Magazine Football

#RTSmondial : un match France-Suisse s’est aussi joué sur les réseaux sociaux !

Publié le 24 juin 2014 par Marclindner @Socialtvfrance

RTS

Les grands événements sportifs sont de formidables laboratoires pour les chaînes désireuses de se développer dans les domaines des nouveaux médias, dont celui de la Social TV. A ce titre, le concept proposé par la RTS (Radio Télévision Suisse), ce vendredi 20 juin, à l’occasion du match France-Suisse, ne déroge pas à la règle ! Une expérience à laquelle socialtv.fr a eu la chance d’être conviée…

Une initiative novatrice et socialisante autour d’un évènement fédérateur : le match France-Suisse

Ce vendredi 20 juin se déroulait le match France-Suisse. Parallèlement à celui-ci, la RTS a réalisé une expérience de Social TV encore unique en son genre. Le principe ? Réunir deux équipes de 11 twitos (11 français et autant de suisses) afin qu’ils s’affrontent lors d’un match virtuel sur les réseaux sociaux. Pour y parvenir, chaque twitos s’est vu confier la délicate mission d’incarner un joueur présent sur le terrain et faisant partie de l’équipe dont il est le supporter. Chacun a ainsi été chargé de tweeter les pensées de son joueur, via des tweets décalés qui se sont affichés sur une plateforme « second écran » prévue à cet effet. A ces 22 twitos « joueurs » se sont également ajoutés les entraîneurs, ainsi qu’un arbitre.

A l’origine de ce concept, David Labouré, le Responsable des relations en ligne de la RTS, explique que la décision a été prise en décembre 2013 lors du tirage au sort des différents groupes devant s’affronter lors de la Coupe du monde 2014. En constatant qu’une rencontre aurait lieu entre la France et la Suisse, il comprit rapidement que cet évènement permettrait le développement d’une expérience festive et originale dans le domaine de la Social TV.

Interaction, originalité et bonne humeur

Outre l’interactivité permise via le live tweet des invités, mais aussi par l’affichage des tweets du public, l’originalité de l’opération repose principalement sur le fait que ces commentaires ne se cantonnent pas à une simple description du match France-Suisse. En effet, David Labouré insiste sur le fait que l’objectif est de développer un contenu indépendant du match, reposant principalement sur une bonne dose d’humour du fait de tweets décalés. Il ne s’agit pas de proposer aux spectateurs un énième commentaire du match, mais d’offrir un divertissement supplémentaire. Ainsi, il signale que « le but n’est pas de toucher uniquement les personnes qui regardent le match. Au contraire, une personne qui ne le regarde pas mais souhaite suivre la plateforme peut tout à fait le faire. Le but est de proposer une rencontre virtuelle, avec une ambiance « coupe du monde » et beaucoup d’humour. »

RTS_MONDIAL1

Un affrontement avant, pendant et après le match France-Suisse

Preuve que cet événement virtuel est bien plus qu’une simple émission parallèle au match diffusé en direct, il est intéressant de signaler que la rencontre s’est déroulée bien plus longtemps que le match réel au Brésil. Dès la veille, les tweetos des deux équipes ont en effet commencé à s’affronter à coup de tweets provocateurs et délirants. Pendant le match, une ambiance bon enfant a également régné entre les différents participants, les français quittant leurs places afin de former une haie d’honneur et d’entonner leur hymne national en guise de provocation pour l’équipe adverse. Une équipe suisse ayant répondu à cette provocation avec beaucoup d’humour également ! Enfin, après le match, outre le fait de s’être retrouvés dans une atmosphère détendue, certains participants ont continué de tweeter différentes réflexions et messages liés à cette expérience interactive. Le public, lui aussi, semble avoir pris part à l’ensemble des interactions qui ont précédées l’émission, mais également continué de tweeter bien après le match.

RTS_equipe

Un dispositif médiatique conséquent et en parfaite adéquation avec la stratégie « nouveaux médias » de la RTS

plateauLa préparation de cette expérience a nécessité la mise en commun des savoirs-faires de différents départements de la RTS. David Labouré indique ainsi que, outre le département des relations en ligne, ce sont ceux des sports, de la promotion de la chaîne ou encore le laboratoire numérique de la RTS qui ont été mis à contribution. Une collaboration nécessaire du fait des nombreux défis techniques liés à la mise en place d’un tel dispositif expérimental.

Le dispositif médiatique comprend ainsi :

  • Une plateforme « second écran », Shore.li, permettant de diffuser l’ensemble des tweets des différents tweetos venus encourager leur équipe, mais aussi ceux des spectateurs externes au plateau. Cette plateforme prend la forme d’un terrain de foot sur lequel s’affichent, de chaque côté du terrain, les différents tweets propres aux tweetos engagés dans le match virtuel. Afin d’être diffusés sur celle-ci, les participants doivent accompagner leurs tweets du hashtag #RTSmondial. Un dispositif simple et efficace qui a fait ses preuves tout au long de la soirée ;
  • La mise en place d’un plateau accueillant les tweetos, prenant lui aussi la forme d’un terrain de foot. Ce plateau était visible en ligne via une live cam accessible sur la plateforme ;
  • La réalisation de deux duplex : l’un durant le journal télévisé, précédent le match, et le second durant la mi-temps, avec la collaboration d’Alberto Montesissa, l’un des journalistes sportifs de la chaîne, qui a incarné le rôle de l’arbitre.
  • Cette initiative trouve également sa place dans la politique initiée par la chaîne afin de se développer dans le domaine des nouveaux médias. Outre cette rencontre interactive, il est intéressant de signaler que la RTS mise aussi sur le mondial via d’autres dispositifs originaux.Ainsi, par exemple, elle a développé une websérie uniquement dédiée à l’évènement : « Contre-pied ». Une websérie dans laquelle différentes personnalités francophones suisses et françaises sont invitées à s’exprimer sur la coupe du monde. Des questions originales leurs sont posées et un montage, lui aussi riche en humour, est effectué afin de confronter les différents points de vue obtenus.

Autre exemple, la RTS a également développé une expérience interactive dénommée « Le Défouloir ». Il s’agit, comme l’explique si bien David Labouré, d’un service intégré à l’application RTS Sport via laquelle les spectacteurs ont la possibilité de s’exprimer en cliquant sur l’écran de leur appareil mobile. Ceux-ci peuvent ainsi indiquer leur accord ou désaccord profond lors d’une faute, d’un goal ou de tout autre évènement se produisant sur le terrain. Des statistiques sont ensuite réalisées afin d’obtenir une courbe qui permet de savoir à quel(s) moment(s) du match se sont produits des évènements marquants (goals, fautes…).

Un retour chiffré sur l’expérience

Les statistiques existantes actuellement permettent de parler d’une véritable réussite en termes d’interaction avec le public et de mise en valeur de l’expérience, donc de la chaîne.  Ainsi, selon les premiers résultats obtenus :

  • Près de 4.000 tweets ont été publiés durant le match sur la plateforme #RTSmondial et, ceci, par plus de 1.800 spectateurs. Un chiffre impressionnant lorsque l’on sait que le précédent record de la RTS s’élève à 2.500 tweets édités lors de la finale de l’Eurovision 2014. Ceci d’autant plus que l’on estime que la Suisse Romande compte environ 50.000 twittos actifs ;
  • Depuis le début de la compétition, le hashtag de la RTS a été utilisé près de deux fois plus que celui de la RSF (Télévision Suisse Allemande), alors que les suisses allemands sont quatre fois plus nombreux ;
  • Près de 22.000 visites sur la plateforme « second écran » ont été recensées. Des visites comprenant des suisses, des français mais également des belges notamment.
Objectifs atteints : des tweets décalés, une ambiance « Coupe du monde » et une forte participation du public

Ce concept a de multiples objectifs. S’il s’agit tout d’abord de proposer une expérience novatrice et divertissante au public, le fait de tester la faisabilité de ce nouveau type de dispositif est également évoqué par David Labouré, mais aussi  par Jérôme Brunet-Moret, chef de projets multimédia de la RTS. Enfin, l’objectif est également de faire « rayonner la chaîne et le sport suisse » sur les réseaux sociaux et d’augmenter ainsi sa visibilité, comme le signale ce dernier.

En définitive, nous pouvons donc parler d’une véritable réussite en termes d’expérience de Social TV, mais également d’une parfaite opération de promotion de l’image de la chaîne.

Quelques bons tweets

Le nouveau drapeau Suisse à la fin du match de ce soir #FRASUI #RTSMondial pic.twitter.com/DiLhqNPt8M

— damien douani / FaDa (@damiendouani) 20 Juin 2014

La différence ?? Chez les #FRA c’est ferme, chez les #SUI ya des trous partout :P #RTSmondial #FRASUI pic.twitter.com/ZAH9PXoaxU

— Ronan BOUSSICAUD (@Rboussicaud) 20 Juin 2014

En découvrir d’autres…

Les Equipes

Equipe de France

Equipe de Suisse

Arbitre : @DavidLaboure


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marclindner 831 partages Voir son profil
Voir son blog