Magazine Sport

La ceinture sert à tenir le dobok

Publié le 30 juin 2014 par Grandspas

En rédigeant l’article présentant les grades et ceintures en taekwondo, je me suis remis à réfléchir sur le sens et l’importance à donner à ces grades.

En effet même si on a coutume de dire dans les arts martiaux que la ceinture, c’est surtout pour tenir le pantalon – ce qui signifie en gros que la couleur de la ceinture on s’en fout et que ce qui est important c’est de travailler pour soi – il me semble quand même que les grades tiennent un rôle important dans le taekwondo (aujourd’hui car ca n’a peut-être pas toujours été le cas).

Si je jette un coup d’œil dans le rétro et que j’essaie de me remémorer mes débuts, je me rends compte que j’y ai également accordé beaucoup d’importance. J’avais envie de passer au plus vite mes grades, de changer de couleur, je stressai (et stresse toujours 

:)
 )avant la présentation du poumsé…et j’étais heureux du succès ou déçu de l’échec… Je pense que tout cela fait partie du charme.

Parmi les pratiquants d’arts martiaux en général et donc de taekwondo, certains sont absolument contre les grades, d’autres contre les passages, d’autres contre les signes distinctifs.

Concernant les grades je trouve qu’il est nécessaire d’en avoir. Cela permet d’étaler la progression technique et donc de toujours découvrir de nouvelles choses au cours de sa pratique. C’est encore plus nécessaire pour les enfants pour qui c’est une grande source de motivation. C’est d’ailleurs pour cela que les enfants ont plus de grades et de couleurs de ceinture que les adultes.

Concernant les passages de grade, je pense qu’ils ne reflètent pas réellement le niveau, notamment à cause du stress que l’on peut éprouver. De plus est-ce pertinent de juger tout le monde sur les même critères, que l’on ait 20 ou 50 ans, que l’on ait déjà pratiqué d’autres arts martiaux ou non, etc. Dans ces cas-là c’est à l’enseignant d’adapter son jugement et sa notation, ce qui est malheureusement impossible dans les passages de grades nationaux. C’est pour ces raisons que je suis plus favorable à une évaluation continue, mais ca reste peu pratiqué (je l’ai déjà vu en Aïkido).

Concernant enfin les signes distinctifs, je pense que l’on pourrait s’en passer sans trop de problèmes. En effet dans un dojang tout le monde se connait et la ceinture ne sert pas alors à connaitre la valeur de l’autre : on la connait grâce aux entrainements effectués avec l’autre. Si on arrive pour s’entrainer dans un autre dojang il suffit de se présenter avant, et alors nul besoin d’afficher fièrement son grade….
Je me souviens également qu’après avoir changé de dojang après un long arrêt j’étais gêné d’arborer une ceinture alors que je n’avais plus le niveau correspondant…
Les signes distinctifs des grades ne font, pour moi, qu’encourager à se comparer aux autres, que forcer l’esprit de compétition qui n’a pas forcément sa place dans un art martial.
C’est pour cela que j’apprécie la philosophie de l’aïkido, qui n’a que 2 couleurs de ceintures (blanche et noire) plus le port du hakama pour distinguer les grades.

Pour conclure je dirais qu’il me semble que l’importance que l’on accorde à la ceinture et aux grades est proportionnelle à son degré d’avancement dans l’art martial…les débutants y accordent une importance très grande, et les anciens beaucoup moindre. Certains même arrêtent de passer des grades arrivés au 1er ou 2ème dan, sans pour autant cesser de pratiquer….

Les grades me paraissent donc être une étape nécessaire dans sa pratique, mais ne surtout pas être une fin en soi.

Et vous, que pensez-vous des grades et des ceintures ? Est-ce très important pour vous ? Tout commentaire est le bienvenu…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grandspas 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine