Magazine

Publié le 17 mai 2008 par Ohlebeaujour

Nini alias Bobosse arrivait de sa province et entrait à Sciences-Po. "
Raymond Barre y enseignait régulièrement l'économie. " C'était un homme brillant, un prof brillant, souvent passionnant d'ailleurs, mais en 1974, il prônait le libéralisme, c'était l'ultra-libéralisme (une théorie qui n'a rien de moderne, contrairement à ce qu'on pourrait croire). Giscard D'Estaing était au pouvoir, on était en plein choc pétrolier, le libéralisme on y était déjà. La France avait un problème comme d'autres pays européens, c'était l'inflation. Bref, ce cher M. Barre nous déclare avec sa voix inimitable et dans une espèce d'approbation générale : "mieux vaut 10% de chômeurs que l'inflation que nous connaissons actuellement, et en réalité, pour qu'une économie soit à peu près saine, on peut tabler sur 9 à 10% de chômeurs." Voilà. Moi, mon sang de gauchiste et de socialiste convaincue élevée au biberon socialiste et jaurésien n'a fait qu'un tour. Je me suis dressée dans l'amphithéâtre et j'ai dit : "Monsieur le professeur, comment pouvez-vous dire une chose pareille ? Comment peut-on tolérer dans une société évoluée, dans un pays riche comme le nôtre, 10% de chômeurs ? 10% de gens sans travail ?" J'étais scandalisée. Il m'a regardée et il m'a dit : " qui êtes-vous, mademoiselle ?" "Je m'appelle Nicole Hibert." "Mademoiselle , vous pouvez sortir, personne ne vous retient." C'est comme ça qu'a commencé mon long parcours vers la sortie de Sciences-Po.
Il faut savoir qu'à l'époque le taux de chômage était autour des 3%.
Ça n'a pas empêché Raymond Barre, une fois au pouvoir, de déclarer, la main sur le cœur, que le chômage était un fléau à combattre.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ohlebeaujour 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte