Magazine Médias

La France et la mondialisation : la tentation du repli?

Publié le 01 juillet 2014 par Allo C'Est Fini

Délits d’Opinion organisait ce mardi matin son dernier “zinc” avant la pause estivale. Invités à s’exprimer sur le “déclinisme” ambiant et la tentation du repli qui frappe nos congénères face à la mondialisation, Nicolas Beytout, Brice Teinturier et Jean-Pierre Petit ont, tout à tour, proposé leur vision et leurs explications.

La France et la mondialisation : la tentation du repli?

Brice Teinturier propose un premier cadre d’analyse: la France prétend à l’universalité dans un monde qui ne laisse plus de place à l’universalité. Nous vivons aussi les contrecoups de l’affaire de Florange. La mondialisation n’est pas le fruit de l’universalité, et, au contraire, exacerbe des frontières qui restent tangibles (cf. les sanctions contre BNP Paribas), rappelle Jean-Pierre Petit. Pour Nicolas Beytout, La France paie la facture de deux manques: un manque de chance, face à l’Allemagne par exemple, qui a été forcée de faire les bonnes réformes. Et un manque de vision et de stratégie. Il évoque la montée en puissance de l’Allemagne sur l’arène politique européenne.

Quelles sont les raisons de cette défiance? Brice Teinturier propose deux hypothèses: l’une, la peur de l’autre, a des origines plus profondes, sur le modèle qui vise à assimiler plutôt qu’à intégrer. L’autre se veut essentiellement une défiance économique: on accepte la djellaba de l’émir du Qatar, on rejette celle du travailleur immigré.

Pour Nicolas Beytout, il faut s’intéresser à l’équilibre entre ceux qui ont à gagner de la mondialisation, et ceux qui ont beaucoup plus à perdre. C’est la nature de cet équilibre qui définit la posture d’un pays face à la mondialisation: le Nigeria, la Chine ou le Brésil n’ont pas les mêmes perspectives que la France. Aucun des grands partis politiques n’ont été capables de gérer cette fracture.

La faute à l’euro? Les intervenants s’opposent sur ce point. Jean-Pierre Petit reproche beaucoup de chose à l’euro, sa force injustifiée, son tôle négatif car il aurait permis aux états de faire n’importe quoi en terme de politique monétaire. Brice Teinturier, lui, rappelle que l’euro n’empêche pas d’opposer une politique de qualité élevée à une politique de prix élevés.

Quant au “french bashing“, Jean-Pierre Petit le perçoit non pas comme une monde, mais comme un mouvement de fond, qui s’explique par la place peu élogieuse qu’occupe notre pays sur nombre de classements internationaux. La raison à cela? L’absence de régulateurs: pas de régulateurs politiques (l’opposition actuelle ne vaut pas mieux que le parti au pouvoir), pas de régulateurs extérieurs (nous ne souffrons pas réellement de pressions extérieures), pas de régulateur de marché (nous nous finançons aujourd’hui à des conditions jamais vues depuis près d’un siècle, contrairement aux pays de l’Europe du sud).

Sans aller chercher au niveau des classements internationaux, Brice Teinturier rappelle le moral dans les chaussettes des chefs d’entreprise, et particulièrement des patrons de PME.

Nicolas Beytout rappelle, lui, le paradoxe de la politique françaises: d’un côté, la “French Tech”, l’invitation lancée vers les acteurs économiques étrangers à venir investir en France, et de l’autre, l’affaire Alstom (note: quelques mois après l’affaire DailyMotion / Yahoo!, d’ailleurs). Tous ces épisodes racontent une histoire qui, à la base, est considérée comme hostile, méfiante et désagréable à l’égard des investissements étrangers.

Brice Teinturier revient sur Florange, qui est l’archétype de notre rapport à la mondialisation: c’est la défaite du politique face à l’économique. Pire, Mittal est un non seulement un groupe mondial, mais surtout un groupe indien: quand l’économie se mêle de culturel, le rejet est encore plus massif, et la blessure narcissique est terrible par rapport à la volonté “universalisante” de la France.

Jean-Pierre Petit en veut au principe de précaution, dont nous payons le prix aujourd’hui après plus de trente années d’application aveugle de ce principe. L’économie française est un maquis de rentes sanctuarisées. Face à 15 millions de retraités, 3 millions de chômeurs, et des myriades de bénéficiaires d’aides sous toutes leurs formes, le rebond est économique est peu probable. Tous les pays de l’OCDE connaissent une augmentation de la dépense sociale en raison du vieillissement de la population, même les anglais, mais l’écart dans la dynamique de dépense publique entre la France et les autres pays s’accroît.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Allo C'Est Fini 6794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines