Magazine Info Locale

Arnaud Montebourg pousse un cocorico légitime dans le dossier Alstom

Publié le 23 juin 2014 par Gezale

Arnaud Montebourg pousse un cocorico légitime dans le dossier Alstom

Le ministre du Redressement productif chez Double A à Alizay : quand l'Etat montre la voie. (photo JCH)

Il est normal et habituel de dénoncer les causes des trains qui arrivent en retard. Il n’est pas inutile, non plus, de mettre en exergue les faits positifs et porteurs d’avenir quand ils sont l’œuvre d’une action nationale ou locale. Le cas Alstom illustre parfaitement cet axiome médiatique. Je ne sais s’il faut se réjouir autant qu’Arnaud Montebourg le laisse entendre, mais l’implication de l’Etat dans l’accord passé entre le conseil d’administration du grand groupe national avec General Electric indique le sens que donne le gouvernement actuel au devenir industriel sensible de notre pays. Prendre 20 % des 30 et quelques pour cents des actions de Bouygues, c’est devenir le premier actionnaire d’Alstom et avoir plus qu’un œil sur les décisions à venir et sur la tenue des promesses du géant américain. Le PDG de GE a fait plusieurs fois le voyage de New York à Paris pour rencontrer François Hollande et Arnaud Montebourg. L’actuel PDG d’Alstom ne recruterait certainement pas M. Montebourg parmi son encadrement mais il reconnaît que le ministre du redressement productif est un négociateur de premier plan qui sait ce qu’il veut et connaît les chemins pour atteindre ses objectifs.  Le PDG américain a pris des engagements à surveiller de près. Sur la création des différents groupes, sur la localisation en France des sièges d’entreprises, sur l’embauche de plusieurs milliers de salariés, sur la recherche et le développement. Le monde des affaires étant ce qu’il est, on ne peut tenir ces promesses pour argent comptant. La conjoncture mondiale a souvent bon dos pour renier ce qu’on a signé. Tout de même, il y va de la crédibilité de General Electric et de celle du gouvernement engagé dans un bras de fer avec GE depuis plusieurs mois après qu’il a tenté de susciter une offre concurrente avec Siemens et Mitsubishi. Visiblement cette offre n’était qu’un leurre destiné à pousser GE à augmenter son offre et à mieux négocier les termes de l’accord final. Arnaud Montebourg est sorti grandi de cette négociation et François Hollande, contrairement à l’affaire Florange, n’a pas eu dans les pattes un premier ministre hostile. Montebourg a salué le coup de main de Manuel Valls et il n’y a plus guère que la CGT pour déplorer cet accord, le syndicat désirant ardemment une solution franco-française devenue totalement irréaliste au fil des exigences industrielles de 2014 et des contraintes financières. L'engagement de l'Etat à racheter les actions Alstom de Bouygues tiendra deux ans, le temps pour le gouvernement d'apprécier au mieux le prix de l'action cotée en bourse.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7016 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine