Magazine High tech

JavaOne 2008 : le constat du médecin légiste

Publié le 19 mai 2008 par Mederic

Une fois que la poussière est retombée, que restera-t'il de JavaOne 2008 ?
Premier constat : c'est une première pour moi, mais on sent poindre chez les multi-récidivistes un sentiment classique, le "c'était bien, mais par rapport à il y a 5 ans". De la même façon que que cette année, aux Eurockéennes de Belfort, on entendra "c'était bien, mais par rapport à il y a 10 ans". Or il y a 10 ans, j'y étais, et malgré Portishead, Prodigy et Louise Attaque, j'entendais déjà ce refrain ...
Ce qui est sûr, c'est que nous sommes entrés dans une phase où le langage Java comme sa plate-forme sont solidement implantés dans les entreprises, et ne sont plus dans une phase de conquête pure. De reconquête tout de même si l'on pense à JSF 2 et aux EJB 3.1 (voire de rédemption dans ce dernier cas), mais surtout de consolidation, de facilité d'utilisation et d'interopérabilité : à ce titre, les focus sur les projet Web Services Metro et Jersey ont montré que les projets avaient maintenant pris en compte ces aspects comptant pour l'accélération des développements (IDE) et leur intégration (REST ou WS-*) dans un environnement hétérogène. L'utilisation des WS avec Silverlight n'a pas été convaincante, mais on imagine très bien une utilisation avec un frontal RIA de type Flex, ou autre.
JavaFX qui a largement eu droit à sa place sous les projecteurs. Il faut bien avouer que voir une sphere composée de dizaines de video en lecture a de quoi impressionner, tout comme l'intégration propre entre le navigateur et le système d'exploitation (le glisser/déposer d'une applet JavaFX du navigateur vers le bureau). Le seul vrai problème n'est pas technique, c'est que lorsque Java 6u10 arrivera et que les IDE intègreront JFX (en pensant aux graphistes et concepteurs multimedia), Flex et Silverlight 2 seront là depuis longtemps.
Et pour les serveurs d'application ? L'annonce T-Shirt de SpringSource Application Platform a certes marqué les esprit, nous y reviendrons bientôt, mais ce ne sont ni l'open beta de WAS 7 ni JBoss 5 qui m'ont le plus impressionné : c'est GlassFish, de plus en plus présentable en v3. Il est modulable, rapide, OSGi, embarquable et donc utilisable en test unitaire, mais il souffre encore d'un déficit d'image comparable à NetBeans  : ils font tous les deux au moins autant et au moins aussi bien que les autres, mais la force de l'habitude fait que l'on reste dans des schémas classiques. C'est en train de changer, mais à quel rythme ?
Au final, on peut dire que JavaOne 2008 a montré que Java n'est pas mort, et que sa plate-forme devient attirante pour d'autre langages : c'est le pari que fait Sun en attirant Ruby et PHP dans son éditeur et sa JVM pour se consolider globalement. Stratégie gagnante ? Réponse dans un an.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mederic 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog