Magazine Finances

Après le Doubitchou, le Too-Big-To...

Publié le 12 juin 2014 par Goldfisher
Après le "Doubitchou", roulé sous les aisselles, voici venu le temps du "Too-Big-To-": frotté contre le derrière.

Après le Doubitchou, le Too-Big-To...

Doubitchou de Sophia. C'est artisanal, c'est roulé à la main sous les aisselles...
dans le film Le Père Noël est une ordure

Le Doubitchou au moins, c'est bon c'est fin, ça se mange sans fin.

Par contre, le Too-Big-To- risque d'avoir un autre goût. Je parle de ces grandes entités qui pensent que leur taille est tellement énorme qu'elles peuvent se permettre de littéralement se tamponner le nombril avec la Loi (ou en d'autres mots se frotter le derrière).

Ce matin dans le train je me suis à nouveau retrouvé dans la voiture des 'ennuyants'. Je ne sais pas si c’est l’âge qui me rend moins tolérant ou les gens qui sont de moins en moins préoccupés par l’agacement qu’ils causent à autrui, mais je me suis fait à nouveau la remarque que si ces gens sont encore en vie, c’est uniquement parce qu’il est illégal de les tuer. 

La loi les protège bien car dans le cas présent elle leur préserve la vie.

La loi justement, elle semble être appliquée avec différentes variations d’intensité ces derniers temps.

Au même moment où je subissait la pollution sonore des assauts musicaux de mon voisin de gauche amateur de Death Metal Trash à fond dans des oreillettes et ceux de mon voisin de droite qui dévorait goulûment un paquet des chips des plus croustillantes, tellement que chacune devait se déguster la bouche grande ouverte pour qu’on puisse tous en apprécier au mieux la qualité sonore du croustillement, je suis tombé sur ce récent article de Zerohedge qui introduit une nouvelle notion dans notre paysage surréaliste actuel :
Le “Too-Big-To-Comply” (Trop Grand Que Pour Se Conformer)
En effet, après le TBTF (Too-Big-To-Fail, Trop Grand Que Pour Faire Faillite) dont on a qualifié les banques qui ne pouvaient pas faire faillite parce qu’elles étaient tellement grosses qu’elles feraient tout s’écrouler autour de nous, il y eut le Too-Big-To-Jail (Trop Gros Pour Être Jeté en Prison) : ces banquiers à la tête des banques TBTF, qui s’en sortent tous avec quelques petites amendes sans qu'aucun de ces criminels n’ait de souci à se faire quant à un hypothétique avenir carcéral. 
Il y a aussi le Too-Big-To-Pay-Taxes (Trop Gros Pour Payer Des Impôts) qui concerne ces multinationales au chiffre d’affaires plus grand que le PIB certains pays et qui par d’astucieux jeux comptables et de filiales offshores arrivent à éluder l’impôt sur leur bénéfices réels. Cela touche tous les pays du monde occidental et le pire de tout, c’est que on ne peut pas s’en prendre à eux vu que la moindre menace de délocalisation ferait planer une menace de licenciement massifs aussi terrifiante qu’une invasion de requins sur plages de Rio. Il n’y a qu’à lire la presse du vendredi soir* pour trouver les noms.

Maintenant on franchit un seuil supplémentaire avec le Too-Big-To-Comply : c'est-à-dire que si on a atteint une taille critique, on n’a même pas à s’en faire d’exercer son activité en respectant la loi et on peut allègrement se frotter le popotin avec les injonctions de tribunal qui nous le rappellent.

Dans l’article mentionné plus haut, il est raconté que la NSA est bien consciente d’être en porte-à-faux avec la loi mais que s’y soumettre lui serait tellement contraignant que cela mettrait en péril la Sécurité Nationale ! C'est ce qu'ils ont dit devant le Tribunal.

C’est donc pour préserver l’Unité Nationale et le Bien-Être Commun que ces gens violent la loi des millions de fois par seconde à un point que le simple fait de mentionner l’idée qu’il y a des lois leur fait bien rire.

J'en profite alors pour revenir à la première idée qui m’a traversé l’esprit avant que je ne me rue sur mon smartphone pour échapper aux assauts sonores désagréables de mes voisins : c’est justement la « loi » dont ils se croient exempts d’application qui leur permet actuellement d'avoir la vie sauve !

S’ils sont encore en vie, c’est surtout parce que cette loi qu’ils bafouent allègrement au vu et au su de tous, là devant notre nez et sans même plus se cacher, rend illégal le fait de se débarrasser d’eux à coup de sulfateuse.

À ceux qui croient que les lois sur les pratiques commerciales et l’éthique bancaire ne s’appliquent pas à eux parce qu’ils sont trop gros,

que les lois sur les faux et usages de faux, tromperie et escroqueries en banques organisées ne les concerne pas car ils sont protégés par leur poids dans la société, 
que les lois sur le financement publique, que les lois sur le calcul et la collecte des impôts sur les bénéfices récoltés sur un territoire donné ne les concerne pas car ils sont suffisamment grands pour être partout ailleurs, 
que leur taille est trop grande que la mise aux conformité légales mettrait en péril la sécurité nationale, 
je ne dirais que deux choses :

1. C’est justement à la loi dont vous êtes persuadés pouvoir échapper à cause de votre surpoids que vous devez d’avoir la vie sauve. Du moins jusqu’à aujourd’hui.

2. Le Titanic lui aussi était Too-Big-To-Sink (Trop grand que pour couler). 

Et pourtant…

Rien dans l’Univers n’est trop grand que pour échapper aux lois de la nature.

Ce n’est qu’une question de temps avant que l’arrogance de ses Too-Big-To- soient ramenés à la triste réalité.
Ce jour là, plus rien ne sera comme avant.

Bonne journée à tous.

____________
* Le vendredi soir étant le jour préféré pour enterrer les mauvaises nouvelles ou celles dont on ne veut pas qu'elles s'ébruitent de trop. Le public étant trop occupé par le week-end, l'impact de ces nouvelles est minime voir nul.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Goldfisher 209 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine