Magazine Humour

Charles Hudon nous parle de ONDAR saison 4 !

Publié le 26 mai 2014 par Blog Youhumour @youhumour

Youhumour est allé à la rencontre de Charles Hudon, directeur artistique de On Ne Demande qu’A en Rire (ONDAR), repéré par Laurent Ruquier il y a 16 ans de cela. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions, tout ça rien que pour vous !

Youhumour : Bonjour Charles Hudon. Pourquoi avez vous décidé de remettre ONDAR à l’antenne ? Concrètement, qu’est ce qui a changé ?

On a été arrêté en fin de saison dernière, le taux d’audience étant jugé insuffisant par la chaîne. On avait pourtant prévu de recommencer en septembre 2013.

D’autres émissions ont donc été lancées (par la même boîte de production): Jusqu’ici tout va bien, présenté par Sophia Aram, et L’Emission pour tous de Laurent Ruquier. Les deux ont été des échecs.  On nous a donc demandé de revenir : ils nous ont laissé un délai de 3 semaines. Cette décision résulte également de changements dans la direction de France 2, donc des choix éditoriaux de la chaîne.

670px-7,667,0,363-Jury-Saison_4

On a beaucoup changé la « carrosserie » de l’émission: il y avait la volonté de mettre un jury plus « légitime » en matière d’humour. Le jugement d’un acteur de théâtre a son importance bien sûr, mais la légitimité n’est pas totale. L’humour, c’est un peu particulier.

On a changé l’animateur aussi. Et il remplit parfaitement sa mission: sympa, convivial, il a de l’empathie pour tout le monde.

Le fonctionnement diffère des saisons précédentes : il y a 4 sketchs par émission : les deux premiers passages comportent des nouveaux candidats fraîchement débarqués, ainsi que des artistes révélés en fin de saison 3. Le 3e passage se fait avec des « pensionnaires » de la dernière saison (Zidani, Ben, Les Décaféinés...). Enfin, pour le dernier passage, on garde nos plus belles vedettes (Florent Peyre, Garnier et Sentou, Arnaud Tsamere…). C’est d’ailleurs parmi celles ci qu’est choisi le 5ème juge qui a la possibilité de repêcher un candidat. Nous voulions que ce soit plus positif et moins cruel, c’est ce qui avait été un peu reproché à l’émission.

Youhumour : Comment avez vous choisi ce nouveau jury ? Qu’est ce qui a guidé votre choix ? Comment/Pourquoi avez vous choisi Bruno Guillon pour animer l’émission ?

En fait j’ai eu une longue liste. J’ai dû affiner mon choix au fur et à mesure des rencontres. On est tombés assez naturellement sur eux. C’était important d’avoir des gens qui programment des humoristes ou qui sont des humoristes eux mêmes. Il fallait aussi qu’il y ait une parité. Stéphanie Bataille a été soufflée par Jean Marc Dumontet du Point Virgule, car elle bosse avec Ben et Walter.

selfie-ondar
Pour Bruno, France 2 nous a dit qu’on pouvait compter sur lui. La décision dépendait donc de Catherine Barma, qui produit l’émission. A l’époque je le connaissais pas mais tout le monde me disait qu’il était top. Et c’est vrai.

Youhumour : Quel(s) conseil(s) donneriez vous aux gens qui veulent y participer ?

Aux humoristes ? C’est vrai que c’est un défi difficile: le lieu, la mécanique elle même. Ce n’est pas un théâtre, c’est la télé. Tout est réuni pour qu’on soit stressé(e). On s’efforce déjà de les rassurer, de les mettre bien à l’aise. Mon conseil technique, c’est de jouer pour le public, par pour le jury. Le stress est votre pire ennemi, l’amusement votre meilleur ami.

Une chose est sure: nos candidats ont tous un peu d’expérience scénique avant de participer à ONDAR. On ne peut pas y aller vierge. C’est un vrai métier: on ne s’improvise pas humoriste: on peut avoir un potentiel comique, mais si l’on veut se professionnaliser, il faut bosser.

Youhumour : Comment sont répartis les sketchs ? En fonction de l’univers de chacun ?

De 1 à 10 passages, l’humoriste a le choix parmi une liste de sujets. On leur envoie la liste à tous, en même temps, pour que personne ne soit pénalisé. A partir du 10e passage, j’impose un sujet à l’artiste, pour élever un peu le niveau. Paradoxalement, ça peut rendre service à l’artiste: ça lui pose un décor et lui fixe quelques repères.  On essaie de répartir différents univers d’humour: on va pas mettre deux sketchs sur le même sujet dans la même émission, cela risque de court circuiter l’un ou l’autres des humoristes au niveau de l’écriture. Il ne faut pas mettre tous les duos en même temps, avoir une certaine parité…

Youhumour : Certains candidats devaient être un peu réfractaires au début : Arnaud Tsamere par exemple, mais également Jérémy Ferrari. Comment avez vous réussi à les convaincre ?

img_59542_jeremy-ferrari-et-arnaud-tsamere-presentation-du-ondar-show

Arnaud Tsamere ne désirait pas participer à l’émission au départ car il était contre l’idée de se faire juger par un jury. Au départ, ce dernier était renouvelé quotidiennement: différents artistes se prêtaient au jeu (souvent des gens en tournée ou qui faisaient l’actu). Ce système a été très mal perçu par les artistes: le jugement n’était pas considéré comme professionnel. Il fallait des juges plus « experts ». Une fois que le jury était plus légitime, Tsamere ne voulait toujours pas, car il n’avait pas confiance en lui. Je lui ai dit « Le seul risque, c’est que ça cartonne! », et il m’a dit « Tu as raison ».

Jérémy, quant à lui, avait déjà entre 7 et 10 ans de métier dans les jambes avant que l’émission commence. Il a beaucoup souffert durant cette période, car jamais programmé à la télévision et toujours censuré. On l’a rassuré tout de suite, je lui ai dis qu’il serait jugé pour ce qu’il fait, quel que soit son univers. Et puis il a tellement de talent, il fait de l’humour noir avec élégance. Vous savez, l’émission ne donne pas du talent, elle le révèle.

Youhumour : Cela fait maintenant plus de 16 ans que vous travaillez avec Laurent Ruquier : comment est il dans la vraie vie ? Très exigeant ?

Aujourd’hui, Laurent Ruquier est producteur de l’émission: il garde un droit de regard. Il veille à ce qu’il y ait des bons thèmes d’actu (c’est un peu sa spécialité). Dans le travail, c’est vrai qu’il est très exigent, dans le positif. Ce n’est pas du tout un tyran. Je salue la confiance qu’il m’a accordé. Il a révélé des trucs en moi dont je n’avais pas conscience: à la base, je suis éclairagiste. Mais comme il a vu que j’aimais bien déconner et que j’étais très organisé, il a trouvé une place pour moi dans ONDAR.

Youhumour : D’autres projets pour 2014-2015 ?

Plusieurs rencontres avec des artistes. Je suis resté en contact avec beaucoup de gens des saisons précédentes de ONDAR: je travaille en parallèle avec Jérémy, Artus, et Tsamere. Je suis devenu une sorte de papa pour certains humoristes: beaucoup m’envoient leur sketch avant l’émission et me demandent ce que j’en pense, car je sais ce qui peut marcher à la télé. Je développe aussi en ce moment la production sur le web.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blog Youhumour 5024 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine