Magazine Insolite

Microsoft transforme les murs en écrans tactiles interactifs !

Publié le 20 mai 2008 par Chantal Doumont

Touch WallMicrosoft transforme les murs en écrans tactiles interactifs !

La démonstration fût impressionnante. Bill Gates, en personne s'y est collé. Lors du « CEO Summit 2008 », la grand messe de Microsoft qui réunit un millier de patrons, le fondateur de la société a présenté son « Touch Wall », un mur tactile interactif. 

La technologie dévoilée par l'éditeur est bien moins coûteuse que celle déployée pour Surface, sa table interactive commercialisée 10 000 dollars l'unité. Et pour cause, plus besoin d'écran sophistiqué. C'est le mur de la pièce, ou le tableau blanc d'une salle de réunion couvert d'un plexiglas qui devient interactif. 

Un projecteur affiche une interface spéciale de Vista nommée Flex. Trois caméras infrarouges scannent la surface de ce tableau blanc. Elles repèrent si l'un des faisceaux lumineux est brisé par la main du démonstrateur. Puis, envoient l'information au logiciel afin qu'il traite l'information. 

Une encre virtuelle 

Comme il le ferait sur l'écran perfectionné de Surface, ou sur l'iPhone de son concurrent, Bill Gates zoome sur une image en écartant son pouce de son index. Fait défiler page par page les différentes slides d'une présentation PowerPoint par mouvement latéral de la main. Ou encore après avoir plongé son doigt dans une encre virtuelle entoure des zones particulières de l'image. L'écriture de commentaires grâce à un stylet est aussi possible, a expliqué Bill Gates. 

Le « Touch Wall » n'est encore qu'un prototype. Le chemin est encore long pour faire entrer ce mur tactile dans les bureaux voire dans les salons des maisons individuelles comme le souhaite Bill Gates.
01net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chantal Doumont 719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine