Magazine Culture

Critiques Séries : Tyrant. Saison 1. Episode 2. State of Emergency.

Publié le 02 juillet 2014 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2014-07-02-09h50m45s82.jpg

Tyrant // Saison 1. Episode 2. State of Emergency.


Le premier épisode de Tyrant était décevant. Ce n’était pas totalement raté mais disons qu’il manquait quelque chose là dedans dans le sens où ce n’était pas aussi piquant que prévu. Ce que j’attendais d’une telle série c’est qu’elle nous plonge réellement dans un régime totalitaire, qu’elle nous parler des enjeux d’être le fils d’un tyran, etc. et comment Barry peut plus ou moins changer la donne. Pour ce qui est de changement, je sais bien que cela ne peut pas s’opérer tout de suite et dans un sens ce n’est pas plus mal mais pour le reste, je pense que Tyrant n’a pas su réellement comment introduire son sujet sans tomber dans le laxisme pur et simple. A la fin de l’épisode précédent, Jamal se retrouvait dans un accident de voiture avec sa splendide Lamborghini. Sauf que Jamal est toujours en vie et que Barry doit donc rester au chevet de son frère. Ce n’est pas quelque chose qui a l’air de dérangé grand monde à part Barry lui même. On sent notamment que la femme de Barry est très heureuse d’être là sans compter que Sammy s’est fait une nouvelle connaissance (en espérant que l’érotisme gay à venir dans la série ne soit pas aussi cliché que ce que l’on a pu voir jusque là dans cette série).
Le problème juste là est que la série ne sait pas nécessairement comment s’y prendre pour séduire le téléspectateur à la recherche d’une série lui parlant d’une tyrannie. La série élude donc énormément de choses d’un point de vue purement politique pour faire de la démonstration de violence. Notamment quand Barry tente d’aider à gérer la situation de la prise en otage de Nusrat par des adolescents pré-pubères. Si quelque chose aurait clairement pu naître de cette histoire, la série ne parvient pas à exploiter judicieusement Barry. Ce dernier tente d’importer la stratégie américaine de négociation en cas de prise d’otages (celle de la méthode pacifisme avant l’action) et cela va fonctionner jusqu’à ce que finalement, l’oncle de Barry, le général Tariq, décide qu’il faut tuer les trois enfants kidnappeurs. C’est terrible tout de même d’oser tuer des enfants de cet âge dans une série mais c’est aussi la preuve qu’au fond Tyrant n’a vraiment peur de rien. Peut-être est-ce aussi un moyen de démontrer à Barry que ce n’est pas les Etats-Unis et qu’il va rapidement devoir s’y faire s’il ne veut pas finir comme eux. Je sens déjà venir le sentiment de rébellion de Barry qui voudra très certainement changer la politique du pays coûte que coûte et qui va s’en mordre les doigts.

vlcsnap-2014-07-02-10h07m55s150.jpg
On a aussi l’Ambassadeur américain que j’aime bien, John Tucker (incarné par Justin Kirk). Ce n’est pas quelqu’un de confiance mais en tout cas, il a certainement bien plus à jouer que ce que l’on semble lui prêter pour le moment. Mais pour en revenir à Barry, ce dernier est un personnage assez ennuyeux. Disons qu’à faire la tête toute la journée et à ne pas donner envie de le suivre plus longtemps, on sent que quelque chose ne décolle malheureusement pas. Pourtant, c’est ce que le téléspectateur que je suis pouvait réclamer. Tyrant semble donc vouloir avant tout nous dire qu’au fond Abbudin n’est pas un endroit très sûr, que tout peut arriver (et notamment des kidnappings en tout genre) et qu’il faut toujours répondre par la violence afin de ne pas se faire marcher dessus. Sauf que le problème c’est que Barry là dedans est sensé être un élément important de l’histoire, celui qui pourrait tout changer. Pour le moment il ne laisse pas vraiment l’impression que les choses vont changer. Ensuite, il y a de gros problèmes de mise en scène. Ces fonds verts dégueulasses au début de l’épisode quand on retrouve Barry et cie dans la voiture alors que les personnages à l’intérieur de la voiture semblent avoir des lampe halogène en pleine figure, faut pas pousser.
Il y a un sérieux problème du point de vue de la photographie et c’est bien décevant pour une chaîne comme FX qui a su nous délivrer des séries avec une photographie soignée (American Horror Story, The Americans, Fargo, etc.). Après un pilote décevant, ce second épisode reste dans la même lignée. Il y a pourtant énormément de potentiel dans cette série mais il va falloir que les scénaristes commencent à se bouger un peu les fesses s’ils ne veulent pas perdre leurs téléspectateurs.
Note : 4.5/10. En bref, aussi ambitieuse soit-elle, la série ne sait pas mettre en avant son héros qui devient donc bien trop lisse pour le côté brut et violent de l’univers dans lequel il évolue.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte