Magazine France

Quand l'UMP a des problèmes de factures

Publié le 10 juillet 2014 par Juan

Quand l'UMP a des problèmes de factures Suite, mais pas fin, du feuilleton estival, l'UMP réjouit la galerie médiatique, mais terrifie son électorat. Le ménage, deux ans à peine avant la grande compétition présidentielle de 2017, a quelque chose de suicidaire, et de fascinant à la fois.


"Je règle mes factures moi-même"
 Il l'a exhibée, dans le mini-studio de France info, mardi 8 juillet. Xavier Bertrand a exhibé la facture de son séjour familial à Center Parcs, en décembre 2010.

Xavier Bertrand : "Je règle mes factures moi-même" par FranceInfo
Sur France Info, Xavier Bertrand s'est félicité de sa rigueur quand il dirigeait le parti. Mardi 8 juillet, le bilan comptable de l'ex-parti majoritaire était publié. Quelle catastrophe. L'UMP est au bord de la faillite. A la fin de l'année 2013, sa dette financière était de 79,1 millions d'euros, soit 40 millions d'euros par rapport aux fonds propres de l'entreprise. D'après le cabinet en charge de ces évaluations, il n'y a pas lieu de craindre une cessation de paiement: à fin juin 2014, la dette était ramenée à 74,5 millions.
Le fonctionnement annuel du parti coûte environ 15 millions d'euros. Il y avait suffisamment de précaires embauchés pour éviter tout plan social (sans commentaires). Ensuite, l'UMP va réduire de moitié ses dépenses de communication politique, un budget "maigrichon" ... de 19 millions euros annuels.
Copé ne règle pas toutes les factures
D'autres factures, plus graves, font défaut. Nicolas Sarkozy, comme d'autres avant et après lui, avait fait broyer les archives comptables de l'UMP.
Quelques fillonistes ont laissé fuiter quelques croustillantes informations. Comme ces 24.000 euros de voyages en avion réglés pour que Mme Nadia Copé puisse accompagner son mari de président. Ou ces 8.500 euros mensuels versés au jeune Geoffroy Didier, en sus de ses indemnités d'élu local, en tant qu' "assistant de Brice Hortefeux". Ce cher Didier, l'un des cofondateurs de la droite forte, n'a jamais de mots assez durs contre la fonction publique et le gaspillage. Rappelons que l'UMP est, comme tous les partis politiques nationaux, subventionné par l'Etat.
Geoffroy Didier est un cadre sup de la hiérarchie sarkozyste: outre ses indemnités de conseiller régional, et ce généreux salaire de l'UMP, il a également officié comme consultant en communication pour Bygmalion.
Il faut reconnaître à l'ancien président, destitué le 15 juin dernier, d'avoir sabré dans les dépenses. Les frais de communication ont été réduit de 33 à 3 millions d'euros entre 2012 et 2013; les frais de déplacement de 10 à 1 millions d'euros. Copé a aussi réduit les subventions aux micro-partis personnels qui entouraient l'ex-parti sarkozyste. Certains ont sauvé leurs mises:
- le parti chrétien-démocrate de Christine Boutin: 25 000 euros (versus 660 000 euros en 2012)
- le "mouvement initiative et liberté" (MIL), un "prolongement" du Service d'Action Civique (SAC):  20 000 (versus  200 000 en 2012)
- le Rassemblement Pour la France (RPF), fondé par Charles Pasqua: 50.000 versus 126 000 euros en 2012. -  "Dialogue et initiative",  de Jean-Pierre Raffarin, : zéro en 2013, versus 85 000 euros l'année précédente.
- le Chêne, de Michèle Alliot-Marie, : zéro en 2013, versus 60 000 euros en 2012.  Cela n'a pas empêcher la dette de s'envoler vers les 76 millions d'euros. C'est là le drame. L'UMP démarre sa reconquête du pays... sans argent.
Où est passé le Premier Cercle ?
Sarkozy fait régler ses factures par d'autres
La justice a ouvert une nouvelle enquête préliminaire sur Nicolas Sarkozy. On s'en doutait depuis quelques jours. L'UMP a réglé  363 615 euros de pénalités dues par Nicolas Sarkozy à cause de sa fraude aux règles de financement électoral en 2012, sanctionnée par le Conseil Constitutionnel en juillet 2013. Le président de la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP) a expliqué le problème: ces amendes " s’adressent au candidat lui-même, qui est responsable de son compte".
Pour la justice, il pourrait y avoir  abus de confiance. C'est une accusation très précise.
"L'abus de confiance est le fait par une personne de détourner, au préjudice d'autrui, des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu'elle a acceptés à charge de les rendre, de les représenter ou d'en faire un usage déterminé.

L'abus de confiance est puni de trois ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende." Article 314-1 du Code pénal.
Quelques sarkozystes dénonceront un "acharnement" de la Hollandie toute entière contre Nicolas Sarkozy.
Ce sont les commissaires aux comptes de l'UMP "qui ont saisi le parquet de Paris à ce moment-là, en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale", rapporte le Monde.

Et la France ?
La France n'a pas encore réglé toutes les factures de l'UMP: une dette publique qui glissera vers les 2000 milliards d'euros à la fin de l'année, un chômage durablement installée, des comptes publics déséquilibrés par une décennies de dérégulation et d'exonérations fiscales en tous genres.
Qui dit mieux ?
Présidence Sarkozy, 500 milliards envolés en cinq ans... http://t.co/6mNa7jWUsf #Économie pic.twitter.com/AaHz8Pv72u
— bembelly (@bembelly) July 8, 2014



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte