Magazine Conso

Alexandre Ruiz  » La tête de Kombouaré contre le Real m’a fait très mal »

Publié le 01 juin 2014 par Tchill Smith @Sportnbizz

Posted on juin 1, 2014 |

Alexandre Ruiz est aujourd’hui l’un des principaux animateurs de la chaîne sportive Bein Sports. Il présente quotidiennement l’émission « Le Club » . Il a accepté de nous accorder un long entretien que nous publierons en deux parties.

Voici donc la première partie dans laquelle il nous fait part de ses confessions sportives.

Bonjour Alexandre, pouvez-nous nous parler de votre rapport au sport?

Mon rapport au sport est multiple. Premièrement c’est un moyen de m’aérer l’esprit, le sport me permet de garder un équilibre car j’ai un rythme de travail très soutenu. Ensuite dans une enceinte sportive, toutes les couches sociales sont grosso modo représentées dans les tribunes. Et sur l’aire de jeu apparaissent de nombreux maux et bienfaits de la société (solidarité, racisme, violence…). Le sport constitue ainsi un prisme de société incroyable. C’est ce point qui m’a intéressé et orienté vers mon métier actuel.

Quel est votre meilleur souvenir en tant que pratiquant?

J’ai commencé à jouer au football à l’âge de 4 ans en Basse Normandie. Le football représentait un moyen de rassemblement et cohésion familiale. J’aimais particulièrement les tournois de fin d’année pour l’ambiance qui y régnait notamment les activités annexes (les barbecues, se retrouver avec la famille et les amis).

Quel est votre meilleur souvenir sportif télévisé?

J’ai la chance de par mon métier d’être présent sur de nombreux évènements sportifs . Mon meilleur souvenir reste la victoire de l’Espagne contre les Pays-Bas en Afrique du Sud en 2010. J’étais commentateur pour Europe 1 sur l’ensemble des matches de 20h30. Cette Coupe du Monde m’a permis d’aller sur des sites incroyables. Ayant la double nationalité franco-espagnole j’ai pu cultiver mon appartenance à la communauté espagnole. Cette victoire m’a permis d’être le témoin de l’aboutissement du football espagnol au plus haut niveau après de multiples désillusions que j’ai connu pendant mon adolescence.

© Panoramic

© Panoramic

Justement quel est votre pire souvenir sportif télévisé?

Il y en a plusieurs, enfant j’étais supporter du Real Madrid de Butragueño donc le match contre le Psg avec la tête d’Antoine Kombouaré m’a fait très mal. Comme dit précédemment, la Roja a subi de nombreuses désillusions, notamment le match en Coupe du Monde 90 Espagne-Yougoslavie avec le but de Dragan Stojkovic qui m’a foudroyé. Il y a aussi un Espagne-Italie en Coupe du Monde 94 en quart de finale un match que l’Espagne devait gagner. Et enfin le match Espagne-Corée du Sud en 2002 où l’Espagne s’est fait refuser 2 buts valables pour des hors jeu.

Avez-vous une anecdote particulière lors d’une interview avec un sportif?

Aujourd’hui à travers l’émission Le Club, j’ai de beaux moments de partage avec des joueurs. Je garde un bon souvenir avec Zinedine Zidane lors de son dernier match au Real Madrid à Seville. Pour resituer le contexte je venais de revenir en activité sur Canal Plus après un grave accident de voiture et un long coma. Zinedine Zidane m’avait déja manifesté son soutien lors de ma convalescence et avant de l’interroger sur son dernier match il a baissé mon micro et demandé de mes nouvelles. Ce geste peut paraître anodin mais il est l’illustration d’un geste “humain” et classe. Nous évoluons dans un monde assez distant et superficiel mais ce geste représente beaucoup pour moi.

J’ai également eu un moment fort avec Didier Deschamps sur le plateau du club. Je l’avais déja cotoyé en tant que joueur et entraîneur.  C’est quelqu’un avec qui j’entretiens aujourd’hui de bons rapports en dehors du contexte sportif.

Malgré son palmarès Didier Deschamps reste quelqu’un d’une grande humilité et très honnête. Nous avons évoqué le moment où quand il était joueur au Fc Nantes, il avait annoncé à un de ses coéquipiers le décès de son frère alors que les dirigeants du Fc Nantes étaient en difficulté pour le faire. Lors de cette même interview il m’a alors parlé de la disparition de son propre frère. Ce moment m’a touché car cela concerne sa vie privée, aborder ce moment de sa vie devant les caméras était un moment très fort en émotion.

Qui sont vos trois sportifs préférés?

Je ne pourrai pas les mettre dans l’ordre. J’ai toujours en mémoire cette phrase de Larry Bird qui décrit Michael Jordan comme “dieu déguisé”. Michael Jordan symbolise l’avènement du sport spectacle qui a commencé en France à la fin des années 80. C’est d’ailleurs Charles Biétry qui a amené le basket américain à Canal Plus en France à cette période. Qui n’a pas acheté une paire de Jordan à cause de ce joueur? Ensuite dans l’idée de symbole, Cassius Clay devenu Mohammed Ali qui est le meilleur boxeur de tous les temps, un icône culturelle. Il est plus qu’un sportif, sa lutte publique pour les droits des noirs pendant la période de ségrégation raciale, son engagement contre la Guerre au Vietnam. Le troisième sera Ayrton Senna qui est une légende aussi bien dans sa vie et par sa mort. Je suis également passé par des moments difficiles donc ce sportif me touche. C’était une icône, un des plus grands pilotes de l’histoire, un talent unique, une rivalité magnifique avec Alain Prost mais surtout son décès qui reste gravé dans les mémoires.

Rendez-vous Jeudi pour la suite de cette interview.

Vous aimez notre contenu? Recevez notre newsletter hebdomadaire en laissant votre email

Alexandre Ruiz  » La tête de Kombouaré contre le Real m’a fait très mal »

Author: @Tchill97

Fondateur de Sportandbiz.com. Passionné de sport et de business. Je profite de ce blog pour illustrer mes trouvailles, opinions, interviews sur le sport et le business du sport. Disponible sur Facebook, Twitter, Instagram.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tchill Smith 1835 partages Voir son profil
Voir son blog