Magazine Sport

Coupe du monde – Présentation des huitièmes de finale (4/4) : Argentine – Suisse et Belgique – Etats-Unis

Publié le 01 juillet 2014 par Ptimek

Fin des huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014, avec les deux dernières affiches programmées ce mardi. Après leurs sans-faute respectifs au premier tour, l’Argentine et la Belgique sont attendues au tournant face à la Suisse et aux Etats-Unis.

Jusqu’ici, les huitièmes de finale du Mondial brésilien n’ont débouché sur aucune surprise majeure, malgré des rencontres souvent très serrées. Le schéma va-t-il se reproduire ce mardi soir avec les deux matches du dernier quart du tableau, où deux favoris sont clairement identifiés ?

L’Argentine avance masquée

Si la réussite des équipes latino-américaines est une tendance incontournable de cette Coupe du monde 2014, peu sont ceux qui, lorsqu’ils évoquent celle-ci, pensent d’abord à l’Argentine. L’Albiceleste a pourtant réalisé un début de parcours immaculé avec, comme en 2010, trois victoires en trois matches de groupe et une première place logiquement acquise. Un peu comme pour le Brésil, si les résultats sont conformes aux attentes, les observateurs ont en revanche été quelque peu déçus par le jeu terne proposé par les Argentins, qui s’en sont remis, quasiment à chaque fois, à des exploits individuels de Lionel Messi (4 buts et 1 passe décisive sur les 6 buts marqués par l’Argentine).

Or, avancer masqué est peut-être ce qui pouvait arriver de mieux aux joueurs d’Alejandro Sabella. Nettement moins exposée à la pression que le Brésil, qui a l’obligation de s’imposer à domicile, moins attendue que l’Allemagne ou les Pays-Bas, l’Argentine n’en demeure pas moins l’un des effectifs les mieux armés de ce Mondial, même en l’absence d’Agüero, touché à la cuisse et forfait face à la Suisse ce mardi soir (18h heure française). Tout sauf une formalité, ce premier match à élimination directe va permettre d’évaluer un peu mieux de quel bois est faite cette sélection albiceleste. La question sera aussi de savoir si Messi va confirmer son regain de forme, ce qui changerait radicalement les perspectives pour la suite de la compétition.

Si elle a littéralement implosé face à la France (2-5), la Nati s’est en effet reprise dès le match suivant (3-0 face au Honduras) pour aller chercher une qualification qui lui tendait les bras. En huitième de finale, comme l’a souligné leur entraîneur Ottmar Hitzfeld, les Suisses n’auront absolument rien à perdre. Mais pour cette jeune équipe pleine de talents, il s’agira aussi d’emmagasiner de l’expérience. Difficile d’en demander trop à Shaqiri et à ses partenaires : en six matches joués depuis leur premier affrontement en 1966 (lors du Mondial anglais), la Suisse n’a jamais battu l’Argentine…

La Belgique au rendez-vous

Après douze ans d’éclipse (non qualifiée en 2006 et 2010), la Belgique n’a pas manqué ses retrouvailles avec la Coupe du monde. Avec davantage de maîtrise que de panache, les Diables Rouges ont remporté leurs trois premiers matches, terminé en tête de leur groupe et prouvé que leur statut de tête de série – et d’outsider de la compétition – n’était pas usurpé. Les voilà donc en huitième de finale, comme en 2002, année de leur dernière participation à un Mondial. A l’époque, la Belgique (où figurait déjà le défenseur Daniel Van Buyten) s’était inclinée face au Brésil (0-2), futur champion du monde.

Cette fois, la donne est sensiblement différente, puisque les coéquipiers de Vincent Kompany partiront favoris face aux Etats-Unis (22h heure française). Les Américains ont réussi l’exploit de se sortir d’un groupe particulièrement ardu, où figuraient l’Allemagne, le Portugal et le Ghana, se qualifiant ainsi pour les huitièmes de finale pour la deuxième édition de suite. Collectivement, ils ont montré qu’ils étaient largement au niveau des autres équipes de ce Mondial. Mais individuellement, il existe un monde d’écart par rapport aux stars belges, ce qui pourrait faire la différence au bout du compte. Pour l’anecdote, on notera que les Etats-Unis ont remporté le seul affrontement préalable entre les deux équipes en Coupe du monde (3-0), lors de la toute première édition, en 1930. Depuis, les Américains n’ont plus jamais battu les Diables Rouges…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptimek 818 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine