Magazine Société

Être père #9

Publié le 27 mai 2014 par Leshakerdecyril

Le mardi au sein de cette rubrique vous allez découvrir dix portraits de pères. Des gens différents, des situations différentes, des galères, des joies, des concessions et du bonheur aussi. Merci à eux.

Face à l’actualité j’ai décidé de revenir vers un papa que je devais vous présenter pour cet avant-dernier opus. Encore merci à lui pour ce changement et cette entrevue (au téléphone) et à l’arrache… mais intéressante.

Sylvain 41 ans (Cherbourg), papa de Camille 9 ans et Charlotte 14 ans.

leshaker,cyril balayn,élection,europe,fn,racisme,flolou,être père,papa solo,célibataire,solitude,papa,parentalité,devenir parent,politique,débat,
Dans ton système de garde tu avais les enfants lors des élections européennes ?

Oui je récupère les filles le vendredi soir pour une semaine. Nous sommes en garde alternée, nous habitons à environ 15 km de distance c’est assez facile pour l’organisation. J’ai donc fait mon devoir civique dimanche, sans véritable motivation malheureusement comme nombreux je pense.

Sans véritable motivation… ?

Oui. Dans mon monde idéal et utopique j’aimerais que le vote blanc devienne un véritable parti politique, un courant de pensée. Nous sommes nombreux à le penser, toi aussi tu me l’as avoué.

On parle politique à la maison, avec les enfants ?

J’en parle bien plus avec Camille que Charlotte. Du haut de ses 14 ans le sujet n’est pas toujours simple à aborder à la maison. Je suppose qu’elle en parle avec les copains et les copines. Quand je regarde les émissions politique Camille jette souvent un regard. Elle me demande souvent pourquoi les gens s’insultent, parlent très fort, ne s’écoutent pas ? Pas toujours simple de lui apporter des réponses. Y’a des efforts à faire sur le sujet. J’ai bien peur que la jeunesse finisse par penser qu’il est normal et logique de se parler ainsi. Enfin c’est pas le propos…

Parler politique c’est aussi sensibiliser le sens civique et le devoir de voter. Elles prennent conscience de ce droit, et de cette liberté ?

Franchement je ne pense pas. Dans le foyer de la maman je sais qu’on n’en parle pas, mon ex-femme ne vote pas, elle à une image très négative de la politique et DES politiques. Les filles doivent sentir mon manque de motivation car il m’arrive d’en parler au téléphone avec des potes et les conversations s’échappent dans les oreilles. Charlotte trouve que c’est des blablas, que c’est toujours pareil les discussions, et elle ouvre les yeux sur les affaires et les corruptions. Comment lui expliquer ?

Ce racisme que vit la France actuellement, ta fille Charlotte en prend la mesure ?

Il lui arrive d’en parler. En prendre la mesure je ne pense pas. Actuellement son Facebook s’enflamme, ils décident de tous se mobiliser pour un gros « fuck » au FN. Ça passe aussi comme ça l’engagement maintenant. C’est plutôt sain. En te répondant j’étais en train de me demander si le débat ne serait pas plus ouvert à la maison si j’étais en couple. Nous pourrions plus facilement confronter les idées. On va dire que j’ai pas pris la mesure de mon vote, mais celle de ma séparation bien plus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Leshakerdecyril 4304 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine