Magazine High tech

Google fait un pas de plus dans la domotique en s'offrant Dropcam

Publié le 24 juin 2014 par Le Monde Numérique @lmn_officiel

Le géant du web n’en finit plus d’étendre son emprise sur les marchés connectés, confortant sa position dominante en rachetant certaines sociétés spécialisées ou start-up prometteuses. Google confirme aujourd’hui son intérêt pour la domotique en prenant la main sur Dropcam.

Google fait un pas de plus dans la domotique en s'offrant Dropcam


Google confirme encore une fois son ambition d’étendre ses activités au-delà de celle de premier moteur de recherche au monde et de régie publicitaire. Le groupe tentaculaire vient en effet d’investir 555 millions de dollars pour prendre possession de la marque Dropcam au travers de Nest, spécialiste domotique récemment acheté par le groupe pour la somme de 3,2 milliards de dollars.

Dropcam est une entreprise américaine spécialisée dans la fabrication de caméras connectées en Wi-Fi servant à la surveillance domestique. Outre le matériel, Dropcam propose aussi à ses clients un service Cloud payant permettant le stockage des vidéos enregistrées par son dispositif.

La question des données privées réglée ?

En passant par Nest, Google laisse à son cofondateur la tâche d’expliquer la stratégie du groupe, notamment en ce qui concerne le traitement des nouvelles données ainsi acquises par Google. Car si la question de posait d’ores et déjà suite au rachat de Nest et de ses thermostats connectés, elle prend une autre dimension s’agissant des caméras de surveillance à domicile. Celles de Dropcam peuvent être contrôlées à distance, depuis un smartphone ou une tablette. Elles sont aussi dites « intelligentes » puisque capables de détecter si elles filment un simple objet ou un être vivant. A la clé pour Google : le moyen de collecter encore davantage de données ultra privées. Pourtant, Nest a souhaité immédiatement couper court aux critiques en précisant dès l’annonce du rachat de Dropcam que les données récoltées par la société seront protégées par une politique stricte de respect de la vie privée. Au même titre que celles de Nest, ces données ne seront ainsi jamais communiquées en dehors du service (ici celui de système de surveillance) et ne pourront donc en aucun cas servir de matière première à Google (en faveur de la personnalisation de son approche marketing par exemple).

Une prise de pouvoir sur des marchés à fort potentiel

Reste que cette approche permet à Google de s’imposer un peu plus comme un acteur de référence sur le marché de la domotique, un secteur qui devrait représenter, selon le cabinet Juniper Research,  quelques 71 milliards de dollars dans le monde dès 2018 (contre 33 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2013).

Outre la domotique, les Google Glass font quotidiennement la une de l’actualité en tant que modèle de la tendance des Wearables Devices. Les Google Glass viennent ainsi de faire leur entrée à l’aéroport de Copenhague où elles ont pu être testées afin d’améliorer le service aux passagers grâce à des outils de traduction instantanée par exemple. Google vient par ailleurs de confirmer les avancées de son projet de connectivité Internet avec Loon. Le groupe tente aussi de s’imposer sur le marché des véhicules connectés (en installant son système d’exploitation Android dans les habitacles) après avoir déjà présenté sa Google Car comme un modèle de véhicule autonome. Google s’intéresse finalement à l’Intelligence Artificielle, et rachetait ainsi DeepMind Technnologies, société spécialisée, en début d’année.

Autant de prises de position qui ne devront que confirmer la puissance du groupe à l’échelle mondiale dans les prochaines années. Google semble définitivement s’imposer comme la société la plus puissante au monde, parvenant chaque fois à s’imposer en tant que référence.

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Monde Numérique 14497 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine