Magazine Finances

Sept erreurs à ne pas commettre en achetant de l'or

Publié le 17 mars 2014 par Goldfisher
ATTENTION ! LISEZ BIEN CECI AVANT D'ACHETER DE L’OR (surtout si c’est votre première fois) :

Dans mon dernier article, je vous ai livré les 9 raisons qui me font dire qu'il n'y a pas meilleur moment que maintenant pour acheter de l'or. Attention cependant, tout ce qui brille n'est pas de l'or ! Veillez à éviter les pièges: Il arrive que vous vous trouviez devant ce qui semble être une opportunité d'investir dans l'or alors qu'il n'en est rien. Voici donc pour vous aujourd'hui:


Sept erreurs à ne pas commettre en achetant de l'or

1. Acheter des pièces de 'collection'

Pour celui qui ne s’y connait pas trop, difficile de faire la différence. Une pièce d’or est une pièce d’or après tout, non ? Mais ne vous leurrez pas, ce qu’on vous présente parfois (souvent même) dans la presse grand publique, parfois même au téléachat ou sur de nombreux sites de vente non spécialisé n’est souvent pas l’occasion en or qu’ils vous font miroiter.

Sept erreurs à ne pas commettre en achetant de l'or

Monnaie de collection "Louis XIV" mise en vente par la Monnaie de Paris. 
Contenance: 1 once d'or, prix: 1635€, soit 65% au-dessus de son prix réel en or

Je parle des pièces de collection. Par pièce de collection, il faut entendre celles qu’on essaye de vous vendre à un prix qui dépasse le double de leur valeur en métal précieux.

Elles sont partout : dans votre magazine, dans certains journaux. Ces pièces commémoratives pour le mariage princier, souvent émises par des institutions privées sans réel lien avec quelque institut monétaire officiel. Celles-ci se reconnaissent facilement car elles ne portent pas de valeur faciale, ce sont alors des médailles. 

Pour votre information, sachez que seuls les Hôtels des Monnaies officiels ont le droit de « battre monnaie », c-à-d émettre des pièces avec une valeur dessus, même si celle-ci n’a aucun rapport avec la valeur du métal précieux contenu dans la pièce.

Cependant, le piège peut être subtil car les émetteurs officiels y vont aussi de leur « série limitée » de pièces en métal précieux (or ou argent dans la plupart des cas) et qu’ils mettent en vente à deux, trois foire parfois cinq fois le prix du métal.

Ces émissions sont à fuir si vous voulez investir en or.

Acheter de l’or, ce n’est pas payer 50% (ou moins) pour de l’or et 50% (ou plus) pour une valeur hypothétique de collection que « vous retrouverez certainement à la revente » d’après le vendeur, mais que la réalité vous prouvera tout le contraire.

Vous êtes numismates et vous collectionnez les pièces de « collection » ? Alors vous devez savoir qu’il y a un monde entre les pièces de collection et les pièces d’investissement. Vendre des pièces de collection à des investisseurs, c’est comme vendre un Matisse ou un Monet à celui qui veut simplement repeindre son salon. (ben quoi, c’est de la peinture après tout ?!)

Prenez bien garde, on vous dira que le marché est stable au fil des années. C’est tout simplement parce qu’il n’existe pas ! ou alors qu’il ne se passe que quelques transactions. Les vendeurs comptent sur le fait que vous ne revendiez jamais les pièces qu’ils vous vendent.

Donc faites bien attention ici :


  • vérifiez que le contenu en métal précieux est clairement identifiable, surtout si on vous propose des pièces non courants (c-à-d non listées par CPoR) ;
  • Si la contenance en métal précieux n’est pas clairement indiquée, c’est que c’est plus que probablement du plaqué et dans ce cas passez votre chemin ;
  • Comparez le prix du métal de la pièce avec le prix demandé pour la pièce, si la différence dépasse les 40%, dites-vous que ce n’est probablement pas le meilleur vecteur d’investissement en métal précieux. Si vous devez attendre que l’or monte de 40% avant de pouvoir espérer un retour sur investissement, dites-vous que vous serez passé à côté d’une belle opportunité (que vous aurez bel et bien raté !).
  • Si le prix demandé à l’émission semble exorbitant, (la Monnaie de Paris le fait souvent) attendez de retrouver la même pièce sur le marché secondaire quelques mois après, elle sera souvent à un prix proche de celui de son contenu en or fin.

2. Acheter des mines d'or

J’entend encore pas mal de gens qui font la confusion entre acheter des actions de mines d’or (acheter des mines d’or) et acheter de l’or.

Une action de mine d'or est un titre de co-propriété dans une entreprise qui a obtenu une licence d’exploitation d’un gisement aurifère, c’est tout. C’est juste une société, avec un conseil d’administration, des directeurs, des ingénieurs, des ouvriers. Leur rentabilité est le résultat de la façon dont ils vont allouer les moyens disponibles pour assurer leur exploitation, et celle-ci peut être affectée par de nombreux facteurs : charges salariales, contraintes publiques (un nouveau code minier par exemple), les taxes locales, les guerres ou les coups d’États, le prix de l’énergie (et il en faut de plus en plus), la concentration en or de leurs gisement et au bout de tout cela, le prix de l’or en lui-même.

Le fait est que la rentabilité des mines d’or tend à rester stable au fil du temps. 

L’inconscient collectif a tendance à penser que si le cours de l’or passe de 400$ à 800$, les mines feront davantage de profit, mais c’est très rarement le cas. En fait, certaines mines étaient plus rentables lorsque l’or était à 300$ qu’actuellement avec l’or à 1300$.

La raison ? Les gisements s’épuisent. Si le cours de l’or monte, les mines vont mettre en exploitation des gisement plus pauvres, qui nécessitent davantage d’énergie et de moyens techniques pour obtenir une rentabilité. Un prix de vente plus élevé permet de couvrir les coûts supplémentaires d’extraction par once, ce qui fait que la rentabilité demeure constante.

Actuellement, on ouvre une mine dès qu’on trouve une concentration de 3 grammes d’or par tonne de terre, soit un ratio de 3/1.000.000. En plus de cela, les meilleurs taux de récupération sont de 96% au maximum. Pour extraire une barre d’un Kg d’or du sol, il leur faut du coup manipuler 347 tonnes de minerai brut (soit 10 camions de 35 tonnes). En 2000, la teneur moyenne des gisements était de 24g/t, soit moins de 2 camions de minerais pour un lingot (43 tonnes de minerais).

Il ne faut jamais perdre de vue que les actions de mines d’or ne sont que des entreprises comme les autres, avec les mêmes risques qu’une entreprise qui fabrique des aspirateurs ou qui vend de l’air en bouteilles. Si vous êtes un investisseur en action, les mines d’or auront une place de choix dans votre portefeuille, mais gardez à l’esprit que ce n’est pas de l’or.

3. Acheter de l'or papier (ETF, warrants, trackers et autres) 

Lorsque vous faites part de votre désir d’acheter de l’or physique à votre banquier, c’est à peine s’il ne vous brandit pas un crucifix avec une gerbe de gousses d’ail en vous aspergeant d’eau bénite.

Les banquiers n’aiment pas l’or physique (voir mon article : L’or est la Kryptonite des banquiers). Lorsque vous achetez de l’or physique avec de l’argent qui dort sur votre livret d’épargne, votre banquier pleure, normal : vous lui retirez son jouet. 

Quel que soit le placement que vous réalisiez avec votre épargne, les banques touchent des commissions dessus, sauf l’or et l’argent métal. C’est pour cela que certains vous proposent des coffrets de pièces de collection à des prix très attractifs (voir point 1) sur lesquels ils touchent de grosses commissions ou alors vous redirigent vers l’or papier, tellement plus simple, rapide et moins coûteux en frais… qu’ils disent ! (ils vous factureront des droits de garde, des frais d'achat et de vente, etc...)

Attention, je ne dis pas que les ETF sont à fuir. Je dis seulement que dans une optique d’acheter de l’or pour protéger son épargne, les ETF, les warrants, les sicavs et fonds communs de placement en or ne sont pas de l’or.

Par contre, si vous voulez jouer la hausse de l’or sur les 6 prochains mois, alors les ETF, warrants et autres trackers sont tout indiqués.

Retenez bien la nuance :

- L’or papier, c’est pour la spéculation.
- L’or physique, c’est pour la sécurisation.

Vous voulez protéger votre épargne de l’inflation, l’hyperinflation, la saisie par votre banque en faillite ou l’État-vampire qui ne sait plus où pomper du fric ? N’ACHETEZ QUE du PHYSIQUE !


4. Acheter à n'importe quel prix. 

« Si c'est trop beau pour être vrai, c'est que ça ne l'est pas. » 

Rien n’est plus vrai en ce qui concerne l’or.

En 2011, c’était l’euphorie, tout le monde achetait de l’or, ça montait de jour en jour. Une telle hausse aussi soudaine, surtout sur le marché de l’or, ne pouvait pas continuer. Et pourtant c’est le moment qu’ont choisi de nombreuses personnes pour en acheter par brouettes entières.

Pas malin après coup, mais à l’époque, qu’en savaient-ils ?

Sachez que l’or est un marché cyclique. Si les conditions monétaires ainsi que la production d’or étaient stables, son cours ne devrait même pas fluctuer ! En tant qu’observateur depuis de nombreuses années, je me joins aux autres professionnels de l’or pour vous certifier que le prix de l’or à court terme monte et descend. Et s’il monte trop vitre trop longtemps sans corriger, alors il va le faire, indiscutablement.

Évitez d’acheter au plus haut: c'est à ce moment que tout le monde veut vous le vendre !

Aussi, évitez de ne pas acheter lorsque c’est au plus bas, lorsque justement tout le monde vend.

Cela vaut aussi dans l'autre sens: on vous propose de l'or à un prix largement inférieur à celui du marché? La bonne affaire n'en est peut être pas une. Certainement pas à mon avis: depuis que le prix de l'or a fortement augmenté, les faussaires en tous genre ont débarqué et si quelqu'un tente de me vendre de l'or au rabais, c'est que soit il veut s'en débarrasser trop vite (il ne veut pas aller décliner son identité chez un acheteur agréé), ce qui est louche, c'est peut-être un objet volé, ou alors c'est un faux. L'or se paie au juste prix et les intermédiaires honnêtes ne vous feront pas payer plus que cela.

Un bon conseil si vous suivez quelque peu le marché de l’or : Achetez lorsque ça a baissé de 1 à 2 % sur la journée ou 5 à 10% sur la semaine. Achetez régulièrement dans les creux. Et achetez régulièrement surtout (voir point 6).

5. Acheter de l'or physique pour le court terme.

Vous voulez spéculer ? Acheter du papier ! (voir point 3)

C’est incroyable de voir que des gens convertissent tout le solde de leur livret d’épargne d’un coup comme ça pour souscrire à la prochaine émission de la Monnaie de Paris.
Exemple : La Semeuse 100€ or de la Monnaie de Paris, vendue 820€ alors qu’elle contient une demi once d’or, donc une valeur en or de 495 euros, soit 65% de prime (voir point 1).

Le jour où ces acheteurs se trouvent à faire face à un coup dur ils n'auront pas d'autre choix que de revendre à perte (c’est triste à dire mais ce sera tant mieux pour ceux qui leur achètent ensuite).

L’or physique n’est pas un instrument qui est adapté au day trading ou à l’investissement à court terme.

Les commissions de vente, les marges des numismates ou les délais de traitement par les banques vont avoir raison de vous et vous en serez pour vos frais. Évitez d’acheter de l’or pour le court terme. Si vous voulez jouer la hausse à CT, alors préférez l’or papier (voir point 3).

6. Acheter de l’or avec de l’argent dont vous avez besoin.

L’or est un investissement à long terme. L’or est un vecteur d’ÉPARGNE. C’est pourtant pas si difficile à comprendre !

L’or permet de sécuriser son épargne à long terme. Votre épargne à court terme, tenez-la bien écartée de l’or surtout, sinon elle sera à risque.


  • Epargne court terme = somme d’argent mise de côté pour faire face à un besoin susceptible d’arriver à court terme.
  • Or = placement à long terme.

C’est pas la même chose.

Si vous placez en or des fonds dont vous aurez besoin dans un avenir proche, vous aurez une grande chance de faire des pertes importantes qui vous dégoûteront à jamais de l'or.

Vous ferez des pertes tout simplement parce que l’or est volatil. Son cours peut monter comme il peut descendre. Mais c’est sur un horizon de 5 à 10 ans qu’il bat tous les autres formes de placement. Si vous ne comptez pas le détenir aussi longtemps, alors achetez de l’or papier (voir point 3) qui est plus approprié pour les opérations de spéculation.

De plus, les marchands d’or s’assurent une marge en appliquant un cours acheteur et un cours vendeur. Si vous revendez dans l’urgence, alors vous en serez pour vos frais.

Pourquoi pas garder cet argent sous forme de billets dans un lieu sécurisé ?

7. Regarder passer le train sans jamais le prendre.

Just Do it

Vous voulez acheter de l’or ? Alors faites-le ! Qu’est-ce que vous attendez ?

Ces dernières années, les investisseurs en or en ont eu pour leur argent, si je puis dire.

Entre 2000 et début 2008, l’or est passé de 300$ à 1.000$ l’once (+233%). Ensuite, courant de l’année 2008 il est redescendu à 800$ (-20%). En 2009, il s’est repris pour aller chercher 1920$ l’once en Août 2011. En 2012 on a vu un retour sur 1600, repartir à 1800 avant de s’effondrer à 1180$ fin 2013. Au moment où j’écris ces lignes, il navigue autour des 1380$ l’once.

Ces fluctuations ont pu donner le mal de mer aux éternels indécis. Déjà en 2008, certains éclownomistes (Des Économistes qu’on montre comme des clowns sur les merdias grand publique) criaient à qui voulait bien l’entendre que l’or était dans une bulle qui n’allait pas tarder à éclater. Ceux qui lisent mon blog savent que ce n’a jamais été le cas. Pourtant des indécis les ont crû et n’ont pas osé acheter. Pareil lorsque l’or a monté en flèche et toujours lors de la descente en piqué. Actuellement, j’en entend qui ne cessent de dire « J’attend qu’il descende en-dessous de 1000$ pour en acheter… »… bah oui, comme tu attends depuis 10 ans, en somme !

Le pire des comportement est justement de ne pas acheter de l’or, sous divers prétextes d’attendre qui n’en sont pas.

Mon conseil :

Une des techniques les plus sages que je connaisse est celle d’investir régulièrement un même montant, sans attendre la baisse ultime qui ne viendra jamais, tout en respectant les principes énoncés ci-avant. Ceux qui l’ont réalisé se sont constitué un beau trésor que beaucoup leur envieront un jour (Ah si j’avais acheté en ce temps-là, j’en aurais eu autant ! – Ben non, tu l’as pas fait.).

Quid si l’or descend ? Tant mieux, votre prochaine acquisition fera baisser le prix de revient moyen de votre stock. Le prix monte ? Tant mieux, là c’est tout votre stock qui prend de la valeur. Sur le long terme, c’est une stratégie gagnante.

Il y a une chose que vous devez bien comprendre et admettre, et en plus cela ne s’applique pas qu’à l’or mais bien à tous les marchés :

Il est techniquement impossible d’acheter au plus bas et de vendre au plus haut, IM-POS-SI-BLE !
Par contre, on peut acheter lorsqu’il est assez bas, comme maintenant.

Il y a aussi ceux qui sont 100% action pour le moment. L’or ? Après, une fois que la bourse baissera. Pour eux il ne fait aucun doute que la bourse baissera un jour : les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, c’est bien connu. Mais en attendant, il y a toujours ce dernier petit profit à prendre et ce serait trop bête de le rater… d’autant que les bourses ont la fâcheuse habitude de se crasher sans prévenir les amis !

Un signe qui ne trompe jamais : l’or commence à remonter quelques semaines avant chaque crash, comme si quelques investisseurs avisé se disent « bon maintenant ça suffit comme ça, je me suis assez gavé sur les actions, il est temps de mettre ces plus-values au frais et de les sécuriser dans l’or ». L’or a commencé à monter depuis le début de l’année 2014 alors que les marchés d’actions montrent de réels signes d’essoufflement.

Ceux qui sont à 100% en actions risquent de se prendre une lessivée bien avant qu’ils n’aient le temps de se retourner. Qu’y a-t-il de plus désagréable que de vendre ses actions au plus bas pour acheter de l’or au plus haut ?


En guise de conclusion, je ne vois pas mieux que cet adage bien connu:

« Mettez 5 à 10% de votre patrimoine en or et priez pour que cela ne serve à rien. »

Tous les jours je prie pour que je me trompe, mais j’ai parfois l’impression de me tromper quand je fais ça…



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Goldfisher 209 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine