Magazine

Comme un lapin dans les phares

Publié le 25 mars 2008 par Libracteurs

Comme un lapin dans les pharesL'affolement général qui monte à la suite des menaces de faillite financière généralisée, me fait penser au lapin tétanisé par les phares d'une automobile et incapable de réfléchir ou de bouger

Tout est paralysé, tout est suspect, aucun papier n'a de valeur, et l'on entend ici ou là redorer le blason, de l'étalon Or, de la pierre, et bien sur du matelas sous le matelas. Même la sacrosainte assurance vie, et ses supports financiers est montrée du doigt.

Accablant car il y a longtemps qu'avec d'autres nous avions tiré la sonnette d'alarme.

A laisser des apprentis sorciers jouer avec des montages financiers hermétiques, après avoir donné les clés de nos institution a des technocrates administratifs issus des mêmes écoles, il est un moment ou ne sait plus qui est qui.

Comment en est on arrivé là ?

Simplement en laissant le lobby, du capitalisme financier mondialisé tisser sa toile, dans l'ombre, en influant sur différentes normes internationales, et en infiltrant les principales agences de notation.

Sans vouloir faire trop technique sachez simplement, entre autre que les nouvelles normes comptables internationales ( IFRS) portées par la culture anglo-saxonne et fignolées par les 4 grands cabinets financiers et comptables mondiaux ( BIG FOUR), laissent la porte ouverte a l'a peu prés. Le " FAIR VALUE", le " BEST ESTIMATE" et pourquoi pas le " DOIGT MOUILLE ", pour estimer la valeur des entreprises .

Vous parliez de sincérité des bilans, vous parliez de coût historique, vous datiez et étiez un empêcheur de "brouiller en rond". Désormais, vous pouvez afficher des fonds propres qui rassurent, constitués par des......EMPRUNTS !

Vous comprendrez pourquoi LIBR'ACTEURS reviendra sur tous ces montages folkloriques, " " ou " LMBO", avec dette sénior ou dette mezzanine, sur les soit disant effet de levier.

On est sorti des clous, on a ouvert la boîte a pandores, il faut revenir a un capitalisme de bon sens, ou l'on comptabilise ce qui vraiment fait l'objet d'une entrée ou d'une sortie, ou l'on ne laisse pas aux banques et opérateurs financiers le droit d'être juges et parties, où l'on ne vend pas des entreprises entières a des individus ou des fonds, incapables de mettre sur la table le prix de ce qu'il souhaitent acquérir.

Nous allons revenir a ce capitalisme de proximité, respectueux du travail et du projet d'entreprise, qui aura une juste notion de la rémunération qu'il peu attendre. Ce capitalisme qui anime les " Business Angels " et qui est celui dont a besoin une économie sociale innovante.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte