garçon, le Ciel rit 
sur les balcons de ton pays ; 
sur ton visage de sang et de fiel, 
le mois meurt rasséréné. 
 
 
Ploja tai cunfíns 
 
Fantassút, a plòuf il Sèil 
tai spolèrs dal to país, 
tal to vis di rosa e mèil 
pluvisín al nas il mèis. 
 
Il soreli scur di fun 
sot li branchis dài moràrs    
al ti brusa e sui cunfíns 
tu ti ciantis, sòul, i muàrs. 
 
Fantassút, al rit il Sèil 
Ttai barcòns dal to país, 
tal so vis di sanc e fièl 
serenàt al moùr il mèis. 
 
 
Pioggia, sui confini 
 
Giovinetto, piove il Cielo 
sui focolari del tuo paese, 
sul tuo viso di rosa e miele,  
nuvoloso  nasce il mese. 
 
Il sole scuro di fumo,  
sotto  i rami del gelseto, 
ti brucia e sui confini, 
tu solo, canti i morti. 
 
Giovinetto, ride il Cielo 
sui balconi del tuo paese, 
sul tuo viso di sangue e di fiele, 
rasserenato muore il mese. 
 
(italien) 
 
 
••••• 
 
 
L’enfant mort 
 
Soir lumineux, le fossé 
est à sec, l’ombre d’une femme enceinte 
marche à travers champ. 
 
Sans revenir et sans rêver de toi, Narcisse, je sais encore 
Que tu avais la couleur du soir 
Lorsque les cloches sonnaient le Mai. 
 
 
Il nini muart 
 
Sera imbarlumida, il fossàl 
al è sec, l’ombrena di ‘na femina plena 
a ciamina pa’l ciamp. 
 
Sensa tornà nè insumiàti, Narcìs, i sai 
Enciamò ch’I vevis il colòur de la sera 
Cò’ li ciampanis a sunin il Mai. 
 
(frioulan) 
 
 
Il bambino morto 
 
Sera luminosa, il fosso  
è secco, l’ombra di una donna  incinta 
cammina per il campo. 
 
Senza tornare né sognarti, Narciso, io so 
ancora che avevi ancora  il colore della sera 
quando le campane suonano a morte. 
 
(italien, autotraduction de Pasolini) 
 
○ 
 
Pluie nulle part 
 
Esprit d’enfant, le Ciel pleut 
sur les foyers d’un pays mort : 
sur ton visage de miel et de merde 
un mois naît pluvieux. 
 
Le soleil blanc et brillant, 
au-dessus de l’asphalte et des maisons neuves, 
t’étourdit, et toit, nulle part, 
tu n’as plus d’amour pour les morts. 
 
Esprit d’enfant, le Ciel rit 
sur un pays désormais sans fumée : 
sur ton visage de pisse et de fiel, 
se meurt un mois jamais né. 
 
 
Ploja fòur di tut 
 
Spirt dui frut, a plòuf il Sèil 
tài spolers di un muàrt país, 
tal to vis di merda e mèil 
pluvisín a nas un mèis. 
 
Spirt di frut, al rit il Séil 
ta un país sensa pí fun. 
Tal to vis di pis e feil, 
mai nassút, al mòur un mèis. 
 
(frioulan) 
 
 
Pioggia fuori di tutto 
 
Spirito di ragazzo, piove il Cielo 
sui focolari di un paese morto, 
nel tuo viso di merda e miele, 
piovigginoso nasce un mese. 
 
Il sole bianco e lustro,  
sopra asfalto e case nuove, 
ti rintrona, e tu, fuori di tutto 
non hai più amore per i morti. 
 
Spirito di ragazzo, ride il Cielo, 
su un paese senza più fumo : 
nel tuo viso di piscio e fiele, n 
non mai nato, muore un mese. 
 
(italien, autotraduction de Pasolini) 
 
 
Pier Paolo Pasolini, La Nouvelle jeunesse, traduit du frioulan et de l’italien par Philippe di Meo, Gallimard, 2003.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine