Magazine Médias

SOCIÉTÉ > "E-Njoint" : vapoter du cannabis en France ?

Publié le 25 juin 2014 par Fab @fabrice_gil

" />

©E-Njoint

E-Njoint BV, société néerlandaise basée en Hollande méridionale, vient de créer le premier joint électronique au monde. 10 000 e-joints sont produits chaque jour dans le pays et vendus chez les buralistes et détaillants de toute l’Europe. Une annonce qui devrait relancer le débat sur la dépénalisation du cannabis en France.
Le sujet n’est pas anodin. L’entreprise néerlandaise E-Njoint définit une nouvelle étape dans le domaine du tabagisme électronique. A l’heure ou la question de la dépénalisation du cannabis en France continue d’alimenter les conversations, Menno Contant, PDG d’E-Njoint, propose une alternative, cela, même après le rapport officiel de Marisol Touraine sur l’utilisation de la cigarette électronique (publicité et commercialisation). "Les Pays-Bas sont connus dans le monde entier pour leur attitude tolérante et libérale à l'égard des drogues douces. Le lancement de ce nouveau produit diffuse un message clair : tant que vous n'ennuyez ni n'agressez personne et restez dans les limites de la légalité, tout ira bien", déclare Menno Contant. "Les consommateurs de cannabis sont pour la plupart des fumeurs. Pourquoi ne pas renverser la "vapeur", et faire de futurs consommateurs d’e-joints de futurs vapoteurs ? Notre santé, elle, aurait tout à y gagner…" ajoute-t’il.
François Hollande avait été clair durant la campagne présidentielle de 2012 : "la légalisation du cannabis est inenvisageable sous mon mandat". Cécile Duflot, "ministrée" EELV, favorable à sa dépénalisation, avait -elle- provoqué un tollé général à droite et la colère du président de la République. Aujourd’hui, la question est de savoir dans quelle catégorie les institutions gouvernementales classeront cette nouvelle invention commercialisée en Europe.
En France, la loi interdit la production, la détention, la vente, l’achat et l’usage de cannabis, avec des sanctions plus ou moins sévères selon l’acte. Le trafic, c’est-à-dire la détention, le transport, l’offre, la cession ou l’acquisition de marijuana, est puni d’une peine de prison d’une durée maximale de dix ans ou d’une amende pouvant atteindre €750.000. Le simple usage n’est normalement puni que d’une peine maximale d’un an d’emprisonnement ou d’une amende pouvant aller jusqu’à €3.750. Quant à la production, même pour usage personnel, celle-ci est passible d’une peine maximale de vingt ans de réclusion criminelle ou d’une amende pouvant aller jusqu’à €7.500.000.
Entre le risque de détourner la fonction de la cigarette classique en "électronique" avec plus ou moins de nicotine sans la nocivité du tabac, pour en arriver à un "joint électronique pour tous", il n’y a qu’un pas. Dénué de THC, tabac et nicotine -ce qui le rend conforme à la législation- l’e-joint offrirait donc la possibilité de fumer du cannabis sans effets dits "toxiques". L’entreprise E-Njoint négocierait actuellement avec Tikun Olam, célèbre fournisseur de cannabis à vocation médicale. L'expertise devrait permettre de transformer l’e-joint en produits de santé.Escroquerie caractérisée, gadget, ou réelle nouvelle façon d’ingérer du cannabis, la question reste posée. En l’état actuel des choses, on ne peut guère que se contenter d’une opinion de principe.FG

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines