Magazine Focus Emploi

[BlaBla] La prépa, c’est quoi ?

Publié le 01 juillet 2014 par Grimoire De Filles

Bonjour à toutes!

Aujourd’hui je viens avec un article un peu spécial puisqu’on on va parler études, cursus, postbac, interrogations et profs méchants (non je rigole).

On va parler prépa.

Alors qu’est-ce que c’est, concrètement, la prépa?

Ca veut dire Classe préparatoire aux grandes écoles ou CPGE. Il existe plusieurs types de CPGE pour à peu près toutes les filières. De façon non exhausitve, on a la MP (maths/physique), la PC (physique chimie), la ECE (commerce), l’hypokhâgne/khâgne (littéraire).

Aujourd’hui je vais vous parler essentiellement du cursus hypokhâgne/khâgne, puisque que c’est celle que je connais le mieux ayant fini ma première khâgne cette année.

 

[BlaBla] La prépa, c’est quoi ?

1) Qu’est-ce que la prépa littéraire?

C’est un cursus en 2 ou 3 ans qui se découpent de la façon suivante: la première année est l’hypokhâgne (la "petite khâgne"), la deuxième est la khâgne et la troisième, si on le souhaite est appelée "khûbe" qui peut être considérée comme une chance supplémentaire de passer les concours (une sorte de redoublement, mais dans le sens positif du terme, c’est l’étudiant qui demande à khûber). Selon les filières, on y étudie l’histoire, la géographie, l’anglais, le français, les langues vivantes et/ou mortes, la philosophie de façon poussée.

On y accepte des élèves de toute provenance, que ce soit à l’issue d’un bac général L, S ou ES. Pour ma part, j’ai eu un bac S.

[BlaBla] La prépa, c’est quoi ?

2) Quels débouchés après la prépa littéraire?

La CPGE littéraire permet de préparer le concours de l’ENS (école normale supérieure) ainsi que les concours de la BEL (banque épreuve littéraire) et de la BCE (banque commune épreuve). Pour faire simple, on prépare les élèves à être enseignants chercheurs (ENS), ou bien à intégrer une grande école de commerce, de traduction ou de journalisme. Suite à la prépa, on peut aussi décider de continuer un parcours à la FAC ou bien de passer des concours annexes comme l’école du Louvre ou bien les IEP (sciences po de province). Les débouchés sont donc mutliples. La classe prépa est une bonne option pour l’élève encore incertain vis à vis de son choix d’orientation, car s’offrent à lui de nombreuses possibilités, que ce soit en sciences politiques, en communication, en management, ou tout simplement dans l’enseignement.

3) Vaut-il mieux choisir une prépa parisienne ou une prépa de province?

Quand on dit prépa, on a souvent tendance à l’associer avec des noms de lycées prestigieux comme Henri IV, Louis le Grand, Ginette etc…Il faut savoir qu’il existe d’autres établissements qui préparent les concours. Bien évidemment, parce que ces lycées effectuent une sélection drastique à l’entrée et à la sortie de la première année, les résultats aux concours y sont bien meilleurs. Cependant, je pense que ces grands lycées ne sont pas fait pour tous. Je m’explique. Pour ma part, à la sortie de mon bac, je me suis posée la question des grands lycées parisiens, j’avais eu une très bonne moyenne à mon bac, avec une très belle mention. Cependant, il faut aussi savoir que les exigences dans ces lycées sont bien plus élevées, que le travail y est beaucoup plus important que dans les petites prépa de province. Il faut donc être très solide moralement, savoir ce que l’on veut, être tenace et endurant. Il faut aussi savoir résister à l’ambiance "à la parisienne", à savoir la compétition, et surtout l’accueil parfois froid des parisiens vis à vis des élèves de province (témoignage d’une amie). Cependant, certaines personnes le vivent très bien et y sont heureuses. Je pense que si vous êtes adeptes d’une ambiance plus familiale, moins froide, plus joviale, la prépa de province et pour vous. Si vous recherchez au contraire la très grande performance quitte à sacrifier un confort de vie et une ambiance plus chaleureuse, alors optez pour Paris.

4) L’ambiance dans les prépas est-elle bonne? La réputation qu’elles ont est-elle justifiée?

On entend souvent tout et n’importe quoi à propos des prépas. Les élèves se tirent dans les pattes, ne se prêtent pas les cours, ne se parlent pas, que ce sont des classes de formation d’élites imbuvables prêtes à écraser leurs "sous fifres", que les profs sont très méchants . Sachez que, pour ma part, je n’ai jamais rencontré aucun de ces problèmes. L’ambiance y est même très bonne. Je m’y suis fait de très bons amis, avec qui j’ai traversé les mêmes galères, on a beau dire, mais ça soude. D’ailleurs avec Oriane, je pense que c’est la case prépa qui nous a rapprochées fortement. Les professeurs sont très humains, du moins dans ma prépa. Une relation particulière s’instaure avec eux, et c’est souvent une relation bienveillante. Ils suivent nos parcours, savent nos ambitions et nos projets. Ils valorisent nos progrès et nous encouragent. Ils nous soutiennent également quand le moral n’y est pas (surtout pendant les khôlles, cf après). Le travail n’y est pas si monstrueux que ça. Je pense même qu’il est tout à fait supportable. Je pense que comme partout, il y a des périodes intenses (souvent pendant la période décembre-mars) où tout s’enchaine. La prépa, c’est apprendre à effectuer des priorités, dans le travail comme dans la vie. Vous ne pouvez pas tout faire, mais vous apprenez très vite à relativiser. Enfin, en ce qui concerne les notes, pour ma part, j’ai constaté que les très mauvaises notes comme des 3 et des 4 sur 20 étaient très rares. A vrai dire, l’élève moyen se situe autours de 9 ce qui n’est pas si insurmontable. Même les notes sont à relativiser. Je dirais donc que la prépa n’est pas un monstre mais plutôt un guide, pas toujours très tendre avec vous, qui vous apprend à gérer de grosses masses de travail, mais aussi des situations qui semblent être désespérées (cf les DS d’histoire qui nécessitent un apprentissage de 170 pages de cours). Mon plus gros profit en prépa? J’ai appris à apprendre. Je suis devenue une machine à retenir, et à travailler/ficher efficacement. J’ai appris à synthétiser de façon efficace, et je pense que ça me servira toute ma vie.

5) Comment se déroule le cursus, plus précisément?

En prépa littéraire, vous avez des options à choisis en première année et une spécialité en deuxième année qui déterminera vos équivalences de FAC. Par exemple, vous êtes en spé philo en khâgne, vous recevrez donc vos équivalences de FAC en philo. Votre spé occupera la majeure partie de votre emploi du temps. Par exemple, pour ma part j’ai 10 heures de philo en tout contre 5 en français, en histoire etc…

Vous avez aussi des DS de format concours (souvent 5h) toutes les semaines, et les fameuses khôlles. Les khôlles sont des interrogations orales en tête à tête avec le professeur. Elles sont souvent l’occasion de faire le point sur vos forces, vos faiblesses, vos progrès, et sur votre degré de moral. Pour ma part, j’aime assez les khôlles, car elles sont souvent l’occasion de creuser en profondeur un sujet très spécifique. Par exemple, en histoire cette année, il a fallut que je prépare une khôlle sur "les machines politiques aux Etats Unis de Lincoln à Truman" (le sujet de l’année étant les Etats Unis de Lincoln à Truman, politique et société). Ce sont donc des sujets très pointus! C’est, je trouve, le plus agréable en prépa: Avoir l’impression d’aller au fond des choses

6) A qui conseillerais-tu la prépa littéraire?

Je la conseillerai aux bons élèves, de tout milieux, de toute provenance, qui recherche une formation exigeante permettant d’accéder aux grandes écoles d’Etat ou de commerce. Elle sera parfaite pour les bons élèves qui ne sont pas encore autonomes et qui ont encore besoin d’un cadre, qui ne se trouve pas en FAC (c’était mon cas).  Je la conseille aux personnes curieuses, ayant des affinités avec l’art, la littérature et qui ont une vraie soif de culture. Il faut aussi aimer lire, surtout en khâgne, je ne vous le cache pas. C’est un parcours très enrichissant que personnellement, je ne regrette à aucun moment. A tel point que j’ai même demandé ma khûbe! Je continue donc l’aventure pour 1 an, avec pour ambition de partir en double cursus philo/histoire à la FAC.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires!

Bisous enchanteurs,

Prudence



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grimoire De Filles 207 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte