Magazine Santé

OBÉSITÉ: Télévision, l'effet publicité plus fort que l'effet sédentarité – Appetite

Publié le 29 juin 2014 par Santelog @santelog

OBÉSITÉ: Télévision, l'effet publicité plus fort que l'effet sédentarité – AppetitePlus un enfant est familier avec les logos et les marques de restaurants fast-food, de sodas et autres junk foods plus l’enfant est susceptible d’être en surpoids ou obèses. Donc plus il aura tendance à être obèse à l’âge adulte. C’est la démonstration de ces chercheurs de l’Université d’État du Michigan qui ont testé les notoriétés de certains aliments auprès d’enfants puis ont rapproché ces données de leur IMC. Conclusion dans la revue Appetite.

Anna McAlister, professeur de publicité et de relations publiques a réuni des enfants âgés de 3 à 5 et leur a présenté des photos de logos liés à des produits alimentaires malsains. Les enfants ont été ensuite invités à rapprocher des photos de produits alimentaires des marques et logos correspondants.

Les résultats sont très variables d’un enfant à l’autre, cependant, l’équipe constate qu’une grande familiarité avec les marques d’aliments malsains est associée à des habitudes alimentaires malsaines et à un IMC plus élevé, même après ajustement avec les niveaux de pratique d’activité physique.

L’exposition à la publicité plus nocive que la sédentarité ? L’exposition à la publicité apparait ici comme un facteur indpendant du risque d’obésité. L’activité physique ne devrait donc pas être considérée comme la "panacée" dans la lutte contre l’obésité infantile, renchérit l’auteur, qui veut préciser que la sédentarité n’est pas la seule cause majeure d’obésité. L’exposition à la publicité doit être tout autant l’objet d’initiatives de prévention et de restrictions. Parce que les enfants reçoivent la plupart des messages alimentaires via la télévision, ils combinent simultanément sédentarité liée au temps passé devant l’écran et incitations à consommer ces d’aliments malsains. Cependant, selon l’auteur, les messages reçus auraient des effets supérieurs aux autres facteurs de mode de vie. «  Il ne faut pas longtemps aux enfants pour comprendre ce qu’ils aiment et n’aiment pas, et prendre des habitudes alimentaires pour la vie  ». Ainsi, c’est dès l’âge de 3 ans que les enfants développeraient leurs préférences alimentaires…sous influence.

Source: Appetite 24 June 2014 DOI: 10.1016/j.appet.2014.06.017 Children’s Knowledge of Packaged and Fast Food Brands and their BMI: Why the Relationship Matters for Policy Makers

OBÉSITÉ: Télévision, l'effet publicité plus fort que l'effet sédentarité – Appetite
Pour en savoir plussur l’Obésité infantile

Accéder à nos dossiers- Pour y accéder, vous devez êtreinscritet vous identifier

Obésité de l’enfant (1/6)

Troubles du comportement alimentaire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine