Magazine Environnement

Les disputes conjugales des mésanges semblent être provoquées par des femelles extérieures au couple

Publié le 20 mai 2008 par Marc Chartier


Dans une étude publiée dans la revue Animal Behaviour (23 avril 2008), le Prof. Kempenaers et son collaborateur Mihaj Valcu, chercheurs en écologie du comportement à l'Institut d'ornithologie Max-Planck de Seewiesen, ont mis en évidence que plus de la moitié des couples de mésanges bleues se séparent et que la séparation est, le plus souvent, liée à une rivalité entre la femelle du couple et une femelle extérieure. Pour parvenir à ce résultat, ils se sont intéressés aux avantages que peut tirer chacun des deux partenaires du couple en cas de séparation.

Des études précédentes réalisées sur de petits passereaux, groupe auquel appartiennent les mésanges bleues, semblaient indiquer que les femelles profitaient davantage de la séparation que les mâles. Elles avaient en effet, avec leur nouveau partenaire, un plus grand nombre de petits atteignant l'âge adulte. "Selon ces résultats, ce devraient être les femelles qui prennent l'initiative de quitter leur partenaire", explique le Prof. Kempenaers.
Ce dernier et son collègue sont, eux, parvenus toutefois à la conclusion que le plus grand nombre de descendants semble s'expliquer davantage par le changement de territoire provoqué par la séparation que par la séparation elle-même. En effet, ce nombre n'augmente que si les femelles quittent leur territoire initial pour un meilleur lieu. À l'opposé, les mâles, eux, restent presque exclusivement sur leur fief d'origine.
Les chercheurs de l'institut Max-Planck ont donc étudié des mésanges bleues restées au même endroit après leur séparation ou au moins dans les environs, afin de découpler l'influence du changement de territoire de celui de la séparation proprement dite. Il est apparu que, dans ce cas, ce ne sont pas les femelles mais les mâles qui sont en meilleure forme à la suite de la séparation. Ils s'accouplent alors avec des femelles de plus grande taille et le taux de réussite de leurs couvées est plus élevé qu'avec leur ancienne partenaire.
Seraient-ce donc les mâles qui font le premier pas de la séparation ? "Nous ne pouvons que spéculer, explique le Prof. Kempenaers, mais notre hypothèse est qu'une femelle grande et forte chasse la partenaire initiale et prend le mâle avec son territoire." Dans ce cas, ce serait la concurrence entre les femelles pour conquérir un bon partenaire qui serait l'élément déclencheur de la séparation - et il s'agirait là d'une cause de séparation bien classique...

Source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54422.htm


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marc Chartier 397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte