Magazine Voyages

India, mon Amour !

Publié le 07 juillet 2014 par Schuldi @schuldisworld


INDIA, Mon Amour !
Voyager était l'un de mes plus grands rêves depuis toujours. Attention, pas deux semaines sous les tropiques à me dorer la pillule sur une plage mais je rêvais bien d'aventures, de galères, de magie, de découvertes... Enfant déjà, je me voyais en Indiana Jones féminine ou encore en chasseuse de tornades! Vous vous souvenez du film Twister ? Culte pour moi, je le visionnais en boucle...

La vie a suivi son cours, je suis partie en "vacances", de belles destinations, New York, Canada, Kenya, les Antilles, les pays du Magreb, l'Europe.... toujours 1, 2 ou 3 semaines selon les périodes de congés. J'ai suivis des cours dans une école de commerce, j'ai été engagé en CDI puis diplômée (oui je ne fais jamais comme tout le monde), j'ai rencontré l'homme idéal... Bref parfait sur le papier ! Mais voilà, je rêvais d'horizons lointains, des paysages idylliques, d'aventure.... et j'ai eu la chance de trouver un homme qui a les même aspirations que moi (je vous dit il est parfait ou presque !! Mou-ahaha). Alors voilà comment en octobre dernier nous avons décollé pour un voyage de 8 mois, première destination l'Inde (souvenez-vous). J'ai passé plus de 2 mois dans ce pays, une première fois 1 mois et demi dans le nord puis, vous l'avez lu dans les derniers articles, un peu plus de 3 semaines dans le Sud. Nous n'avions pas prévu d'y revenir, car je ne connaissais pas ce pays et nous ne savions pas comment j'allais réagir. AMOUR.  Aucun autre mot ne me vient à l'esprit pour désigner ma relation avec l'Inde. Tout me plait ici, la culture, le mystère, la nourriture, les gens, les regards, la fragilité des relations, la dureté des mots... même les aspects difficiles ont trouvés écho en moi, l'insalubrité, la pauvreté, le manque d'accès aux soins médicaux... bousculé, émotivement fragilisé, j'ai compris combien la vie ne tournait pas autour de nos problèmes d'occidentaux futiles, j'ai découvert ce que veux dire ferveur religieuse, respect des cultures et surtout tolérance. Jamais je n'aurais pensé pouvoir tombé amoureuse d'un pays, d'un endroit et encore moins de l'Inde ! Vraiment ? La famille de mon homme m'en a longuement parlé, surtout sa maman, de la vie dans ce pays immense, souvent incompris et mal connu. Ils avaient déjà beaucoup voyagé sur ces terres et m'en ont appris beaucoup. Je n'ai pas eu peur de cet inconnu au contraire il m'a attiré. A peine avais-je posé le pied à Delhi que j'étais conquise, pas déçue, tout ce qui m'a été conté était vrai.J'ai lu ceci quelque part sur la toile : "Chacun porte une affection, une forme d’amour envers l’Inde et envers ce que ce pays peut provoquer, susciter de façons différentes, en nous. Cette énergie qui nous touche, nous impressionne, qui nous éblouit, nous inspire : sa musique, ses sonorités, ses imageries, ses danses, etc.. Amour du sacré, de la dévotion, amour de l’Image et du son, amour de l’émotion". Des mots qui m'ont touché.  Partir de Mumbai fût un déchirement, mes larmes ont coulés, une partie de moi est resté là-bas et une partie de l'Inde est partie avec moi dans mon coeur. Un lien que j'espère garder à vie, que j'espère pouvoir un jour donner à mes futurs enfants.Cet article est purement égoïste, je l'écris pour moi, pour couché des mots sur ce que je ressens, sur le manque des rues animés, des marchandages, des thalis, du brouhaha incessant. Tout ce qui peut paraître atroce, insupportable parfois sur place, vous manque une fois parti. C'est tout le syndrome schizophrène de l'Inde. Les photos qui illustrent mes mots sont brutes, simples, pas forcément belles mais réalistes.Pas de relecture, pas de filtres, nus dans les images comme dans les mots.   

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !

INDIA, Mon Amour !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Schuldi 2559 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine