Magazine Info Locale

N'est pas Depardieu qui veut, nom de Dieu !

Publié le 09 juin 2014 par Gezale

En 2007 il déclarait ne pas aimer les riches. En 2012 il assurait devant la France entière que son principal adversaire « qui n’avait pas de visage » était la finance. Depuis, le verbe est moins haut et la conviction plus douce. François Hollande est passé sous les fourches caudines de Bruxelles et avec sa fameuse boite à outils, met en place une politique dite de l’offre impliquant des sacrifices sérieux pour les classes moyennes. Pourquoi les classes moyennes ? Parce que les classes du bas de l’échelle ne paient pas d’impôts ou très peu et que les classes du haut ont les moyens techniques et financiers de se passer de la France.
Prenons l’exemple de M. Proglio, PDG d’EDF. La cellule anti-blanchiment Tracfin a mis au jour un système qui aurait permis  à l’ancien PDG de Véolia d’alimenter des comptes ouverts à l’étranger dont la bénéficiaire ne serait autre que sa compagne. Quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu mais les juges se demandent si M. Proglio n’a pas été l’auteur d’un trafic d’influence au bénéfice de sa dulcinée. Ah l’argent ! Prenons un autre exemple, celui d’Arthur le présentation producteur de télévision. On vient d’apprendre qu’Arthur avait dorénavant son domicile en Belgique, le royaume des exilés fiscaux français. La manip est simple. Tu travailles en France, tu gagnes ton blé en France et tu dépenses en Belgique où les impôts et les taxes sont si avantageuses. L’exil fiscal est l’apanage de ceux et celles qui peuvent se délocaliser. Ceux et celles qui s’offrent un voyage en Thalys comme on s’offre un tour de manège. Il n’y a pas que des individus célèbres et riches, on compte aussi nombre de sociétés du CAC 40 qui elles pratiquent exil fiscal et optimisation fiscale. A hauteur de dizaines de milliards qui échappent au fisc français !
François Hollande, en faisant de la finance, son adversaire principal avait-il conscience des difficultés à la vaincre ? Avait-il conscience du fait que la mondialisation, les accords commerciaux internationaux, les règles édictées par l’Europe, la domination du modèle allemand et aussi les résistances nationales du MEDEF et des multinationales allaient lui mener la vie dure ? Pour gagner, il lui fallait un rapport de force politique qu’il n’a pas ou plutôt qu’il n’a plus s’il l’a jamais eu. Il lui aurait fallu une volonté de fer et pousser son avantage dans les trois premiers mois de son mandat. La majorité d’alors n’aurait pas rechigné ni hésité. Aujourd’hui, le pacte de responsabilité a changé la donne et modifie complètement la trajectoire d’origine. Le président de la République a-t-il été élu pour conduire la politique actuelle ? Réduire les déficits, très bien mais pourquoi faire payer surtout les classes moyennes ? La réponse est simplissime : parce qu’elles sont bien obligées de subir. Tout le monde n’a ni les moyens ni la volonté citoyenne de s’installer à Bruxelles ou à Moscou. N’est pas Depardieu qui veut. Nom de Dieu.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7325 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine