Magazine Sport

Interview Marcel Desailly: « si jamais il y a une finale France-Brésil, je ferai le voyage »

Publié le 30 juin 2014 par Cdusport @cdusport
Interview Marcel Desailly: « si jamais il y a une finale France-Brésil, je ferai le voyage »

Beaucoup d’entre nous ont encore à l’esprit ce 12 juillet 1998 où la France a gagné sa première coupe du Monde de football. Une équipe réalisait le rêve de millions de français passionnés par le ballon rond. Aujourd’hui, nous rêvons que d’une chose: vibrer autant qu’en 1998.

Lors de la présentation du dispositif Betclic Grito Gol au début du mois de juin, juste avant le début de la Coupe du Monde, nous avons pu parler football avec  l’un des joueurs de cette équipe de rêve, mais aussi ambassadeur de  Betclic, Marcel Desailly. Voici son témoignage et ses pronostics pour cette Coupe du Monde.

CduSport : Que pensez-vous de l’organisation de la coupe du monde au Brésil ?

Marcel Desailly : Il y a un petit peu de couacs, dans la répartition des territoires. Mais on pense que ça devrait être une belle Coupe du Monde si la population n’utilise pas cette opportunité pour venir se révolter et faire passer des messages différents de la dynamique sportive.

CDS : Qu’est-ce que vous pensez des joueurs qui ont recours aux réseaux sociaux, vous êtes pour ou contre ?

MD : C’est la nouvelle donne. Je suis pour dans le cadre extra-sportif, éventuellement dans le cadre du club. Mais maintenant quand on est dans le cadre d’une compétition, il y a des choses qui sont un peu confidentielles, qui ne doivent pas forcément sortir. Il faut protéger le groupe. Savoir les utiliser tout en protégeant le groupe, en dopant la visibilité, mais il ne doit pas avoir d’informations qui filtrent, parce que sinon la dynamique collective est rompue, ainsi que le secret interne et le code qui régi entre nous. Si c’est maîtrisé c’est bien, parce que c’est la nouvelle donne et qu’on ne peut pas faire sans aujourd’hui. Des joueurs font du business avec, il y en a qui font seulement du ludique, donc c’est le XXIème siècle.

CDS : Comment voyez-vous l’évolution du football africain ?

MD : Relativement bien, mais pas très très bien quand-même, car les championnats ont du mal à se créer, à part l’Afrique du Nord qui est bien structurée avec la Tunisie, l’Egypte, éventuellement l’Algérie, qui essaie de faire de son mieux, et le Maroc. Pour le reste de l’Afrique, le Gabon vient de mettre en place un championnat professionnel, l’Afrique du Sud est bien structurée, le Nigéria aussi. Mais globalement, quand on parle d’un potentiel milliard de personnes, l’Afrique reste quand-même un continent en retard, on n’a pas suffisamment de joueurs de très haut niveau sur le marché.

Il y a Drogba, Essien, Etto, mais ça ne suffit pas par rapport au potentiel qu’il y a. C’est-à-dire que dans la structuration de base, il y a des problèmes d’organisation.

CDS : Que pensez-vous de votre équipe d’origine, le Ghana ?

MD : Il est vrai qu’on ne les attendait pas dans cette coupe du monde et ils y sont arrivés. Maintenant l’idée c’est de faire aussi bien ou peut-être mieux, parce que 84 coupes du monde défilent et aucune équipe africaine n’a atteint les demi-finales. Mais je pense que c’est plus la Côte d’Ivoire qui a le potentiel, à travers les joueurs qui la composent,  et la capacité d’atteindre le quart ou la demi-finale (A noter que la Côte d’Ivoire a été éliminée en phase de poule).

« Que la France aille ou pas au bout, moi, je veux revivre ces moments! »

CDS : La toute dernière question. Si jamais il y a une finale France-Brésil, ça vous fait peur ?

MD : Je ferai le voyage d’abord. Et oui ça me fait peur, parce que les Brésiliens ont beaucoup de choses à faire valoir et ils sont chez eux cette fois-ci. Ils vont être dopés par la population qui va les pousser, c’est difficile, mais dans tous les cas, ce sera chargé d’histoire. Ce sera génial, ça nous fera vivre de bons moments. Cela voudra dire que la France aura vécu des quarts de finale, les demies-finales et une nouvelle fois une finale. Donc moi je veux vivre ce que les gens ont vécu quelque part. Qu’on aille ou pas au bout, moi, je veux juste revivre ces moments! Parce que je m’aperçois que les gens ont tous en mémoire ce qu’ils faisaient au moment bien précis durant cette période-là.

(NDLR: cette interview a été réalisée juste avant le début du Mondial. A l’heure où nous publions cet article, il est impossible pour la France et le Brésil de se rencontrer en finale.)

CDS : Et vous seriez pour du qu’on déclare férié le 13 Juillet ?

MD : Mais oui bien sûr, impossible de travailler dans ce cas-là.

Selon Marcel Desailly, l’Argentine devrait être le grand gagnant de cette coupe du Monde 2014. Les paris sont ouverts !!

Vous aimerez aussi lire:

grito-gol-betclicgrito-gol-betclicGrito Gol: Betclic se met en mode Coupe du Monde! FIWC 14 Launch ConceptFIWC 14 Launch ConceptFIFA Interactive World Cup 2014: 5 Français qualifiés pour la finale! Coupe-du-monde-2014Coupe-du-monde-2014Coupe du Monde 2014 : une affiche à l’image du Brésil…et du football

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cdusport 4457 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine