Magazine Amérique latine

Cuba : l’illusion de la liberté de commercer à son propre compte.

Publié le 01 juin 2014 par Quiricus
Cuba : l’illusion de la liberté de commercer à son propre compte.
Cuba est dirigée par une oligarchie communiste, ces dernières années la « libéralisation » du pays à coup de réformes depuis longtemps réclamées a donné l’illusion d’un changement de la politique cubaine. 500.000 fonctionnaires d’état ont été « remerciés » et ont dû quitter leurs postes où, de vous à moi, pour survivre ils étaient obligés de « voler l’état », ces termes peuventparaître excessifs et insultants, mais quand on a vécu longtemps dans cette île on comprend ce dont je parle. La « lucha » du cubain trouvait et trouve toujours partie de son approvisionnement dans les magasins d’état. Cuba : l’illusion de la liberté de commercer à son propre compte.
Tout en mettant à la rueces 500.000 personnes l’état autorisaitle commerce à « cuenta propria », le commerce à son nom, avec des impôts payés à l’état, cet impôt, me direz vous est une chose normale, oui bien sûr mais pour s’approvisionner vu l’absence de « magasins de gros » destinés à fournir les commerçants, le petit négociantdoit « dérober » partie de sa marchandise dans les magasins étatiques, où du haut au bas de l’échelle tout le monde profite de cette manne détournée. Dans les rues des villes, des petits commerces se côtoient de partout et se livrent à une concurrence effrénée. C’est une « amélioration » à la cubaine, un petit mieux être dans un pays de souffrances. Cependant, ce n’est qu’une illusion car l’Administration communiste bête et tatillonne veille à ce qu’il n’y ait pas d’enrichissement. Et je vais vous citer un exemple caracteristique : Celui du baryton Ulysses Aquino, Ulysses est un artiste du chant lyrique célèbre au niveau internationnal puisqu’il a partagé la scène avec Montserrat Caballé, Placido Domingo, Victoria de los Angeles ou José Bross. Il est considéré comme un des plus importants lyriques de ces dix dernières années. En 2006 il montait une troupe : « l’Opera de la calle », il trouva un lieu à La Havane pour se produire. Au lieu-dit « Le bois de La Havane » près du puente de hiero qui enjambe la rivière Almendares, Ulysses installa « le Cabildo », une salle de spectacle de qualité en plein air. L’endroit est splendide, en pleine nature luxuriante, il offrait un panel des racines de la culture musicale cubaine. Servis par un personnel agréable, les clients pouvaient déguster des plats caraïbes à des prix abordables avant d’assister au spectacle. Mais voilà, l’Administration dame de vertu jalouse ne pouvait admettre ce succés, en Juillet 2012 brutalement, l’établissement était fermé, l’eau et l’électricité coupés, les clients évacués. Motif invoqué : enrichissement personnel. Ulysses mettait pourtant dans l’affaire une bonne partie de l’argent de ses cachets de « cantante » à l’étranger. Ce que les Castro s’autorisent à eux-mêmes ils ne peuvent le concevoir pour d’autres. Ulysses refuse de quitter Cuba et lutte pour la liberté de la culture dans son pays. L’état depuis est revenu pour partie sur son excés de zèle, le Cabildo reste fermé mais Ulysses Aquino est autorisé à produire l’Opéra de la calle à l’etranger, il devrait se produire à Paris, en Colombie, dans diverses villes européennes et des Etats Unis. L’affaire nourissait entre 130 à 200 personnes (chanteurs, musiciens,techniciens, serveurs, cuisiniers etc…), ils touchaient chacun l’équivalent de 4 fois le salaire moyen d’un cubain soit dans les 80 Euros par mois. Moralité : à Cuba le négoce est « libéralisé » à condition de pouvoir tout juste en vivre et ne pas attirer l’attention des jaloux. Cet exemple n’est pas inventé, je l’ai constaté moi-même et en voici les sources :
Cuba : l’illusion de la liberté de commercer à son propre compte. http://america-latina.blog.lemonde.fr/2012/07/30/cuba-le-cabildo-ferme-lopera-de-la-calle-censuree/ http://www.penultimosdias.com/2012/07/26/acuse-de-recibo-por-que-han-cerrado-el-cabildo/  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Quiricus 565 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte