Magazine Humeur

Profitons bien de cette Coupe du monde au Brésil!

Publié le 24 juin 2014 par Pierre Thivolet @pierrethivolet
Profitons bien de cette Coupe du monde au Brésil!
#seleção#Brésil#Coupedumonde#EdFIl y a 15 jours encore, on nous annonçait une Coupe du monde cauchemardesque avec une organisation – brésilienne – merdique. Aujourd’hui, nos confrères s’enthousiasment pour le plus beau des «mondial». Ils s’extasient devant la passion des supporters, la beauté des stades. Comme celui de Brasilia, qui était présenté comme une aberration coûteuse, qui ne serait jamais prêt à temps ; un stade inutile dans une ville sans grande « tradition footballistique ».Ce revirement à 180° de la presse française révèle que beaucoup de nos confrères ignoraient ( ignorent ?) tout ou presque de la réalité brésilienne et de l’histoire même de Brasilia construite en 1005 jours !Car le Brésil est depuis sa formation un pays tourné vers l’avant, vers l’avenir ; Trop peut-être. Le concept de « être prêt à temps » lui est un peu étranger. Il y a 50 ans quand le gouvernement a imposé le transfert de la capitale à Brasilia, qui avait été prévu un siècle auparavant, rien n’était prêt. Brasilia, a été dessinée en quelques mois, construite à partir de rien, et au milieu de rien. Obligées de quitter leurs résidences et plages de Rio, les ambassades étrangères l’avaient eu très mauvaise. Beaucoup avaient emménagé avec casques et bottes de chantier au milieu d’un chaos de latérite!Aujourd’hui, Brasilia est devenue une vraie capitale, une ville d’un million et demi d’habitants, un hub routier de première importance. Où le centre planifié a été dépassé par la construction anarchique de banlieues et de favelas. Mais la capitale pouvait-elle être la seule ville du Brésil sans pauvreté ?Et puis, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Brasilia est une sorte de Washington tropicale, avec des monuments d’une beauté à couper le souffle, comme le Palais de l’Aube (Alvorada), l’Itamaraty (Affaires étrangères), la Cour suprême, la Cathédrale, la Place des 3 pouvoirs et puis, symbole de la démocratie brésilienne,  les 2 coupoles inversées et les tours jumelles du Parlement se reflétant sur un vaste bassin où nagent un cygne noir et un cygne blanc…Parions que ce mondial brésilien va être superbe, une vraie fête… Profitons-en bien comme les brésiliens qui savent qu’il ne sera, comme le carnaval, qu’une parenthèse avec retour à de dures réalités sociales, économiques, politiques.Profitons-en bien avant les deux prochains mondiaux de 2018 et 2022 qui seront peut-être mieux « préparés », mais qui, sans faire injure aux russes et aux qataris, seront à coup sûr, moins « festifs»…
Playlist du blogodinho :
Construção de Chico Buarque de Holandia,Profitons bien de cette Coupe du monde au Brésil!Une chanson de 1971, hommage aux ouvriers qui depuis des décennies sont morts, anonymes, sur toutes ces « constructions », dans les piles en béton du Maracanã, les immeubles et les tours de Rio ou São Paulo ou dans les fondations de Brasilia.E se acabou no chão feito um pacote bêbado
Morreu na contramão atrapalhando o sábado(Il) termina au sol comme un paquet ivre
Et mourrut dans le sens interdit en gênant la criculation du samedi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Thivolet 5011 partages Voir son profil
Voir son blog