Magazine Poésie

Malenfance

Par Vertuchou

Moi qui rêvais étant enfant

Que je vivrais plus de mille ans

Que j’irais plus loin que le vent

Moi qui ne rêvais qu’océans

Parce que mes rêves étaient trop grands

Quand j’y pense

J’ai parcouru les continents

Du plus petit jusqu’au plus grand

Connu toutes sortes de gens,

J’ai vu des couchers de soleil

Qui devaient se croire sans pareils

D’importance

D’arrogance

Mais c’est à toi que je pense

Malenfance

Malenfance

J’en ai gardé souvenance

Je ne t’oublierai jamais.

J’ai vu plus que je ne verrai

Et des châteaux et des palais

Plus grands que je ne les rêvais

Palais se croyant éternels

C’était l’argent griffant le ciel

Quand j’y pense

J’ai vu des femmes et des diamants

Lequel de l’autre était l’amant ?

Toi la beauté à toi l’orient.

Ensemble on cru naïvement

Pour eux s’arrêterait le temps

La puissance

La jouvence

Mais c’est à toi que je pense

Malenfance

Malenfance

J’en ai gardé souvenance

Je ne te t’oublierai jamais

Leny Escudero


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine