Magazine

Sarkozy trébuche sur la scène internationale

Publié le 29 août 2007 par Dedalus

Les bourdes et les bourrelets diplomatiques d'un tout petit président


L'inconvénient avec les affaires étrangères est qu'on ne peut pas dire n'importe quoi. C'est que sur cette scène là, contrairement à celle de la République Bananière de France, c'est qu'on ne peut contraindre l'Autre à se taire et à se prosterner. Il est là des bourrelets qui ne se dissimulent pas d'un simple coup de gomme technologique.

En France, le petit président peut prétendre avoir été invité pour des vacances hors de prix par des amis dans une villa luxueuse , Agnès Cromback et Mathilde Agostinelli, respectivement présidente du joaillier Tiffany-France et responsable de la communication de Prada-France (qui habille Cécilia Sarkozy), ils ne sont pas nombreux à insister sur le risque de conflit d'intérêts entre un président en charge des affaires publiques et des groupes d'intérêts privés. Il devrait pourtant être tout à fait possible d'avoir des amis qui ne vous inondent pas de "cadeaux" - ou alors une cravate pour Noël...

En France, la femme du petit président peut prendre une angine blanche pour une excuse diplomatique, ils seront peut nombreux à souligner l'irresponsabilité de la dame, laquelle était tout à fait rétablie le lendemain lorsqu'il s'est agi pour elle d'aller faire son shopping chic en short et en T-shirt dans les rues de Wolfeboro. Lire ici, par exemple.

En France, le petit président peut déclarer que sa femme n'a de compte à rendre à personne, ils ne sont pas nombreux à s'effarer qu'on puisse s'affranchir avec une telle arrogance de la Constitution, dire qu'être la femme du président, fut-il de si peu d'envergure, n'est pas un statut et n'affranchit pas des lois de la République.

En France, le petit président peut voir une de ses promesses phares invalidée par le conseil constitutionnel, ils ne sont pas nombreux à insister sur le fait que c'était plus que prévisible, tellement que son propre ministre du budget (Woerth. Nicolas Woerth, je crois) et sa ministre du logement (Boutin. Nicole Boutin, je crois) avaient été sermonné par le petit président pour avoir évoqué, dès le mois de mai, ce "petit problème d'anticonstitutionalité" de la promesse du candidat Sarkozy.

En France, le petit président peut formuler le projet d'enfermer les pédophiles au-delà du terme de sa condamnation, fixée par une décision de justice, ils ne sont pas nombreux à souligner l'aberration de tels propos, alors même que l'ensemble des acteurs du monde judiciaire et carcéral souligne le manque de moyens nécessaires à l'application des lois existantes, et qui se succèdent à un rythme tout aussi aberrant - celui des faits divers - sans jamais avoir la moindre chance de répondre efficacement aux problèmes de la récidive ou de l'absence de soins psychiatriques dans les établissements pénitentiaires.

En France, les médias se taisent quand il le faut, font des courbettes dégoulinantes à leur petit père des people, et se charge avec soumission de retoucher les paroles du petit président pour en gommer les bourrelets disgracieux. Mais donc, les bourrelets s'accumulent également sur la scène internationale :

Nicolas Sarkozy s'est invité au sommet européen des ministres de l'économie et des finances pour expliquer sa politique économique, largement suspectée de prendre des largesses avec l'objectif de réduction de la dette. Et voilà notre petit président qui se prend une remontée de bretelle par l'ensemble de nos partenaires européens. Lire ici, par exemple.

Nicolas Sarkozy est allé en Afrique... et il faut lire, par exemple, Le faux pas africain de Sarkozy, par Philippe Bernard, pour comprendre l'ampleur des dégâts provoqués par un discours donneur de leçons et paternaliste, qui a multiplié les clichés sur l'homme africain.

Le premier ministre de Nicolas Sarkozy (il s'appelle Fillon. Nicolas Fillon, je crois...) a prétendu sur TF1 que Rodriguez Zapatero, son homologue espagnol, lui avait confié, en juillet, qu'il regrettait la régularisation de 600 000 sans-papiers à laquelle son gouvernement avait procédé en 2005, et s'était engagé "à ne plus le refaire". Mais voilà, le démenti de Madrid ne s'est pas fait attendre : contrairement à ce qu'affirme François Fillon, Zapatero ne "regrette" pas "amèrement" le choix de la régularisation et ne regrette en aucune façon cette décision, qui était "nécessaire, commode et positive". Le premier ministre espagnol a expliqué que son gouvernement et lui même considèrent que "personne ne peut travailler dans l'illégalité", ajoutant qu'il "ne permettrait pas" que 600 000 personnes travaillent sans-papiers.

Le ministre des affaires étrangères de Nicolas Sarkozy (Kouchner. Nicolas Kouchner, je crois) s'est laissé allé à suggérer qu'il faudrait à l'Irak un autre premier ministre. Mais voilà, l'Irak qui est un pays souverain n'a pas souhaité laisser dire et il a fallu s'excuser... plutôt que de voir s'allonger encore la liste des pays qui aimeraient sans doute déjà - cela ne fait que 100 jours - suggérer à la France de changer de Président...

Enfin, le petit président Nicolas Sarkozy prononce un discours sur la politique étrangère de la France devant l'ensemble de nos ambassadeurs et l'on comprend, cette fois définitivement, qu'il entend rompre avec la vision universaliste et laïque du Monde, qui est une tradition diplomatique française qui a beaucoup de mérite, pour s'aligner sur la vision communautariste du "choc des civilisations" de l'administration américaine de son ami George Bush (Lire ici, par exemple). Ainsi, aussi, le discours de politique étrangère du président français aura fait la une de la presse libanaise, par exemple et, à lire le quotidien anglophone de Beyrouth The Daily Star (ici), on comprend que lorsque Nicolas Sarkozy se démarque de Washington, est souligné qu'il lui reste des progrès à faire pour comprendre la région et que pour atteindre ses objectifs dans cette région du monde, il lui faudra autre chose que des bonnes intentions. En voilà qui ont tout compris à Nicolas Sarkozy : les discours compassionnels, les bonnes intentions et l'art de communiquer ne font pas une politique efficace.


Sarkozy au boulot

Les français voulait un président à poigne
Ils ont un président à poignées.

On parle de : Sarkozy trébuche sur la scène internationale



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dedalus 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte