Magazine

Athlétisme français: y a-t-il un forêt derrière les arbres qui la cachent?

Publié le 20 mai 2008 par Marbor

Derriere les stars qui vont aller a Pekin, forts de minima qui signalent le niveau international, qu'en est-il des sans grade, des jeunes prometteurs, de ces clubs formateurs qui font emerger ceux qui iront rejoindre l'INSEP?

Pour s'en faire une idee, il faut aller voir les inter-clubs. Et qu'y voit-on? Toutes les generations confondues s'alignent sur les memes pistes, sur les memes aires de lancer ou de saut. Il faut presenter deux concurrents par epreuve on ne peut pas doubler deux courses. Autant dire qu'on fait appel a toutes les bonnes volontes. Voila pourquoi des athletes d'un niveau national cotoient de gentils amateurs. Voila comment on annonait Ronald Pognon (qui ira finalement a Doha se frotter a l'elite mondiale) a Coulommiers en National 2.

Cela etant, la partie immergee de l'iceberg est tres volumineuse et tres au-dessous de la surface, surtout dans les lancers. Si on a pu voir un champion olympique a l'oeuvre l'an dernier, c'etait Guy Drut ... au javelot, sous les couleurs de Coulommiers, et ce n'etait pas pour faire joli sur la photo, mais bien pour marquer le maximum de points. On lance comme on peut, avec ou sans elan, avec ou sans technique et pas plus loin qu'il y a dix ans: personne a plus de 13m au poids a Lagny ce week-end, disque et marteau entre 17 et 30m en general. C'est pourquoi les veterans de Cesar (notre photo) rendent de gros services a ce niveau juste en dessous de l'elite


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marbor 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog